L’UNICEF accompagne le Ministère de la Santé dans la lutte contre la malnutrition à Conakry

64 agents de nutrition provenant des centres de santé publics et privés et 5 points focaux de nutrition des Directions Communales de Santé de la ville de Conakry peuvent désormais assurer la prise en charge de la malnutrition aigüe

Aissatou Sadio CAMARA
64 agents de nutrition venus des centres de santé publics et privés et 5 points focaux de nutrition  sur le protocole sur le nouveau protocole de prise en charge des enfants malnutris aigus
Aissatou Sadio CAMARA
14 octobre 2021

64 agents de nutrition venus des centres de santé publics et privés et 5 points focaux de nutrition des Directions Communales de Santé de la ville de Conakry, ont été formés sur le nouveau protocole de prise en charge des enfants malnutris aigus.

L’Enquête Démographique et de Santé de la Guinée 2018 révèle que 9% d’enfants de 6-59 mois souffrent de malnutrition aiguë, ou sont minces par rapport à leur taille, 30% d’enfants souffrent de malnutrition chronique, soit 3 enfants sur 10 ont une petite taille par rapport à leur âge et accusent un retard de croissance, alors que le taux admis par l’OMS est de 10%. La prévalence du retard de croissance est de 21 % à Conakry. Quant à l’insuffisance pondérale, c’est-à-dire enfants trop maigres par rapport à leur poids, le taux est de 16 %.

Cette formation va renforcer les capacités des agents de ces centres de santé publics et privés. Ils pourront désormais mieux assurer le dépistage précoce, la prise en charge et le suivi des enfants malnutris aigus, afin de contribuer à la réduction de la morbidité et de la mortalité infanto-juvénile à Conakry. Cette formation décentralisée, permettra aux agents de lutter contre la malnutrition au sein de la communauté et ainsi sauver des vies. 

30 centres de santé publics et 26 privés ont été ciblés pour cette formation.

« Nous avons conçu plusieurs modules sur la prise en charge d’un enfant malnutri, il s’agit notamment de comment admettre un enfant malnutri au niveau des services de santé, comment faire le dépistage, le triage qui permet d’identifier le type de malnutrition auquel l’agent est confronté et comment faire la supervision, le suivi et l’évaluation de l’enfant malade », a déclaré Dr Saran Camara, point focal de la santé de la reproduction, planification familiale et nutrition à la Direction de la Santé de la Ville de Conakry .

Formation des agents des centres de santé publics et privés sur le nouveau protocole de prise en charge des enfants malnutris aigus
Aissatou Sadio CAMARA
Formation des agents des centres de santé publics et privés sur le nouveau protocole de prise en charge des enfants malnutris aigus

Pour réussir cette lutte, les agents nutritionnistes ont besoin d’intrants comme l’Aliment Thérapeutique prêt à l’emploi (ATPE).  832 cartons d’ATPE ont été distribués dans les centres de santé publics et privés de la ville de Conakry. « Les centres de santé ont également besoin de matériels de prise en charge et les points focaux des 5 communes doivent faire un suivi après la formation pour s’assurer que les leçons ont été bien apprises par les nutritionnistes », a ajouté Dr Saran Camara.

Tous les enfants vont bénéficier de cette prise en charge avec l’implication des centres de santé privés, rassure Oumar Camara, bénéficiaire et aussi point focal de la direction communale de la santé de Ratoma « nous allons pouvoir toucher un bon nombre d’enfants malnutris, vu que les centres de santé privés aussi ont été impliqués. Grâce à cette formation, j’ai appris à comment faire une prise en charge et comment identifier un cas d’enfant malnutri »   

Plusieurs stratégies ont été mises en place pour lutter contre la malnutrition, explique Dr Tata Gakou, Directrice de la santé de la ville de Conakry : « Nous devons faire le dépistage précoce en impliquant les agents communautaires qui identifient les enfants malnutris lors de leur tournée journalière, ceci permettra aux nutritionnistes d’identifier l’enfant malade et le soigner à temps ».

L’UNICEF, en partenariat avec le Ministère de la Santé et à travers la Direction nationale de la Santé familiale et Nutrition et la Division Alimentation et Nutrition, a appuyé cette formation en vue de contribuer au bien-être des enfants et de leur assurer un bon départ dans la vie.