La clinique mobile de l'UNICEF apporte une lueur d'espoir à Cité Soleil assiégée.

Le Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP), l’UNICEF et les ONG partenaires Médecins du Monde et Sakala ont fourni des services de santé essentiels à une population qui en a cruellement besoin.

Gessika Thomas
Des gens attendent dans une salle pour se faire consulter.
UNICEF/140A0149/Thomas
09 août 2022

Dans la chaleur du matin du samedi 30 juillet 2022, à quelques mètres des rives de la baie de Port-au-Prince, des centaines de personnes se sont rassemblées pour accéder aux soins de santé essentiels fournis par l'UNICEF, Médecins Du Monde et le MSPP en réponse à la récente situation humanitaire résultant de la vague de violence armée qui a déferlé sur Cité Soleil depuis le 8 juillet 2022.

"Mon fils, Anderson Beaucicot, s'était tordu le bras et je craignais qu'il soit cassé. J'étais très inquiète. Maintenant, je suis soulagée après la consultation. Ce n'était qu'une entorse", a déclaré Gina Saint-Fort, 37 ans.

Depuis le 8 juillet, une nouvelle flambée de violence a surgi alors que des gangs rivaux se livrent une guerre acharnée à Cité Soleil, une commune d'un quart de million d'habitants. Selon l'ONU, entre le 8 et le 17 juillet 2022, plus de 471 personnes ont été tuées, blessées ou portées disparues. Environ 3 000 personnes ont également fui leur domicile, dont des centaines d'enfants non accompagnés, tandis qu'au moins 140 maisons ont été détruites ou incendiées.

Déjà limité en temps normal, l'accès aux services de santé à Cité Soleil est un défi pour ses 300 000 habitants. La récente vague de violence qui a touché le quartier a rendu les besoins de la population encore plus pressants et urgents.

“Les cliniques mobiles brisent les obstacles économiques ainsi que les difficultés d'accès des populations aux soins de santé. Ce sont des soins gratuits à la population, a dit Dr Alex Garraud, officier de santé à l'UNICEF.

Du VIH à la malnutrition, des pathologies cutanées aux blessures par balle, les agents de santé de Médecins du Monde secondés par des agents de santé communautaires polyvalents (ASCP) ont traité un large éventail de conditions. Des centaines d'enfants ont été vaccinés et consultés pour de la fièvre, de la diarrhée et des affections cutanées.

Une femme enceinte assise à l'intérieur d'un dispensaire.
UNICEF/Thomas
Une femme enceinte se fait ausculter pendant la clinique mobile à Cité Soleil.

Des dizaines de femmes enceintes ont également été consultées lors de la visite. En fait, la plupart d'entre elles n'avait jamais vu de médecin et, dans certains cas, à quelques jours de l’accouchement.

"J’étais venue consulter. Malgré le fait que je n'ai pu trouver tous les médicaments dont j'avais besoin, je suis satisfaite", a déclaré Wesline Cazeneuve, 19 ans, mère monoparentale et enceinte.

Un groupe de personne s'assoient, attendent leur tour.
UNICEF/Thomas
Les patients sont heureux de participer à cette clinique mobile.

La situation est grave à Cité Soleil. Il y a seulement quelques semaines, des centaines de personnes y ont été tuées, blessées et des milliers de personnes déplacées, des centaines de maisons détruites par une vague sans précédent de violence des gangs.

Ainsi, la population était très enthousiaste à l'idée de participer à la clinique mobile. Aidant même allègrement à sa mise en place. Ils étaient disciplinés, respectueux et organisés. Il y avait beaucoup de sourires. Comme si la clinique apportait un rayon de lumière dans le quartier assiégé.

"Je serais heureuse que ce travail se poursuive, car je ne pouvais pas lui apporter les soins nécessaires alors que son bras continuait à enfler", a remercié Gina Saint-Fort.

Wesline Cazeneuve de son côté, regarde l’avenir avec optimisme :

« S'il y a quelque chose de plus à faire, j'aimerais de l'aide pour pouvoir mieux gérer ma vie en retournant à l'école et en poursuivant mes études. ”

“Dans le futur, nous aimerions que la population puisse avoir accès à davantage de cliniques mobiles à Cité Soleil. Nous souhaitons aussi travailler avec le Ministère de la Santé Publique afin que des structures sanitaires permanentes soient installées à Cité Soleil.”

Depuis le 20 juillet, l'UNICEF a livré près de 1.000 litres d'eau potable, pouvant répondre aux besoins urgents de 16.000 personnes par jour pendant une semaine, et 500 kits d'hygiène pour desservir 2.500 personnes. Les deux cliniques mobiles déployées à Belekou et à Bois Neuf ont offert une prise en charge médicale à plus de 500 personnes, dont la majorité sont des femmes et des enfants.