Le partenariat Union Européenne/Unicef/ Agence Française de Développement renforce le service de santé de base pour des millions de Malgaches

© UNICEFMadagascar/2018/Fanjaniaina

Après cinq années de mise en œuvre, le programme d’appui aux services sociaux de base – santé ou PASSOBA-SANTE – financé par l’Union européenne et mis en œuvre par l’UNICEF et l'AFD -a atteint des millions de bénéficiaires et a pu renforcer une large part des services de santé de base

Antananarivo, 14 juin 2018 : En 2012, beaucoup de centres de santé restaient fermés ou sous équipés. L’état de santé de presque dix millions de personnes restait fragile et les personnes les plus vulnérables ne se sentaient pas du tout pris en compte. Cinq années après, les témoignages des bénéficiaires affluent.

Rasoarivelo Heritiana Seheno, 25 ans et sa famille peuvent désormais avoir accès aux soins dans le centre de santé de base (CSB) qui se trouve à deux pas de chez elle. Ce qui n’était pas le cas il y a un an et demi de cela car le CSB était fermé après la crise de 2009 faute de ressources humaines.

Relisoa Leticia, chef CSBI d’Antanambao Manarendra a, quant à elle été recrutée par Passoba en novembre 2014 puis intégré les rangs des fonctionnaires après son diplôme issu d’un institut privé.

Après cinq années de mise en œuvre, le programme d’appui aux secteurs sociaux de base ou PASSOBA-SANTE, un programme financé par l’Union européenne et mis en œuvre par UNICEF sur tous les volets relatifs au renforcement du système de santé et l'AFD sur la recapitalisation de la SALAMA, en collaboration avec le Ministère de la Santé Publique en particulier aux niveaux décentralisés,  touche à sa conclusion. Le programme a apporté un souffle dans l’amélioration du système de santé à Madagascar en couvrant la quasi-moitié de Madagascar, soit plus de 10 millions d’habitants dans neuf régions de Madagascar qui sont : Analanjirofo, Anosy, Atsimo Andrefana, Atsinanana, Betsiboka, Boeny, Menabe, Sava et Vakinankaratra.

La liste des principaux résultats atteints par le programme dans 6,844 fokontany et 1,094 CSBs est longue :

·       La réouverture des 73 CSB qui étaient fermés au début du programme pour absence de personnel de santé, ce qui a permis la couverture en service de santé d’une population additionnelle d’environ de 500,000 habitants.

·       Le recrutement et l’intégration à la Fonction Publique de 538 agents de santé dans les 50 districts sanitaires des 9 régions appuyées, 

·       La mise à disposition de kits de fidélisation à 69 centres de santé de base les plus enclavés et éloignés pour la rétention des agents de santé à leurs postes.

·       L’informatisation de la gestion des ressources humaines dans les 50 districts de santé des 9 régions appuyées.

·       La mise en œuvre de l’approche Financement Basé sur les Performances (FBP) dans 5 districts sanitaires de la région d’Atsimo Andrefana, c’est-à-dire dans 133 CSB couvrant un million d’habitants.

·       La mise aux normes de 244 bâtiments de santé par la réhabilitation (dont 218 CSBs), la dotation d’équipements et matériels, et le renforcement des capacités en gestion des Agents de santé ;

·       Le renforcement du système national d’approvisionnement en intrants de santé : 657 PhaGecoms (Pharmacie à gestion communautaire) dotés en médicaments, 73 PhaGecoms performants gratifiés, paiement des frais de gestion à 50 PhaGdis (Pharmacie de gros de District) et surtout la recapitalisation de la Centrale d’Achat SALAMA.

·       L’identification des personnes vulnérables et l’amélioration de leur prise en charge gratuite par le fonds d’équité

·       Le renforcement de capacités des agents de santé travaillant dans les CSB à offrir des soins de qualité, dont notamment la remise à niveau des 87 paramédicaux issus des IFIRP privés et en poste dans les régions d’Atsinanana et Analanjirofo.

·       La documentation des bonnes pratiques et des leçons apprises de l’appui au renforcement du système de santé à Madagascar.

 

Des résultats exceptionnels malgré les défis et contraintes qui se sont posés durant cette période, tels que l’insécurité persistante dans nos régions d’intervention, la crise humanitaire dans la partie Sud du pays liée à la sècheresse, et aux conséquences du phénomène El Niño. Dans son discours de clôture du programme, le Représentant de l’UNICEF à Madagascar, Elke Wisch n’a pas manqué  de faire un appel à tous les acteurs pour continuer, consolider et coordonner les efforts entrepris dans le renforcement du système de santé. Le renforcement intégré des systèmes de santé reste une stratégie nécessaire et efficace pour l’amélioration de l’accès et de la qualité de tous au droit à la survie et au développement, et en particulier les plus vulnérables. Passoba se conclut mais la dynamique doit demeurer. Sur le même ordre d'idée, Son Excellence Monsieur l'Ambassadeur de l'Union européenne, Monsieur Antonio SANCHEZ-BENEDITO a insisté sur l'importance de la bonne gouvernance dans le secteur santé, afin de garantir une meilleure efficience et efficacité des dépenses publiques, notamment en assurant une meilleure déconcentration des ressources, pour permettre la pérennisation des résultats exceptionnels atteints dans le cadre de PASSOBA santé.

La cérémonie de clôture de ce jeudi 14 juin 2018 a vu la présence de l’UNICEF, de l’Union Européenne et du nouveau Ministre de la Santé, Pr RANTOMALALA Harinirina Yoël Honora, témoin de ce programme d’appui aux services sociaux de base – santé ou PASSOBA-SANTE depuis le début de sa mise en œuvre.

 

 

 

Español Français