Nous construisons un nouveau UNICEF.org et sommes en période de transition.
Merci pour votre patience – N’hésitez pas à nous rendre visite pour voir les changements mis en place.

Eau, assainissement et hygiène

Eau

Image de l'UNICEF
© UNICEF/UN012116/Sokhin
Les enfants du village de Lawaki dans la province du Tailevu, dans les iles Fidji remplissent des bidons d’eau de la rivière. Méme si l’eau est accessible dans leur village, la faible pression ne permet pas de répondre aux besoins de tous les villageois.

L’eau est essentielle pour la survie et le bon développement de tous les enfants. Sans eau, les enfants ne peuvent tout simplement pas survivre ou s’épanouir dans un environnement salubre. Les ressources en eau, et l’ensemble des services qu’elles procurent, renforcent les efforts de réduction de la pauvreté, la croissance économique et la durabilité de l’environnement.

L’eau en chiffres :

  • 663 millions de personnes n’ont toujours pas accès à une eau propre et potable, cela en dépit du fait que la cible sur l’eau des Objectifs du Millénaire pour le développement a été atteinte en 2010.
  • 8 personnes sur 10 privées d’accès à une eau propre vivent dans les zones rurales.
  • 159 millions de personnes utilisent une eau non traitée tirée de lacs et de rivières, la source d’eau qui présente le plus de risques.
  • Depuis 1990, 2,6 milliards de personnes ont obtenu un accès à une source d’eau améliorée et aujourd’hui, 91 % de la population mondiale boit une eau propre.

Approvisionnement en eau et salubrité de l’eau
À travers le monde, les inégalités d’accès à l’eau entre ceux qui vivent dans les zones urbaines et ceux qui vivent les zones rurales ont diminué, mais restent importantes. Huit sur dix des personnes sans accès à une eau potable salubre vivent dans les zones rurales et près de la moitié vivent en Afrique subsaharienne. Les populations les plus déshéritées continuent à utiliser des eaux de surface non traitées provenant de lacs ou de cours d’eau. Un grand nombre de ces communautés défavorisées se trouvent dans des régions éloignées difficiles d’accès. L’approvisionnement en eau des zones rurales restera en conséquence dans la prochaine décennie un défi à relever pour de nombreux gouvernements nationaux et leurs partenaires au développement.

Garantir la salubrité de l’eau est une préoccupation croissante dans de nombreuses régions du monde. Les sources d’eau potable sont de plus en plus menacées par la contamination, avec des conséquences non seulement pour la santé des enfants, mais aussi pour le développement économique et social et la qualité de l’environnement des communautés et des nations concernées.

Les menaces sur la qualité de l’eau potable incluent les mauvaises conditions de manipulation et de stockage de l’eau au niveau des ménages : l’eau tirée de sources salubres peut se retrouver contaminée quand elle finit par arriver dans un ménage et au stade final de la consommation.

À cela s’ajoute la menace de contamination des sources d’eau – qu’elle soit d’origine naturelle ou provienne de la pollution. L’eau contaminée par l’arsenic ou le fluor est dans certains pays un danger pour des millions de personnes ; l’eau qui a été en contact avec des fèces humaines est une cause majeure des maladies, dont la diarrhée, qui tuent plus 800 enfants par jour.

Dans certaines régions du monde, l’eau est rare. Une mauvaise administration publique, la dégradation de l’environnement, la surexploitation et les changements climatiques font encore diminuer des ressources en eau douce déjà rares. Le programme EAH/WASH de l’UNICEF aide les gouvernements à se préparer aux changements climatiques et à s’y adapter, ainsi qu’à adopter des solutions innovantes, comme les pompes hydrauliques fonctionnant à l’énergie solaire et la collecte des eaux de pluie, afin de réduire les conséquences de ces changements climatiques pour les enfants et pour contribuer à protéger leur avenir.

Le travail de l’UNICEF dans le domaine de l’approvisionnement en eau
Améliorer l’accès des familles à un coût abordable à des sources durables d’eau potable et salubre qui soient situées à une distance raisonnable de leur domicile fait partie des efforts les plus essentiels de l’UNICEF.

Pour un accès plus équitable
Pour améliorer le caractère équitable de l’accès à l’eau potable, l’UNICEF travaille à développer un marché et à mettre en place des équipes de foreurs de puits professionnels qui peuvent fournir un accès à une eau salubre aux communautés les plus pauvres et les plus marginalisées. Une des tâches essentielles est de trouver le lieu le plus favorable et le plus sûr pour un point d’eau. La nappe phréatique est la source d’eau la plus en plus utilisée, et elle est souvent relativement facile à atteindre et moins susceptible de subir une contamination que les eaux de surface.

Mais comme cette nappe phréatique est souterraine (invisible donc facilement négligée), elle est souvent mal gérée ou mal comprise. C’est en fait une ressource souvent fragile, susceptible d’être surexploitée et difficile à traiter une fois qu’elle est contaminée. L’UNICEF a défini pour les programmes d’exploitation de la nappe phréatique une série de principes qui indiquent la manière de trouver le meilleur site pour un nouveau point d’eau et la façon de l’exploiter.

Trousse d’outils pour le forage manuel : Explorez cette Trousse d’outils pour le forage manuel qui donne des renseignements techniques, suggère des codes réglementaires, présente des études, des cartes, des vidéos, etc.

