À Madagascar, l’accès à l’eau est vital pour retrouver un peu de dignité

-

Salohy Andrianantoandro
Distribution d'eau
UNICEF Madagascar/2022/Andrianantoandro
31 mars 2022

Au Sud de Madagascar, notamment dans les zones sujettes à la sécheresse intense des régions Anosy, Androy et Atsimo Andrefa, l’UNICEF travaille pour réduire la vulnérabilité de plus de 800 familles face à la sècheresse en leur assurant un accès à l’eau, l’hygiène et l’assainissement. Avec le soutien du Gouvernement du Japon, des camions transporteurs d’eau alimentent 15 centres de santé de base (CSB). Le changement est radical auprès des familles bénéficiaires de ces nouvelles installations.

À Amboasary, il y a aujourd’hui moins d’enfants atteints de malnutrition aigüe sévère qu’il y a 8 mois. Grâce à la disponibilité de l’eau, résultat de la collaboration de l’UNICEF avec le Japon, l’hygiène corporelle et alimentaire intègre les nouvelles habitudes et modifie le comportement des habitants de la région. Malala, le deuxième agent du centre de santé de base témoigne de l’évolution positive de la situation. « D’une quarantaine d’enfants atteints de malnutrition aigüe sévère, nous n’assurons plus actuellement que la prise en charge d’une dizaine et avons constaté la stabilité de leurs situations après le suivi du traitement de la malnutrition » fait-elle savoir. Le camion transporteur d’eau permet au centre de santé de base de bénéficier de ressources pour fournir les soins adéquats aux malades. Le personnel du centre sont les premiers à en tirer partie pour leurs hygiènes corporelles. Les mères et les enfants hébergés au centre peuvent également être initiées aux bonnes pratiques de l’hygiène pour une meilleure santé.

Pour Vahoavy, son enfant est atteint de malnutrition aigüe sévère et ils vivent dans une zone particulièrement aride de la région. Sa situation a complètement changé, étant bénéficiaire de kit wash de la part de l’UNICEF, ainsi que de l’eau transportée par le camion au niveau du CSB d’Erada à Ambovombe.  « L’eau est la première ressource nous permettant d’être propre et à partir de là, d’adopter de nouvelles habitudes pour une meilleure hygiène. D’autre part, l’état de santé de mon enfant s’est amélioré et très rapidement » raconte-t-elle. Pendant toute la durée du projet, l’eau a été gratuite pour Vahoavy et son enfant à raison de 200 litres par semaine. La petite famille a pu ainsi découvrir les joies de la propreté mais aussi de la bonne santé et d’une évolution des conditions de vie.

Malala
UNICEF Madagascar/2022/Andrianantoandro
Malala, le deuxième agent du centre de santé de base d'Amboasary