L’infrastructure d’eau construite par l’UNICEF, rend l’eau accessible à tous les habitants de Sannou

Cette adduction d’eau met ainsi fin au parcours de longues distances des citoyens pour s’approvisionner en eau potable

Saa Momory KOUNDOUNO
Adduction d'eau à Sannou
Saa Momory KOUNDOUNO
07 janvier 2022

Sannou est une commune rurale située à 25km du centre-ville de la préfecture de Labé. Elle était confrontée à un problème d’eau, car n’ayant qu’un seul forage. Les habitants étaient de ce fait, obligés de parcourir des kilomètres pour s’en procurer. Ceux qui ne le pouvaient pas, se rabattaient sur les points d’eau de proximité, dont la qualité laissait à désirer. « Avant, les gens se fatiguaient énormément pour s’offrir de l’eau. Ils parcouraient jusqu’à 2km pour aller par exemple à Boundouwall pour avoir de l’eau potable ou ils se rabattaient sur les puits traditionnels », souligne Elhadj Amadou Habib Diallo, Maire de la commune rurale de Sannou.

Elhadj Amadou Habib Diallo, Maire de la commune rurale de Sannou
Saa Momory KOUNDOUNO
Elhadj Amadou Habib Diallo, Maire de la commune rurale de Sannou

Ce manque d’eau potable affectait également la qualité de prestation des soins au centre de santé de la commune rurale. A l’image de Sannou, plusieurs communes de la région sont dans la même situation.

En avril 2021, l’UNICEF, avec le financement de US Fund for UNICEF et en collaboration avec le Système National d’Aménagement des Points d’Eau (SNAPE), a construit un système d’Adduction d’Eau Potable (AEP) à Sannou, qui couvre les villages de Sannou Centre, Niariya et Roudé Ley. Ce système AEP a été installée sur un forage, avec un débit de 5 mètres cube par heure et dessert à leur tour, 11 bornes fontaines dans la commune, 2 écoles et une structure de santé, bénéficiant ainsi 3 910 personnes.

Aujourd’hui, l’approvisionnement en eau par les habitants de la commune de Sannou a connu une amélioration significative, tant en qualité qu’en distances parcourues. Ils ont désormais de l’eau de qualité et à portée de main. Halimatou Diallo, une grand-mère s’occupant de ses petits-fils à Sannou, affirme : « Avant, s’approvisionner en eau potable était vraiment de la croix et la bannière, avec parfois le tarissement des puits ordinaires et les corvées à Boundouwoll où se trouve le seul forage de la localité, qui est très loin d’ici et quand on y partait, c’était une longue file d’attente. Il fallait s’armer d’une patience de 3 heures. Mais aujourd’hui, nous remercions l’UNICEF, car grâce à lui, nous puisons aisément de l’eau. Cet appui de l’UNICEF est si précieux pour nous que nous nous engageons résolument à entretenir ces différentes bornes fontaines ».

 Halimatou Diallo, venue puiser de l'eau
Saa Momory KOUNDOUNO
Halimatou Diallo, venue puiser de l'eau

Cette adduction d’eau a aussi amélioré la santé des enfants et les prestations au centre de santé de Sannou, témoigne, Mamadou Saliou Kanté, Chef du centre de santé : « Avant, il n’y avait qu’un seul forage. On y partait puisait de l’eau avec des sceaux pour approvisionner les différentes salles du centre de santé. Mais maintenant, les choses sont plus faciles pour nous, car si avant nous lavions, le centre de santé 2 fois par semaine, aujourd’hui ce sont tous les jours que nous le lavons ».

Le taux d’enfants qui souffraient de maladies diarrhéiques a baissé significativement. Ce qui est un soulagement pour les ménages, explique le Chef du centre de santé : « Avant, il y avait beaucoup de cas de diarrhées des enfants de moins de 5 ans. Par exemple, pour le mois de février 2021, on a reçu 50 cas non sanglants contre 16 en mai 2021 ».

Mamadou Saliou Kanté, Chef du centre de santé de Sannou
Saa Momory KOUNDOUNO
Mamadou Saliou Kanté, Chef du centre de santé de Sannou

Conformément au code révisé des collectivités locales du pays, la gestion de l’eau est une compétence transférée à la commune. C’est pourquoi, avec l’appui de l’UNICEF, une unité de gestion du service public de l’eau a été mis en place. Pour pérenniser cet acquis, les 5 membres de l’unité et 11 fontainiers ont été formés sur la gestion des points d’eau. C’est pourquoi, depuis le lancement de cette adduction d’eau, l’eau est vendue au volume en raison de 100 GNF, soit0,0095 USD le bidon de 20 litres. Cet argent collecté sert à faire face à d’éventuelles pannes sur le réseau de distribution de l’eau.