La situation des enfants dans le monde 1999: Education
Page d'accueil | Activités de l'UNICEF | Dossiers | Information et publications | Cartes de vœux, cadeaux et dons | Coin des médias | La voix des jeunes | A propos de l'UNICEF

La Conférence de Jomtien

Parrainée par le PNUD, l' UNESCO, l'UNICEF et la Banque mondiale * , la Conférence mondiale sur l'éducation pour tous se proposait de faire pour l'éducation ce que la Conférence internationale sur les soins de santé primaires (Alma-Ata, 1978) avait accompli pour la santé. L' appel était lancé en faveur d'une éducation universelle de qualité et l'accent mis sur les citoyens les plus pauvres du monde.

La Conférence de Jomtien constitue un tournant dans la stratégie mondiale de l'éducation. Elle a élargi deux notions: celle d'une éducation de base de qualité et celle de la fourniture de servicesadaptés aux besoins des plus pauvres. Il n'est pas exagéré de dire que Jomtien marque le passage à un consensus international nouveau. L'éducation devient le tremplin qui permet de lutter contre la pauvreté, de donner aux femmes les moyens de se prendre en charge, de promouvoir les droits de l'homme et la démocratie, de protéger l'environnement et de maîtriser la croissance démographique. C'est en vertu de ce consensus qu'en 1996 les pays donateurs membres de l' OCDE se sont engagés à accorder aux pays en développement les crédits nécessaires pour généraliser l'enseignement primaire d'ici 201520.

Autrefois, l'éducation se mesurait en termes de taux de scolarisation bruts dans l'enseignement primaire, secondaire et tertiaire (supérieur). A Jomtien, on comprit qu'il était accessoire de savoir combien d'enfants s'asseyaient sur lesbancs de l'école.

La vision élargie de l'éducation mettait également l'accent sur l'éducation de base, sur les soins aux jeunes enfants, sur l'apprentissage durant l'adolescence et à l'âge adulte.

D'autres éléments clefs virent le jour à Jomtien. On reconnut que l'éducation des filles était prioritaire, que l'apprentissage commence dès la naissance, que les jeunes enfants ont besoin des soins et de la stimulation correspondant à leur développement, que de nouveaux partenariats étaient nécessaires à tous les niveaux entre les gouvernements et les groupes divers.

Comme l'avait fait l'UNICEF pour conduire la révolution en faveur de la survie des enfants dans les années 80, la Conférence de Jomtien s'était fixé des objectifs précis:

  1. étendre les activités de soins et d'éveil de la petite enfance, particulièrement en faveur des enfants pauvres;

  2. universaliser l'enseignement primaire d'ici à l'an 2000;

  3. améliorer les résultats de l'apprentissage, avec des objectifs précis tels qu'un pourcentage convenu d'une classe d'âge déterminée (par exemple 80% des jeunes de 14 ans) atteignant ou dépassant un certain niveau d'acquisitions jugé nécessaire;

  4. réduire d'ici l'an 2000 le taux d'analphabétisme des adultes à la moitié de son niveau de 1990, en mettant l'accent sur l'alphabétisation des femmes;

  5. étendre les services d'éducation fondamentale et de formation à d'autres compétences essentielles destinées aux adolescents et aux adultes;

  6. fournir aux individus et aux familles, grâce au concours de tous les canaux d'éducation, des moyens supplémentaires d'acquisition des connaissances, compé tences et valeurs nécessaires à une vie meilleure et un développement durable 21.

La Conférence réussit à reconquérir quelque peu le terrain perdu dans les années 80 et à remobiliser plus d'une centaine de pays, dont les objectifs en matière d'éducation furent réexaminés et les stratégies pour les obtenir, développées.

Jomtien contribua aussi à replacer l'éducation au centre des priorités du développement international. Les principaux sommets ou conférences des Nations Unies qui se sont tenus depuis Jomtien ont reconnu que l'éducation, particulièrement celle des filles et des femmes, englobe et relie tous ces dom aines d'activité, et qu'elle est le pivot du progrès dans chacun d'entre eux.**

* Après la tenue de la Conférence, le FNUAPest devenu le cinquième partenaire.

** Ces sommets et conférences sont le Sommet mondial pour les enfants (1990), la Conférences des Nations Unies sur l'environnement et le développement (1992), la Conférence mondiale sur les droits de l'homme (1993), la Conférence internationale sur la population et le développement(/I> (1994), le Sommet mondial pour le développement social (1995) et la Quatrième Conférence mondiale sur les femmes (1995).

 

 
Page précédente | Sommaire | Page suivante

Page d'accueil | Activités de l'UNICEF | Dossiers | Information et publications | Cartes de vœux, cadeaux et dons | Coin des médias | La voix des jeunes | A propos de l'UNICEF