COVID-19 : l'UNICEF plaide pour la continuité des services à Koba

La pandémie du coronavirus a durement affecté les activités des services sociaux de base. En visite à Koba, le Représentant de l'UNICEF a émis le souhait de leur poursuite pour le bien-être des enfants et des femmes de la localité

Saa Momory KOUNDOUNO
Rencontre de la délégation de Dr Pierre Ngom avec les autorités communales de Koba, celles de la préfecture de Boffa et celles de la région de Boké
Saa Momory KOUNDOUNO
28 juillet 2020

Depuis son apparition, la COVID-19 a cristallisé toutes les attentions. Conséquence, toutes les autres activités des services sociaux de base sont mises en veilleuse. 

En Guinée comme partout ailleurs dans le monde, toutes les interventions restent concentrées autour de la lutte contre la COVID-19. C’est dans ce contexte que le Représentant de l’UNICEF a mis à profit sa tournée d’échanges avec les communautés de l’intérieur du pays, au terme d’un mois de collaboration.
Il s'est agi pour lui de constater de visu les progrès réalisés et les défis à relever afin de permettre la poursuite des services en lien avec la survie et le bien-être de l’enfant et des femmes pendant la pandémie.

« Quand il y a une épidémie et ça ce n’est pas seulement en Guinée, les gens fuient les services de santé, les gens fuient les services de l’état-civil, les écoles ferment, donc il y a une baisse générale des activités des services sociaux de base. Généralement, nous faisons le plaidoyer pour la continuité des services. Je suis content qu’ici à Koba, Monsieur le Maire vous ayez mentionné que la scolarisation, l’état civil, les services de vaccination qui continuent. La continuité de ces services est une très bonne chose,car il est important que les gens sachent que malgré la pandémie, la vie continue. Il faut que l’on continue de travailler avec les communautés pour leur dire que c’est bon d’aller au centre de santé quand vous êtes malades et maintenant que le gouvernement a commencé à rouvrir les écoles avec des mesures bien pensées, les enfants peuvent retourner à l’école lorsque ces mesures sont respectées », plaidera Pierre Ngom.

Dr Pierre Ngom, Représentant Résident de l'UNICEF s'adressant à la communauté de Koba
Saa Momory KOUNDOUNO
Dr Pierre Ngom, Représentant Résident de l'UNICEF s'adressant à la communauté de Koba

Pour leur part, les autorités préfectorales de la santé de Boffa l’ont rassuré de cette continuité même si ces services ont été faiblement impactés par cette pandémie. « En ce qui concerne ce centre, vous avez vu qu’en cette période de pandémie, la continuité des services est effective. C’est la maladie à virus Ebola qui a été la plus effrayante avec toutes les réticences qu’elle a entraînées. De plus, comme nous ne comptons pas encore de cas positifs à la  COVID-19 dans la préfecture de Boffa, cela a fait qu’il n’y ait pas eu de réticences, de peur et donc les services sont utilisés. Et les mesures de prévention sont également observées », a expliqué Dr Balla Traoré, Directeur préfectoral de la santé de Boffa.

C'est ainsi que Pierre Ngom a appelé les communautés de Koba à poursuivre les efforts de lutte contre la COVID-19 par le respect des mesures barrières, ce, bien que la commune rurale n’ait pas enregistré de cas positifs à date. Déjà, la préfecture de Boffa, laquelle relève Koba, l’une des communes de convergence, avait en guise de prévention, mise en place un comité préfectoral de riposte contre la COVID-19, rassure le Préfet de Boffa, le Lt/Col. Abdourahamane Kéita.

 « Je voudrais ici remercier notre partenaire privilégié qui est l’UNICEF. Il nous a déployé des agents sur le terrain pour sensibiliser nos parents sur les moyens de prévention de ce virus jusque dans leurs domiciles. A Boffa, il n’y a pas de cas positifs, mais cela ne veut pas dire qu’on doit s’asseoir et croiser les bras, on doit encore continuer de sensibiliser », a rappelé le Préfet de Boffa, le Lt/Col. Abdourahamane Kéita.

Lt/Col. Abdourahamane Kéita, Préfet de Boffa
Saa Momory KOUNDOUNO
Lt/Col. Abdourahamane Kéita, Préfet de Boffa

Il faut noter que dans le cadre de cette riposte, l’UNICEF a fait confectionner 6000 masques par des groupements de femmes de la préfecture de Boffa, ces masques ont été distribués gratuitement aux personnes vulnérables.