Analyse budgétaire thématique de la nutrition à Madagascar 2015-2019

Investir dans la nutrition: Assurer la croissance et le développement des enfants à Madagascar

Au centre de santé pour suivi de croissance
UNICEF Madagascar/UN0314350/Pudlowski

Points forts

Avec 42 % des enfants atteints de malnutrition chronique, le défi du secteur de la nutrition reste énorme. Toutefois, Madagascar dispose d’une politique nationale et de plan d’actions en ligne avec les recommandations internationales reconnues en matière de nutrition et a créé les structures adéquates de mise en oeuvre qui permettraient de vaincre ce fléau.

Le besoin financier des axes liés à la gouvernance et à la nutrition spécifique du Plan d’Action National pour la Nutrition n’est pas satisfait et le budget actuel représente moins de 50 % du besoin de financement de ce secteur. L’Etat et les partenaires au développement doivent se concerter pour combler le gap de financement pour atteindre les objectifs fixés.

Selon la répartition économique, celle des investissements constitue la majeure partie du budget de la nutrition, en constituant en moyenne 77,5 % du budget de la nutrition. Bien que les dotations en matériels fassent partie de ces investissements, il est nécessaire d’apporter de précision sur la nature de ces investissements dans le secteur nutrition.

L’exécution budgétaire de la gouvernance en faveur de la nutrition et de la nutrition spécifique demeure faible. Le Taux d’Exécution Budgétaire (TEB) est de 58,2 % pour 2018, ce qui traduit une baisse de 7,5 % par rapport à 2017 (65,7%). Cela n’améliore pas la situation qui est déjà mauvaise étant donné que le budget alloué n’est pas suffisant par rapport aux besoins liés à la gouvernance de la nutrition et à la nutrition spécifique. Les responsables de programme doivent veiller à l’exécution des budgets qui sont alloués. Par ailleurs, l’ensemble des acteurs budgétaires qui travaillant au sein du Ministère de la santé publique doivent se concerter pour identifier les facteurs et les solutions au(x) blocage(s) de l’exécution budgétaire.

La gouvernance en faveur de la nutrition et la nutrition spécifique jouent un rôle important dans le développement de l’enfant et dans le développement du pays. Toutefois, le financement extérieur constitue encore plus de 75 % du budget de ce secteur en 2018. Pour assurer la durabilité de la politique publique dans ce secteur, l’Etat doit améliorer ses efforts d’accroissement de sa contribution dans le financement de la gouvernance et de la nutrition spécifique. Celle-ci doit, à termes, prendre le relais des financements extérieurs.

 

Cover photo Analyse budgétaire Nutrition Madagascar avril 2020
Auteur
CCOC, UNICEF
Date de publication
Langues
Français

Téléchargez le rapport

(PDF, 3,59 MB)