Anglais | Français | Español |||
United Nations Special Session on Children Allez a la page d'accueil de l'UNICEFAllez a la page d'accueil de l'ONU
Photo: Kurdish girl. Iraq, 1997. Copyright Sebastiao Salgado/Amazonas
Photo: Fille kurde. Iraq, 1997. Copyright Sebastiao Salgado/Amazonas

Vous trouverez sur cette page des informations précédentes, mises à jour en mai 2002 pour la dernière fois et qui constituent une documentation de référence. Pour les dernières informations concernant la Session extraordinaire consacrée aux enfants, veuillez consulter la page d'accueil de la Session extraordinaire.

A propos de la Session | Rapport du Secrétaire général | Sommet mondial | Initiatives de suivi | Contrôle de l'exécution | Examen de fin de décennie

 

Introduction

Le Sommet mondial pour les enfants

Il y a un peu plus de dix ans, la plus large assemblée jamais réunie jusqu'alors de dirigeants mondiaux s'est rassemblée autour d'une immense table ronde aux Nations Unies afin de discuter en termes francs et passionnés de ses responsabilités envers les enfants - et de l'avenir.

Comme l'ont démontré les conversations de haut niveau du Sommet mondial pour les enfants, ces deux sujets sont on ne peut plus liés. Et rien ne pouvait proclamer avec plus de force la place centrale des enfants dans notre avenir commun que l'adoption par le Sommet d'un ensemble d'objectifs spécifiques répondant à un calendrier précis et visant à garantir la survie, la protection et le développement des enfants au cours des années 90.

En proclamant « qu'il ne peut y avoir de plus noble tâche que de donner un avenir meilleur à chaque enfant » (voir Déclaration mondiale pour la survie, le développement et la protection des enfants, paragraphe 25), les 71 chefs d'Etat et de gouvernement et les 88 hauts délégués s'engageaient à protéger les enfants et à réduire leurs souffrances, à promouvoir le plein développement du potentiel humain chez tous les jeunes et à rendre ceux-ci conscients de leurs besoins, de leurs droits et des opportunités qui s'offrent à eux. « Nous le faisons non seulement pour la génération actuelle, affirmèrent les dirigeants, mais aussi pour les générations à venir » (voir Déclaration mondiale, paragraphe 25).

Un monde meilleur pour les enfants

En adoptant la Déclaration mondiale pour la survie, la protection et le développement des enfants et le Plan d'action pour la mise en œuvre de la Déclaration (A/45/625, annexe) les dirigeants du monde ont fait une autre promesse d'une importance extraordinaire : ils se sont engagés à toujours mettre en avant les intérêts de l'enfant - que la situation soit bonne ou mauvaise, en temps de paix comme en temps de guerre, en période de prospérité autant qu'en période de difficultés économiques.

Pour ceux qui se trouvaient à New York en septembre 1990, le Sommet mondial pour les enfants fut une expérience transcendante, d'autant plus que la Convention relative aux droits de l'enfant (résolution de l'Assemblée générale 44/25), adoptée en 1989, venait d'entrer en vigueur, suite à une ratification plus rapide et par un plus grand nombre de pays que tout autre instrument des droits de l'homme.

Les objectifs du Sommet en matière de survie et de développement de l'enfant incarnaient les rêves et les aspirations à un monde meilleur pour les enfants. Pris dans leur ensemble, ils exprimaient de la façon plus claire et la plus réaliste l'essentiel de ce que représente la Convention relative aux droits de l'enfant.

Ambitieux mais réalisable

La Déclaration mondiale et le Plan d'action proposaient un calendrier ambitieux mais réalisable et spécifiaient que celui-ci devait être mis en application avant l'an 2000. Pour y arriver, le Sommet proposait une série d'initiatives au plan national ou international afin d'atteindre 27 objectifs précis ayant trait à la survie, la santé, la nutrition, l'éducation et la protection de l'enfant.

Ce calendrier prenait en compte des résolutions approuvées par l'Assemblée mondiale de la Santé, la Conférence mondiale sur l'éducation pour tous ou le Conseil d'Administration du Fonds des Nations Unies pour l'Enfance (UNICEF), ainsi que des déclarations de politique des organismes des Nations Unies, des institutions Bretton Woods et d'organisations non gouvernementales internationales. Cette large prise en charge devait s'avérer cruciale pour le processus de suivi, ainsi que pour la réitération des objectifs du Sommet lors des autres grands Sommets ou Conférences des années 90.

Suivi et contrôle

On entend souvent dire que les nombreuses conférences des Nations Unies définissent des objectifs qui ne seront jamais atteints, et que ces engagements sur papier se traduisent rarement par des initiatives sur le terrain.

Pendant cette décennie au cours de laquelle se sont succédés sommets et conférences des Nations Unies sur le développement, le Sommet mondial pour les enfants tient une place à part, non seulement parce que ce fut la première assemblée de cette importance, mais aussi parce que ses procédures systématiques de suivi et un contrôle rigoureux ont laissé une impression indélébile. Et plus de dix ans plus tard, la liste des mesures de suivi du Sommet ne cesse de s'allonger.

Initiatives nationales

Elles comprennent la soumission, par quelque 155 pays, de programmes d'action nationaux (NPA) visant à atteindre les objectifs du Sommet. Beaucoup ont également préparé des programmes d'action infranationaux. Plus de 100 pays ont mené des enquêtes de contrôle avec, pour renforcer leurs capacités, l'appui et la participation active de nombreuses agences des Nations Unies, de donateurs multilatéraux et bilatéraux, d'universités, de centres de recherche et d'ONG.

Répondant à l'appel du Sommet, un nombre inégalé de 192 pays a ratifié ou signé la Convention relative aux droits de l'enfant. De surcroît, le Secrétaire général a périodiquement soumis à l'Assemblée générale des rapports sur les progrès accomplis en vue de la réalisation des objectifs du Sommet, y compris un important examen de mi-décennie en 1996. Et depuis le Sommet, l'UNICEF prépare chaque année des rapports d'activité sur la réalisation des objectifs du Sommet et les diffuse par le biais de ses publications phares, Le progrès des nations et La situation des enfants dans le monde.

En 2000, un très large processus d'examen de fin de décennie a abouti à la préparation par plus de 130 pays de rapports de fonds exhaustifs sur les progrès accomplis au niveau national. L'ampleur et la qualité de ces rapports de suivi ont enrichi le rapport du Secrétaire général sur l'examen de fin de décennie et ont permis une évaluation objective des progrès accomplis au cours de la décennie, des reculs et des leçons à en tirer pour l'avenir.

(Source : Paragraphes 1-5, Nous les enfants : examen de fin de décennie sur le suivi du Sommet mondial pour les enfants, Rapport du Secrétaire général).

Page d'accueil
 

Informations précédentes :

Introduction
Agenda et activités
Processus préparatoire
Information pour les ONG
Droits de l'enfant
Que fait mon pays ?
Comment participer ?
Centre de presse
Le coin des jeunes
Documentation
Contactez-nous
 
Couverture officielle (Nations Unies)