Lancement de la vaccination contre la COVID-19 en Haïti

L'UNICEF soutient la vaccination dans un contexte de recrudescence des cas de COVID-19, de manque d'électricité et d'augmentation de la violence urbaine qui menace le bien-être des enfants et des familles.

Par Manuel Moreno
27 juillet 2021

Port-au Prince, Haïti – Le lancement d’une campagne de vaccination contre la COVID-19 au niveau national est une affaire complexe dans n’importe quel pays du monde. En vue de la situation actuelle dans laquelle se trouve Haïti, avec des conflits constants, un accès peu fiable à l’électricité et des désinformations concernant le vaccin, les équipes de l’UNICEF travaillent sans relâche pour améliorer le transport, augmenter la capacité de communication de masse et renforcer la chaîne du froid dans tout le pays.

Il y a moins de deux semaines, Haïti était le seul pays des Amériques à ne pas avoir reçu une seule dose de vaccin contre la COVID-19. À la suite de l’arrivée de 500 000 doses de vaccin données par le gouvernement des États-Unis à travers COVAX FACILITY, la campagne de vaccination a commencé rapidement dans certains hôpitaux de la région métropolitaine de Port-au-Prince.

Karl Marx Dossou, UNICEF Immunization Manager oversees the COVID-19 vaccination roll out on 24 July 2021, in Haiti, Port-au-Prince, in l’hôpital Saint-Damien (also known as Petit-Frere et Sœurs)
UNICEF/Haiti/2021/Fils Guillaume

L’hôpital Saint-Damien, aussi connu sous le nom de Nos Petits Frères et Sœurs, a été l’un des premiers à commencer avec la campagne de vaccination le vendredi 16 juillet et il fait partie des trois centres de vaccination qui fonctionnent en ce moment dans la région métropolitaine. Dans les jours et semaines à venir, la vaccination s’étendra à d’autres centres et zones du pays.

La semaine prochaine, il y aura 22 nouveaux centres de vaccination opérationnels et au niveau national, soit un total de 483 sites qui ont déjà été identifiés pour la vaccination.

UNICEF's vehicles transport COVID-19 vaccines to a UNICEF solar-powered fridge in l’hôpital Saint-Damien (also known as Petit-Frere et Sœurs) COVID-19 vaccination roll out on 24 July 2021, in Haiti, Port-au-Prince, in l’hôpital Saint-Damien (also known as Petit-Frere et Sœurs)
UNICEF/Haiti/2021/Fils Guillaume
Ernsly Jackson, UNICEF Immunization Specialist, and Karl Marx Dossou, UNICEF Immunization manager transport COVID-19 vaccines to a UNICEF solar-powered fridge in l’hôpital Saint-Damien (also known as Petit-Frere et Sœurs)
UNICEF/Haiti/2021/Fils Guillaume

L'UNICEF soutient le gouvernement haïtien dans la distribution, le transport et le stockage des vaccins contre la COVID-19. Pour maintenir les vaccins à la bonne température et renforcer la chaîne du froid, l'UNICEF a installé plus de 920 réfrigérateurs à énergie solaire en Haïti.

En tout, l'UNICEF a équipé 96 % de toutes les institutions de santé d'Haïti de réfrigérateurs solaires, grâce a l’appui de Gavi, de la Banque mondiale et du Japon.

Ernsly Jackson, UNICEF Immunization Specialist, and Karl Marx Dossou, UNICEF Immunization manager refill with COVID-19 vaccines a UNICEF solar-powered fridge in l’hôpital Saint-Damien (also known as Petit-Frere et Sœurs)
UNICEF/Haiti/2021/Fils Guillaume
Ernsly Jackson, UNICEF Immunization Specialist, and Karl Marx Dossou, UNICEF Immunization manager refill with COVID-19 vaccines a UNICEF solar-powered fridge in l’hôpital Saint-Damien (also known as Petit-Frere et Sœurs)
UNICEF/Haiti/2021/Fils Guillaume

« Pour un stockage sûr, sans un réseau d'électricité fiable, conserver un grand nombre de doses de vaccin au froid peut être un exercice difficile, surtout dans les zones les plus reculées », explique Karl Marx Dossou, responsable de la logistique de la chaîne du froid de l'UNICEF en Haïti.

Karl est l'un des agents de l'UNICEF qui aide le ministère de la Santé à remplir de doses de vaccin les réfrigérateurs à énergie solaire installés dans les hôpitaux.

A nurse carries COVID-19 vaccines from a UNICEF solar-powered fridge to the vaccination site in l’hôpital Saint-Damien (also known as Petit-Frere et Sœurs)COVID-19 vaccination roll out on 24 July 2021, in Haiti, Port-au-Prince, in l’hôpital Saint-Damien (also known as Petit-Frere et Sœurs)
UNICEF/Haiti/2021/Fils Guillaume

Chaque jour, des infirmiers et infirmières et des agents de santé transportent dans des glacières des doses de vaccins contre la COVID-19 depuis les frigidaires à énergie solaire de l’hôpital Saint Damien jusqu’aux points de vaccination. Chaque jour, à l’hôpital Saint-Damien environ 200 personnes sont vaccinées.

