Analyse budgétaire de l'éducation nationale 2018

L’Etat doit renforcer la déconcentration du budget de l’éducation nationale pour mieux répondre aux besoins des élèves

Ecoliere en couverture du rapport annuel 2013
UNICEF Madagascar/2014/Ramasomanana

Points forts

Les efforts de financement interne et externe doivent être soutenus pour répondre au besoin financier croissant du plan sectoriel de l’éducation à partir de 2020.

L’Etat doit renforcer la déconcentration du budget de l’éducation nationale pour mieux répondre
aux besoins des élèves.

Les résultats scolaires ses sont détériorés depuis 20 ans, et particulièrement depuis la crise de 2009.

Sur le plan financier, nous constatons une diminution de l’allocation réelle par élève. De plus, la dépense en éducation par élève à Madagascar se trouve parmi les plus faibles en Afrique subsaharienne.

À moins que les financements internes et externe puissent combler le manque de financement du secteur, le coût de l’inaction se traduira par une dégradation de la prestation de services à partir de 2020. En effet, à partir de 2020 le déficit entre le Cadre de Dépense à Moyen Terme et le PSE se creusera et est estimé à 163 milliards Ariary (environ 50 millions USD).

La déconcentration doit être renforcée pour s’assurer que les financements touchent suffisamment les élèves. En effet, le budget de l’éducation nationale est très centralisé et il est difficile de déterminer les dépenses au niveau déconcentré sans une analyse complexe de ce budget. L’analyse estime qu’environ 10% du budget sont allouées aux structures déconcentrées

Cover Analyse budgétaire de l'éducation nationale 2018

Author

CCOC Madagascar, UNICEF

Date de publication

Langues

Français

Téléchargez le rapport

(PDF, 802,03 KB)

Programmes associés