Pour un accès plus fiable
Avec le temps, l’UNICEF et ses partenaires ont appris qu’un accès à un service fiable, qui fournit l’eau dont un ménage a besoin pour boire, cuisiner et pour son hygiène, exige la collaboration la plus large avec les communautés et les gouvernements concernés ainsi qu’avec les fournisseurs de services. Cette large coalition contribue à mettre en place un environnement favorable qui permet de traiter et de gérer l’approvisionnement en eau potable de manière à ce qu’il devienne un service. Dans la plupart des pays, des dispositifs institutionnels sont déjà en place pour assurer la prestation de services d’approvisionnement en eau : des politiques publiques, des plans et des dispositifs institutionnels existent, mais leurs résultats restent médiocres. Dans ce contexte, l’exigence de rendre des comptes des actions entreprises aide à inculquer le devoir de responsabilité et à améliorer les rapports entre les différentes parties prenantes impliquées dans la prestation de ces services. L’UNICEF et le dispositif de gouvernance pour l’eau du PNUD à l’Institut international de l’eau de Stockholm (SIWI) travaillent de concert à améliorer la responsabilisation pour la prestation de services, entre autres en offrant aux communautés concernées la possibilité d’y participer et d’avoir accès à des moyens de demander des comptes aux gouvernements et aux fournisseurs concernant la fiabilité de leurs services. Un des éléments importants de ces dispositions est l’utilisation des téléphones cellulaires pour documenter et contrôler le fonctionnement des points d’eau.

Utilisation d’une eau potable salubre
Le meilleur moyen de traiter la question de la pollution de l’eau potable est de commencer par la prévenir. Planifier l’approvisionnement en eau salubre est une méthode qui aide les communautés et les fournisseurs de service à comprendre et à gérer les risques de contamination, et elle est de plus en plus appliquée aux points d’eau, qu’ils soient nouveaux ou reconditionnés. Cette planification aide également à identifier les mesures de contrôle nécessaires que les communautés peuvent prendre pour protéger leur eau d’une contamination due à des facteurs comme la mauvaise construction ou le mauvais placement de toilettes. Des toilettes bien construites aident à prévenir la contamination des sources d’approvisionnement en eau. Se laver les mains régulièrement après avoir déféqué et avant de toucher à de l’eau minimise les risques que des mains sales contaminent l’eau utilisée à domicile. Pour toutes ces raisons, l’UNICEF met l’accent sur la promotion de l’assainissement et de l’hygiène comme importante ligne de défense pour la protection de l’eau potable contre la contamination fécale.

Le traitement de l’eau utilisée par les ménages (par exemple par chloration ou filtration), ainsi que l’amélioration du stockage et de la manipulation de l’eau, est une autre mesure de contrôle pour assurer une utilisation sécurisée de l’eau au niveau des ménages, et elle est par conséquent soutenue par l’UNICEF.

Arsenic et fluor
Depuis plus d’une décennie, l’UNICEF collabore étroitement avec les gouvernements de pays où la contamination par l’arsenic ou le fluor est un grave problème : Bangladesh, Inde, Chine, Vietnam et autres pays. Nous aidons ces gouvernements à contrôler systématiquement les niveaux d’arsenic dans l’eau potable ; à marquer les puits dont l’eau ne doit pas être bue ou utilisée pour faire la cuisine ; à trouver d’autres sources d’approvisionnement en eau salubre à bas coût ; à améliorer les connaissances, changer les attitudes et les pratiques afin de protéger les populations vulnérables d’un empoisonnement par l’arsenic.

Aider le gouvernement à recueillir des données fiables sur la situation concernant l’arsenic dans un pays est un autre aspect important de l’assistance fournie par l’UNICEF, qui soutient également une Enquête en grappes à indicateurs multiples qui permet de recueillir de plus en plus de données sur le problème de l’arsenic dans l’eau potable à travers le monde.

Renforcement de la résistance aux conditions climatiques
Les effets des changements climatiques sont d’abord ressentis par l’intermédiaire de l’eau : par les sécheresses, les inondations et les tempêtes. Ces catastrophes naturelles peuvent détruire les sources d’approvisionnement en eau ou les contaminer, mettant en danger la vie de millions d’enfants. Un grand nombre des régions les plus menacées par les sécheresses et les inondations ont déjà un accès très réduit à l’eau, et les 60 millions d’enfants qui y vivent sont extrêmement vulnérables. Pour faire face à ces changements climatiques, l’UNICEF épaule les pays qui choisissent des solutions qui présentent une meilleure résistance à ces phénomènes, comme les pompes hydrauliques fonctionnant à l’énergie solaire et l’augmentation du stockage de l’eau et de la collecte des eaux de pluie pour faire face aux périodes de sécheresse. Nous fournissons également aux gouvernements concernés un accès à des données facilitant la prise de décision et motivant la priorité accordée à l’adaptation aux changements climatiques dans les stratégies et les plans nationaux du secteur EAH/WASH.

La Journée mondiale de l’eau se tient chaque année le 22 mars dans le cadre de la Semaine mondiale de l’eau

RESSOURCES:

Trousse d’outils pour le forage manuel

Le renforcement de la résistance aux changements climatiques dans le secteur EAH/WASH – Cadre stratégique (en anglais)

La responsabilisation dans le secteur EAH/WASH : éclaircissement du concept (en anglais)


 

 

Recherche