Analyse budgétaire de la santé publique 2018

Le secteur santé doit être priorisé davantage le gouvernement à Madagascar

Bebe sous traitement dans un centre de sante
UNICEF Madagascar/2014/Ramasomanana

Points forts

Le secteur santé doit être priorisé davantage le gouvernement à Madagascar. L’Etat doit augmenter l’allocation budgétaire en conformité avec les accords d’Abuja qui prévoient d’allouer 15% du budget de l’Etat a la santé Publique.

L’Etat doit résoudre les blocages liés à l’exécution budgétaire. Ce taux est faible et en baisse depuis 2014.

Il faut expliquer la baisse de l’allocation budgétaire au programme de santé maternelle et infantile.
En effet, cela entrainerait une dégradation de la prestation de services à la mère et à l’enfant.

En termes réels, le budget du Ministère de la santé publique a diminué depuis 2015. Si le Ministère de la Santé Publique est le sixième budget dans le budget total, sa part a diminué ces dernières années. De plus, son pourcentage d’augmentation est parmi les plus faibles des ministères et institutions pour 2018. L’Etat s’éloigne ainsi de la concrétisation de la déclaration d’Abuja, qui prévoit de consacrer 15% du budget à la Santé.

Le secteur santé demeure fortement dépendant du financement extérieur et une part importante de ce financement extérieur ne passe pas par le budget.
Cela nuit à la prévisibilité du financement du secteur, à l’exécution et au suivi des activités. Le financement extérieur qui est enregistré dans le budget est prévu de baisser fortement à l’horizon 2020. Cela risque d’entrainer une dégradation des prestations de service de santé en général

Cover Analyse budgétaire de la santé publique 2018

Author

CCOC Madagascar, UNICEF

Date de publication

Langues

Français

Téléchargez le rapport

(PDF, 536,53 KB)

Programmes associés