A nurse prepares a COVID-19 vaccination shot on 24 July 2021, in Haiti, Port-au-Prince, in l’hôpital Saint-Damien (also known as Petit-Frere et Sœurs)
UNICEF/Haiti/2021/Fils Guillaume
A woman receives a COVID-19 vaccine on 24 July 2021, in Haiti, Port-au-Prince, in l’hôpital Saint-Damien (also known as Petit-Frere et Sœurs)
UNICEF/Haiti/2021/Fils Guillaume

Le nombre de cas et de décès dus à la COVID-19 a presque doublé dans le pays depuis le début de l'année.

Les agents de santé en première ligne, les personnes âgées de plus de 50 ans et celles souffrant de maladies préexistantes font partie des groupes prioritaires pour la première phase de vaccination.

Neonatal nurse Alabrie Marie Myriam after receiving the COVID-19 vaccine on 24 July 2021, in Haiti, Port-au-Prince, in l’hôpital Saint-Damien (also known as Petit-Frere et Sœurs)
UNICEF/Haiti/2021/Fils Guillaume

« Je suis infirmière en néonatalogie à l'hôpital. Maintenant que j'ai été vaccinée, je me sens beaucoup plus en sécurité pour faire mon travail et protéger les enfants et leurs parents contre les risques d'infection par la COVID-19 », explique l'infirmière Alabrie Marie Myriam.

Pourtant, il ne suffit pas de rendre les vaccins accessibles sur le terrain. Convaincre le public que les vaccins contre la COVID-19 soient sûrs, efficaces et gratuits est essentiel pour protéger les personnes les plus à risque.

Doctor Thanika Brun waiting to receive the COVID-19 vaccine on 24 July 2021, in Haiti, Port-au-Prince, in l’hôpital Saint-Damien (also known as Petit-Frere et Sœurs)
UNICEF/Haiti/2021/Fils Guillaume
Doctor Thanika Brun receiving the COVID-19 vaccine on 24 July 2021, in Haiti, Port-au-Prince, in l’hôpital Saint-Damien (also known as Petit-Frere et Sœurs)
UNICEF/Haiti/2021/Fils Guillaume

« En tant que médecin, je dois donner l'exemple aux autres », déclare la Dr Thanika Brun. « Les vaccins contre la COVID-19 sont efficaces pour prévenir l'infection et réduire le risque de transmission du virus entre les personnes. Mais même une fois vaccinés, nous devons continuer à nous protéger », explique-t-elle.

L'acceptation des vaccins en Haïti est extrêmement faible, alimentée par des rumeurs et des informations erronées. Selon une étude de perception réalisée par l'Université d'Haïti le mois dernier avec le soutien de l'UNICEF, seuls 22 % des Haïtiens accepteraient d'être vaccinés.

Hervé Ternier after receiving the COVID-19 vaccine, and her 19-month-old daughter Rosaika, on 24 July 2021, in Haiti, Port-au-Prince, in l’hôpital Saint-Damien (also known as Petit-Frere et Sœurs).
UNICEF/Haiti/2021/Fils Guillaume

L'UNICEF soutient une campagne de communication visant à sensibiliser des groupes, tels que des associations religieuses, des médias et des groupes communautaires, pour les aider à surmonter l'hésitation à se faire vacciner et à informer leurs communautés sur les vaccins contre la COVID-19.

« Je ne voulais pas me faire vacciner à cause de toutes les informations négatives qui circulent sur les médias sociaux. Mais une fois le vaccin arrivé en Haïti, avec des informations plus fiables et après en avoir parlé avec mon épouse, nous savons qu'il est sûr et qu'il nous protège tous face à la COVID-19 », admet Hervé Ternier, avec sa fille Rosaika de 19 mois dans les bras, après avoir reçu le vaccin.

Portrait of Ernsly Jackson, UNICEF Immunization Specialist in Haiti on 24 July 2021, in Haiti, Port-au-Prince, in l’hôpital Saint-Damien (also known as Petit-Frere et Sœurs)
UNICEF/Haiti/2021/Fils Guillaume

A cause de l’augmentation de la violence urbaine entre gangs armés dans plusieurs quartiers de la capitale, plus de 15 000 femmes et enfants ont été contraints de fuir leur domicile. L'UNICEF envisage une logistique plus sophistiquée et des routes alternatives pour distribuer et administrer les vaccins.

« Certaines routes sont bloquées par la violence entre les gangs. Le risque est très élevé en raison de la fragilité des vaccins, qui doivent être conservés à la bonne température pendant le voyage. C'est pourquoi nous envisageons également de transporter les vaccins contre la COVID-19 par voie aérienne vers d'autres zones », explique Ernsly Jackson, spécialiste de la vaccination pour l'UNICEF en Haïti.

COVID-19 vaccines are being packaged to be transported for the first time to other departments of Haiti on 24 July 2021, in the WHO/PAHO vaccine warehouse of Port-au-Prince.
UNICEF/Haiti/2021/Fils Guillaume

Les vaccins contre la COVID-19 sont en cours d'emballage et de transport vers d'autres zones d'Haïti, afin que la campagne de vaccination puisse commencer cette semaine dans différentes parties du pays.

Il s'agit de la première donation de doses à Haïti, mais ce ne devrait pas être la dernière. L'UNICEF espère que ce premier don de doses sera suivi de dons provenant d'autres pays bien approvisionnés afin de pouvoir atteindre les personnes les plus vulnérables à l'infection par la COVID-19, contribuant ainsi à sauver des vies haïtiennes et à freiner la propagation de la pandémie en Amérique latine et dans les Caraïbes.