Protection de l’enfant

Protection de l'enfant

 

Protection de l'enfant

UNICEF Madagascar activités protection
© UNICEF Madagascar/2014/Rindra Ramasomanana

Problèmes

Madagascar s’est engagé à respecter les droits des enfants, en tant que signataire de la Convention relative aux droits de l’enfant. Le système judiciaire du pays comprend la loi sur l’adoption, le mariage, le trafic d’enfants, le tourisme sexuel et l’enregistrement des naissances.

Malgré des progrès réalisés en matière de protection de l’enfant, des obstacles importants demeurent. L’Etat de Droit n’est pas encore une réalité et les pratiques traditionnelles néfastes ont lieu sans qu’il n’y ait un clair engagement du gouvernement pour les adresser. La maltraitance et la violence contre les enfants, l’exploitation sexuelle des enfants à des fins commerciales et le travail des enfants sont quelques-uns des principaux problèmes de protection auxquels sont confrontés les enfants de Madagascar.

L’exploitation sexuelle des filles à des fins commerciales est à la hausse: un nombre important de travailleurs du sexe sont des enfants, en particulier autour des sites pétroliers et miniers. Les touristes et travailleurs étrangers se trouvent parmi leurs clients, ainsi que les hommes malgaches. Le mariage des enfants est un problème, avec une proportion de 34 pour cent de filles entre 15 et 19 ans déjà mariées ou en union. Près de 20 pour cent des enfants ne sont pas enregistrés à la naissance, augmentant ainsi leur risque d’exclusion des services sociaux de base et les rendant plus vulnérables aux abus. Près des deux tiers des enfants dans les centres de détention sont privés de leur liberté sans procès - et ils peuvent passer jusqu’à un an en attente d’un procès.

Madagascar activités Protection de l'enfant
© UNICEF Madagascar/2014/Rindra Ramasomanana

Les Actions de l’UNICEF

Le programme de l’UNICEF veille à ce que les enfants victimes d’abus, de violence et d’exploitation, notamment d’exploitation sexuelle à des fins commerciales, soient identifiés et bénéficient des services adéquats dans les régions ciblées. Les nouvelles priorités du programme sont d’adopter le Plan d’action national pour combattre la violence contre les enfants, développer un paquet minimum de services aux enfants vulnérables et renforcer la coordination des activités de protection de l’enfant. À ce jour, 80 pour cent des enfants sont enregistrés à la naissance. En utilisant l’approche basée sur l’équité, le programme se concentre sur les 20 pour cent des enfants qui sont laissés de côté.

A travers des messages qui sont transmis aux collectivités, les activités de communication veulent aboutir à des changements de comportement vis-à-vis des pratiques traditionnelles et du mariage précoce des enfants. L’UNICEF a formé 240 travailleurs sociaux bénévoles sur le soutien psychosocial, le dialogue communautaire et la mobilisation sociale.

L’UNICEF soutient le gouvernement aux niveaux décentralisés afin de renforcer les services pour répondre aux problèmes croissants de la protection de l’enfant, en particulier les enfants qui sont laissés sans soins parentaux. Un programme pilote pour le placement familial a été mené avec succès dans la région de Diego. Pour les enfants dans les centres de détention, l’UNICEF a soutenu le développement de mécanismes de déjudiciarisation pour les enfants qui ont commis des infractions mineures.

Une nouvelle stratégie a été récemment élaborée pour engager l’Office National du Tourisme dans une campagne efficace contre l’exploitation sexuelle des femmes et des enfants. L’appui technique de l’UNICEF pour développer un code de conduite contribuera à impliquer l’ensemble du secteur pour réduire et arrêter la violence, l’abus et l’exploitation. 

De même, l’UNICEF assiste techniquement deux sociétés minières afin d’élaborer un code de conduite pour tous leurs employés et sous-traitants. L’UNICEF fournit une expertise technique à Ambatovy sur sa politique de protection de l’enfant et de ses campagnes de sensibilisation.

Impact

L’UNICEF joue un rôle central pour coordonner les activités de protection de l’enfant, et plaide contre la discrimination, les abus, la violence et pour le renforcement des réseaux de protection de l’enfant. Depuis 2004, le gouvernement a créé plus de 750 réseaux de protection de l’enfant à travers le pays. Ils rassemblent des policiers, des juges, des médecins, des représentants des ONG, des autorités administratives telles que les maires et les chefs de district. Les réseaux sont mis en place à tous les niveaux de l’administration – du plus centre jusqu’au plus bas niveau, le fokontany. Les réseaux sont des plateformes qui facilitent la coordination de toutes les interventions en matière de protection de l’enfant. Ils facilitent également l’échange d’informations et contribuent à orienter des cas d’un service à un autre. Près de 2.900 enfants victimes d’abus et d’exploitation ont reçu des soins appropriés à travers ces réseaux.

Grâce à une approche plus pratique pour s’assurer directement que les réseaux de protection de l’enfant répondent correctement aux cas, et pour minimiser les taux d’exploitation sexuelle avec le travail que nous faisons avec les sociétés minières, nous nous attendons à voir un impact progressif et positif dans les prochaines années sur les cas de protection. 

  

 

 
Search:

 Email this article

unite for children