U-Report contribue à réduire la violence en période Covid-19

Lancé en Haïti en 2019 par l’UNICEF avec le support financier du Canada, U-Report compte à ce jour plus de 21 000 jeunes inscrits à travers tout le pays

Jean Panel Fanfan
Les jeunes U-reporter en train de prendre la pose
UNICEF Haiti/2020/Edler
07 décembre 2020

Lancé en Haïti en 2019 par l’UNICEF avec le support financier du Canada, U-Report compte à ce jour plus de 21 000 jeunes inscrits à travers tout le pays. Ce qui en fait un outil important, quand on sait que les jeunes passent une bonne partie de leur temps sur leur téléphone. En période de confinement lié à la Covid-19, U-Report contribue à réduire la violence contre les enfants dans les ménages.

Anne Jensley, 15 ans, assise dans la cour de son domicile, a les yeux rivés sur son téléphone, elle est très concentrée. C’est un chaud matin de jeudi, elle est à la maison- les écoles n’étaient pas encore ouvertes- avec sa famille. Dehors, on entend le bruit des véhicules et des passants, rien qui ne puisse la détourner.

Car elle répond au dernier sondage de U-report, qui porte sur la violence contre les enfants. Elle prend tout son temps pour répondre aux questions. Elle reçoit des sondages sur son téléphone, et donne son avis. Anne est inscrite à U-Report depuis 2019, dès le lancement du projet. Le stress généré par la pandémie est susceptible d’augmenter la violence contre les enfants. Ils sont aussi les plus vulnérables. D’où l’importance des sondages de U-report qui prend en compte les opinions des jeunes et les achemine au plus haut niveau.

« J’avais reçu beaucoup de sondages intéressants. Je viens de recevoir un sondage sur la violence, qui porte à mon attention sur comment les enfants sont à risque de subir encore plus de violence pendant le confinement dû à la Covid-19 », indique-t-elle. Pour elle, c’est un bon sondage, surtout en cette période de Coronavirus, car il est plus difficile de sortir et on est obligé de supporter l’autre. « Il y’a des gens qui s’expriment par la violence pour se faire entendre. Je pense que ce sondage peut aider les victimes sur la façon de réagir face à cela », ajoute-t-elle. 

Anne Jensley fait souvent la promotion de U-Report en encourageant les jeunes de son quartier à s’inscrire. Lorsqu’ils sont en groupe restreint, avec un masque qui leur couvre le nez et la bouche, elle explique à ceux qui ne se sont pas encore inscrits, les avantages de U-report. Car c’est un outil qui est accessible à tous, pourvu qu’on ait un téléphone. L’accès à U-Report est disponible à travers les deux réseaux téléphoniques du pays.

Chokarella

« Le coronavirus a complètement paralysé mes activités : l’école, les activités de Scout et les rencontres avec mes amis.  J’aime être actif, faire plusieurs choses à la fois. Mais là, rester à la maison tous les jours, je m’ennuie beaucoup », estime pour sa part, Jovani Edwin, un jeune U-Reporter de 21 ans et ami d’Anne. Un autre membre du groupe, Lormane Kelly, explique qu’il n’avait aucune idée de ce qu’était U-report. C’est en discutant avec des amis qu’il a été mis au courant. Il s’est donc inscrit rapidement. « Je suis à l’aise et content de savoir qu’il y a les responsables de U-report et des autorités concernées qui prennent en compte mes réponses et mon avis », souligne-t-il.

U-report est un système gratuit par SMS et utilisation des réseaux sociaux (Facebook, Twitter, WhatsApp, etc.) mis à la disposition des jeunes à travers le monde pour leur permettre de s’exprimer sur les problématiques qui concernent leur communauté. L’outil permet de collecter des opinions non biaisées sur les sujets importants tels que la protection de l’enfant, la santé, l’éducation, l’eau, l’hygiène et l’assainissement, pour ne citer que ceux-là. Ce système permet aux jeunes de travailler avec les acteurs communautaires sur les changements positifs.  Financé par le Canada, U-Report encourage les jeunes à participer et à s’engager.

 

les enfants d'Haiti
UNICEF Haiti/2019/Edler
Young U-Reporters replying to a census on violence

Pour Emmanuel Charles, officier de Technologie pour le développement (T4D) à l’UNICEF, U-Report est vraiment utile dans l’amélioration de la condition des communautés, la valorisation des jeunes et la réduction de la violence envers les enfants dans le contexte de la pandémie à COVID-19. « Dès l’apparition des premiers cas de Covid-19 dans le pays, nous avons utilisé U-Report pour lancer des messages de sensibilisation sur la maladie et des sondages pour savoir si les jeunes connaissent les gestes barrières. Nous avons aussi insisté sur la violence dans les maisons en période de confinement », déclare-t-il.

En Haïti, plus de 21.000 jeunes haïtiens se sont inscrits à U-Report en un an. Grace à cet outil, les jeunes se sont informés sur la violence faites aux enfants dans la maison, à cause du stress et de l’oisiveté lie à la COVID-19.

 

 

Les jeunes U-reporter en train de prendre la pose
UNICEF Haiti/2020/Edler