Atelier de formation sur le reportage éthique et la Convention relative aux droits des enfants

Promouvoir les droits des enfants dans les médias haïtiens

Jean Panel Fanfan
Photo souvenir des journalistes
UNICEF Haiti/Sérant

29 mai 2019

Cette année, l’UNICEF commémore à travers le monde, le 30eanniversaire des droits de l’enfant qui date de 1989. C’est une occasion annuelle de renouveler notre engagement en faveur de la protection des droits de chaque enfant », a déclaré la Représentante de l’UNICEF en Haïti, Mme Maria-Luisa Fornara, à l’ouverture de l’atelier de formation sur le reportage éthique et la Convention relative aux droits de l’enfant (CDE), les 9 et 10 mai 2019 à Port-au-Prince.

Devant une vingtaine de travailleurs de la presse dont des membres de l’Association des journalistes haïtiens (AJH), Mme Fornara a rappelé que sans l’aide des médias, la Convention relative aux droits des enfants, que l’État haïtien a ratifiée en 1995, n’aura pas toute sa portée transformatrice au sein de la société.

Promouvoir les droits des enfants

« Un enfant est reconnu comme une personne de moins de dix-huit ans », a-t-elle rappelé, tout en insistant sur la non-discrimination qui pourrait porter atteinte aux droits universels inaliénables que le monde a promis de protéger le 20 novembre 1989 lorsque l’Assemblée générale des Nations unies a adopté la Convention relative aux droits des enfants. « Tous les droits s’appliquent à tous les enfants sans exception. Il est du devoir de l’État de protéger les enfants contre toute forme de discrimination et de prendre des mesures positives pour promouvoir leurs droits à la santé, à l’éducation, à la protection, à l’eau, à l’hygiène. Ces droits sont inaliénables et en tant que communautés, parents, État ou institutions internationales, nous devons nous acquitter de notre devoir d’assurer à l’enfant ces droits », a-t-elle soutenu.

Évoquant l’article 13 de la Convention qui s’enracine dans le droit à la liberté d'expression, la Représentante de l’UNICEF en Haïti, a rappelé que ce droit comprend la liberté d’exprimer ses points de vue, de rechercher, de recevoir et de répandre des informations et des idées de toute espèce, sans considération de frontières. Aussi, a-t-elle convié les journalistes à promouvoir les enfants dans le cadre des émissions radiophoniques et télévisuelles ou encore à les encourager à émettre leurs idées dans des périodiques et sur Internet, à travers des blogs consacrés aux enfants.  

Plus loin, elle a fait savoir que l’UNICEF, en tant qu’entité des Nations Unies, a toujours travaillé de concert avec la presse. « Nous avons déjà lancé une série de formations pour les journalistes. Nous avons formé plus de 250 journalistes à travers tout le pays sur des thématiques liées à la pratique du journalisme et les droits de l’enfant », a-t-elle informé.

 

Le Secretaire général de l'AJH dans son intervention
Claude Bernard Sérant
Jacques Desrosiers, secrétaire general de l'AJH dans sa présentation

Le meilleur allié des enfants

Le secrétaire général de l’Association des journalistes haïtiens (AJH), M. Jacques Desrosiers, qui a été l’un des formateurs dans le cadre de cet atelier a présenté le ‘’Guide pratique journalistique’’ comme un outil pédagogique qui promeut les droits des enfants dans les médias haïtiens. « Nous organisons cette formation, environ un an après la publication du Guide pratique journalistique pour promouvoir les droits des enfants dans les médias haïtiens. Ce guide fournit des conseils professionnels dans leurs exercices journalistiques quotidiens. Ces principes permettront aux journalistes de se familiariser avec les différents instruments dont dispose l’UNICEF en Haïti dans ses actions pour la protection de l’enfance », a-t-il dit.

Le secrétaire général de l’AJH, a poursuivi : « Nous journalistes, devons être les premiers défenseurs et promoteurs des droits de l’enfant dans la mesure où, dans notre agenda professionnel quotidien, nous pouvons inscrire cette problématique en vue de contribuer à forger le meilleur environnement sociétal pour les enfants du pays. Nous avons la capacité et l’obligation d’introduire les enfants dans l’espace public, en vue de refaire la mentalité des adultes, de corriger leur fausse perception de l’enfance. » 

Durant deux journées, plusieurs présentations des principaux axes d’interventions de l’UNICEF ont capté l’attention des journalistes réunis en atelier : la Convention relative aux Droits des enfants (CDE), la Protection, la Santé, la Nutrition, l’eau l’hygiène et l’assainissement, les Urgences et la lutte contre le choléra, la Communication pour le développement, entre autres. L’outil U-Report qui sera lancé sous peu, et facilitera la participation des jeunes dans les prises de décision a aussi été présenté, de même que les interventions visant à atteindre les plus vulnérables en situation d’urgence.

Le dernier jour, document à l’appui, les intervenants ont insisté sur les règles d’or : « En intervenant ou en faisant un reportage sur les enfants, une attention particulière doit être accordée à la vie privée et la confidentialité de chaque enfant, à ce que les opinions des enfants soient entendues, à la participation aux décisions qui les concernent, à être protégé contre les préjudices et autres ». On retiendra également qu’il « ne faut pas publier un article ou une image qui est susceptible de mettre à risque un enfant, sa famille, ses proches ou ses paires, même lorsque l’identité a été changée, camouflée ou non utilisée. »

L’atelier de formation montre clairement l’intention de l’UNICEF : appuyer les journalistes à servir l’intérêt public sans compromettre les droits des enfants. D’autres formations sont prévues dans d’autres endroits du pays.

 Il est du devoir de l’État de protéger les enfants contre toute forme de discrimination et de prendre des mesures positives pour promouvoir leurs droits à la santé, à l’éducation, à la protection, à l’eau, à l’hygiène. Ces droits sont inaliénables et en tant que communautés, parents, État ou institutions internationales, nous devons nous acquitter de notre devoir d’assurer à l’enfant ces droits.

Maria Luisa Fornara, Représentante de l'UNICEF en Haïti