Donnez la voix aux enfants

La journée a aussi marqué le 30e anniversaire de la Convention relative aux droits des enfants (CDE) adoptée par l'Assemblée générale de l'Organisation des Nations unies le 20 novembre 1989.

Jean Panel Fanfan
UNICEF Haiti/Manuel

26 novembre 2019

L’organisation ‘Enfants épanouis d’Haïti’(ENEPH) avec le support de l’UNICEF, a organisé ce vendredi 22 novembre, un spectacle pour les enfants et par les enfants pour célébrer la Journée mondiale de l’enfance. L’activité a tenu toutes ses promesses, tant les enfants ont ébloui les invités par leur talents multiples. Ils ont voulu se servir de cette plateforme pour envoyer un message fort : ‘’Dwa pou tout timoun’’. La journée a aussi marqué le 30e anniversaire de la Convention relative aux droits des enfants (CDE) adoptée par l'Assemblée générale de l'Organisation des Nations unies le 20 novembre 1989.

Les dessins des enfants sur une grande fresque en bois, des ballons et les lumières multicolores, la scène disposée avec les micros, les parents assis, ainsi que les invités, le décor était planté pour ce qui allait être une soirée inoubliable pour les enfants.

Une belle fête des enfants

L’ambiance était électrique, des performances à couper le souffle, le public totalement sous le charme des jeunes artistes : Flore-Alie, Gaetan R., Gaetan L., Michel, Rose, Ween’s Kate, Gaelle, entre autres. Ce sont autant d’ambassadeurs que les enfants d’Haïti peuvent compter dans leur rang. Ils se servent de leur talent aux multiples facettes pour rappeler aux plus âgés que l’enfant a des droits.

La soirée a commencé par une pièce de théâtre sur la domesticité. Sur un ton comique, les enfants ont réussi à faire passer leur message sur ce sujet sérieux. « Tous les enfants ont les mêmes droits, et ceci sans aucune discrimination », lance une amie à Linda, une mère qui humilie une jeune fille qui travaille comme domestique chez elle. La pièce s’est terminée sur une note positive, car à la fin, Linda prend conscience du mal qu’elle a causé et promet de traiter la jeune fille comme sa propre fille.

L’autre pièce de théâtre de la soirée a surtout mis l’accent sur la Convention Relative aux droits de l’enfant. Les acteurs ont mis en lumière les articles de la CDE qui rappellent les droits fondamentaux des enfants : droit à l’éducation, droit à la santé, droit à l’identité, droit d’expression entre autres. « Les Etats parties s'engagent à protéger l'enfant contre toutes les formes d'exploitation sexuelle et de violence sexuelle. A cette fin, les Etats prennent en particulier toutes les mesures appropriées sur les plans national, bilatéral et multilatéral… selon l’article 34 de la CDE », ont-ils rappelé, parmi les autres articles de la CDE qu’ils ont cités.  

Les jeunes de l’ENEPH ont prouvé qu’ils pouvaient chanter, danser et jouer. On aurait dit des professionnels tant leur prestation sur scène était de haute facture. Ils ont interprété diverses chansons relatives aux droits de l’enfant comme : ‘Chacun sa route’, ‘Heal the world’, ‘L’oiseau et l’enfant’. La salle vibrait à l’unisson et les applaudissements fusaient de toute part.

Les enfants font entendre leurs voix

L’ENEPH avec le support de l’UNICEF a organisé des formations pour les enfants sur leurs droits et ces enfants, pairs éducateurs, sont allés dans des lieux publics, églises, entre autres sensibiliser les gens sur l’importance de respecter les droits des enfants. L’organisation a également réalisé un atelier de dessin pour les enfants, afin de les permettre d’exprimer leurs droits.

« J’aimerais devenir une diplomate et un avocat. J’aime les relations internationales et en tant qu’avocat j’aimerais défendre les droits des enfants. Les droits des enfants doivent être respectés par tous. Mon dessin parle d’un enfant qui vit avec son oncle et qui est victime de traite. C’est pour dire non à toute forme d’exploitation et oui à la protection de tous les enfants », a expliqué Widsaïda M., âgée de 16 ans, paire-éducatrice et artiste de la soirée.

Pour sa part, Gaetan L., âgé de 14 ans, paire-éducateur et artiste de la soirée,  indique, pour sa part, qu’il aimerait devenir un gestionnaire. « Car j’aime gérer et j’aimerais fonder une entreprise, spécialement pour les jeunes et les enfants qui sont victimes de violence sexuelles. Pour moi, les droits des enfants sont des acquis que tout le monde doit respecter. Mon dessin parle de l’article 12 de la convention relative aux droits des enfants qui stipule que les enfants ont le droit de s’exprimer librement sur toutes les questions qui les concerne », poursuit-il.

UNICEF Haiti/Telisma
L'un des jeunes de l'ENEPH dans une petite allocution

Les promesses faites aux enfants il y a 30 ans doivent être tenues

Plusieurs responsables ont participé à cette soirée : M. Edwing Charles, Ministre de la jeunesse, des sports et de l’action civique ; Mme Maria Luisa Fornara, Représentante de l’UNICEF en Haïti ; M. Fabrice Leclerc, coordonnateur national de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) en Haïti ; M. Diem Pierre, qui a représenté l’institution étatique l’IBESR et Mme Guetty Bazin, coordonnatrice générale de l’ENEPH.

M. Edwing a rappelé que les enfants représentent le présent et l’avenir du pays. « L’Etat à l’impérieuse obligation de la formation intellectuelle, sociale de son citoyen.  J’étais comme vous, très petit, j’avais pris ma responsabilité en tant qu’enfant. Je veux vous prodiguer ces conseils, il faut vous former », s’est-il adressé aux enfants dans la salle.

« Cette commémoration de la Journée mondiale de l’enfance que nous tenons aujourd’hui, revêt un sens particulier : elle est l’interpellation au monde entier pour la tenue des promesses faites aux enfants il y’a 30 ans », a déclaré Mme Maria Luisa Fornara. « Nous devons nous enorgueillir des progrès réalisés mais nous sommes appelés à redoubler d’efforts afin d’assurer un accès équitable aux services sociaux de base pour tous les enfants haïtiens. Nous devons améliorer la survie et le développement des enfants, nous devons renforcer la voix des enfants. Les enfants doivent avoir voix au chapitre, donner leur avis, contribuer aux affaires qui les concernent », a-t-elle ajouté.

Depuis 30 ans, il y a eu d’énormes progrès en Haïti, grâce à un engagement fort des autorités, des partenaires mais aussi et surtout, celui des communautés, des parents et des familles. Tout au long de ce parcours, l’UNICEF a accompagné l’Etat haïtien dans la mise en place de politiques publiques et de leur mise en œuvre dans plusieurs domaines, pour l’amélioration des conditions de vie des enfants haïtiens.

 

Nous devons nous enorgueillir des progrès réalisés mais nous sommes appelés à redoubler d’efforts afin d’assurer un accès équitable aux services sociaux de base pour tous les enfants haïtiens. Nous devons améliorer la survie et le développement des enfants, nous devons renforcer la voix des enfants. Les enfants doivent avoir voix au chapitre, donner leur avis, contribuer aux affaires qui les concernent.

Maria Luisa Fornara, Représentante de l'UNICEF en Haïti
UNICEF Haiti/Telisma
La Représentante de l'UNICEF et une fresque peinte par les enfants avec l'aide d'un artiste professionel.