Centre de presse

Communiqués de presse

Vidéos

Histoires vécues

Publications

 

L'UNICEF sensibilise les policiers haitiens sur la protection des mineurs

© MINUSTAH/2008/
© MINUSTAH/2008/
58 policiers et deux juges de paix haïtiens participaient au séminaire sur la protection de l’enfant de Cap haïtien.

L'UNICEF continue sa politique de sensibilisation à la protection des mineurs en participant activement  à des séminaires de formation destinés aux policiers haitiens et auxiliaires du système judiciaire.

Après les départements du Sud, du Nord-Est et  du Sud-Est, c'était au tour du département du Nord d'accueillir, les 21 et 22 janvier 2008, son propre séminaire sur la protection de l’enfant auquel participaient 58 policiers et deux juges de paix haïtiens.

Organisé  par L’UNICEF, en collaboration avec la section régionale des Droits de l’homme et la participation de l’Unité de Protection de l’Enfant de la MINUSTAH (Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti), ce séminaire ouvert par le commissaire du gouvernement, Clersias Célencieux, était animé par le directeur départemental du département du Nord, le commissaire divisionnaire Joany Canéus; le juge conseiller à la défense sociale, Mme Norah Amilcar Jean-François; le responsable régional des Droits de l’Homme, M. Régis Mamet; le responsable de la Brigade de la protection des mineurs (BPM), le commissaire Renel Costumé; Mme Carline Allen de la CPU MINUSTAH; M. Gilles Savart, conseiller technique MINUSTAH auprès de la BPM; l’inspecteur  Louis Petit-Frère de l’Institut du Bien être social et de la Recherche (IBESR); M. Gaston Sananes, consultant protection de l'enfant à l’UNICEF.

© UNICEF Haïti/2008/ Patrice Brizard
© UNICEF Haïti/2008/ Brizard
« Cette formation vise à protéger l’intérêt supérieur de l’enfant, car nous voulons que les enfants vivent mieux et puissent s’épanouir en Haïti », a expliqué Gaston Sananes, consultant protection de l'enfant à l’UNICEF.

Gaston Sananes, nous explique que cette formation au Cap Haïtien, la quatrième après Les Cailles, Fort Liberté et Jacmel  « vise avant tout à protéger l’intérêt supérieur des enfants pour qu’il vivent mieux et puissent s’épanouir en Haïti… » « En pratique, il s’agit à terme de mettre en place dans les départements des cellules de protection des mineurs destinées au renforcement de la Brigade de protection des mineurs (BPM) ». « Celle-ci ne comprend actuellement que 15 policiers pour une compétence territoriale nationale. Il est donc clair que la  BPM est actuellement insuffisamment dotée en moyens matériels et humains, même s’il est prévu de renforcer l’effectif de la Brigade en la faisant passer de 15 à 30 fonctionnaires, dont une dizaine de femmes. »

Les cellules de protection des mineurs, une fois constituées, seront composées chacune de 5 fonctionnaires de police. Ceux-ci, très spécialisés, et formés à la protection des enfants seront les points focaux de la BPM dans leur département pour toutes les questions où un mineur sera impliqué. Les cellules seront ouvertes dans neuf des dix départements du pays puisque la BPM, installée à Port-au-Prince, couvre déjà le département de l’Ouest.

A lire également :

Formation des policiers de la Brigade de protection des mineurs

 

 

 

 

Interview avec :

M. Gaston Sananes, consultant UNICEF
Interview réalisée par Eugène Louicius Micius
Radio MINUSTAH
 Source audio


Recherche:

 Envoyez cet article

unite for children