Gros plan : Donner la parole aux jeunes

« J’aimerais que toutes les personnes handicapées puissent faire des études. » – Schemona Trinidad, Berbice, Guyana ; 16 ans, déficience visuelle

L’accès à une éducation de qualité est une priorité pour de nombreux jeunes, y compris les enfants handicapés. Lorsqu’on leur a demandé – dans le cadre d’une enquête réalisée pour le rapport La situation des enfants dans le monde 2013 : focus sur le handicap – ce qu’ils aimeraient changer dans le monde pour faciliter la vie aux enfants handicapés, la réponse numéro un a été « améliorer les possibilités d’éducation ».

Les 54 jeunes interrogés (âgés de 13 à 25 ans) étaient membres de la campagne « Young Voices » (Jeunes Voix), une initiative lancée par l’organisation Leonard Cheshire Disability Global Alliance, qui vise à obtenir l’égalité des droits pour les personnes handicapées. Ces jeunes étaient originaires de 10 pays différents (Guyana, Inde, Kenya, Malaisie, Namibie, Philippines, Ouganda, République-Unie de Tanzanie, Soudan du Sud et Zimbabwe) mais avaient beaucoup d’expériences en commun. 

Les difficultés liées à leur handicap affectaient la vie scolaire de la plupart de ces jeunes. Les problèmes les plus courants concernaient le matériel éducatif, les frais de scolarité et le soutien scolaire. Ces problèmes étaient particulièrement marqués pour les élèves sourds ou malentendants et pour les déficients visuels. Ceux-ci ont décrit leurs difficultés pour obtenir des documents scolaires en braille, en grands caractères ou sous d’autres formats accessibles et leurs difficultés pour communiquer (notamment les élèves sourds ou malentendants). En outre, ces jeunes ont souligné qu’en l’absence d’un interprète ou d’un enseignant s’exprimant en langue des signes, il leur était très difficile de communiquer à l’école. Certains estimaient également que leurs enseignants ne prenaient pas suffisamment en compte les besoins des enfants handicapés par faute de formation ou de motivation suffisante. Par exemple, certains enseignants sous-estimaient leurs capacités, tandis que d’autres les ignoraient et ne leur offraient pas l’assistance nécessaire. 

Le second obstacle identifié concernait le fait de se rendre à l’école. Cela était particulièrement difficile pour les élèves en fauteuil roulant ou avec des béquilles, ou ceux ayant des difficultés à marcher. Parfois, l’école était trop éloignée, ou bien c’étaient les fortes pluies, un terrain accidenté ou des routes en mauvais état qui rendaient l’accès à l’école difficile, à pied ou en fauteuil roulant. Le manque d’accessibilité des transports en commun, l’absence de dispositifs d’assistance appropriés ou d’une aide apportée par d’autres personnes étaient les principales raisons évoquées par les jeunes handicapés pour expliquer leur difficulté à se rendre à l’école.

« Quand j’étais plus petit, ma grand-mère me portait sur son dos pour aller à l’école, mais quand j’ai grandi elle n’y arrivait plus alors j’étais obligé de manquer l’école la plupart du temps. » - Anonyme, Harare, Zimbabwe ; 17 ans, atteint d’infirmité motrice cérébrale, handicap intellectuel léger et épilepsie

Lorsqu’ils parviennent à aller à l’école, ces jeunes ont parfois du mal à se déplacer dans l’établissement et à s’intégrer. Les jeunes interrogés ont signalé différents problèmes d’infrastructure auxquels ils sont confrontés, notamment le manque de rampes, d’ascenseurs et de toilettes accessibles. Certains ont été victimes d’exclusion sociale ou ont dû faire face à des difficultés d’intégration ainsi qu’à des problèmes d’intimidation, de discrimination et de harcèlement sexuel. Parfois leurs pairs se moquent d’eux ou mettent volontairement des obstacles sur leur chemin. Même en l’absence de discrimination manifeste, plusieurs jeunes ont déclaré ne pas pouvoir participer à des activités parce que leur handicap n’était pas pris en compte, ou qu’ils avaient du mal à se faire des amis ou parfois même à communiquer.

« Les camarades de classe… font parfois des choses désagréables, comme mettre des tables ou des chaises sur mon chemin pour que je trébuche ou que je tombe. » – Sharmishthaa Atreja, Delhi, Inde ; 24 ans, déficience visuelle

Les difficultés financières occupent une grande place dans les problèmes de ces jeunes, ce qui oblige certains à arrêter complètement leurs études. En effet, les établissements scolaires ne sont pas toujours en mesure de prendre en compte les besoins liés à leur handicap, et sans une assistance appropriée, les jeunes ne peuvent pas continuer à payer les frais de scolarité. Dans certains cas, les écoles et universités ne sont pas disposées à accepter des handicapés. 

Malgré ces difficultés, près de 15 % des sondés ont déclaré qu’ils n’avaient pas de problèmes à l’école.

Ces jeunes ont de nombreuses idées sur la façon de surmonter les problèmes scolaires auxquels ils sont confrontés. Ils évoquent la nécessité d’une éducation accessible à tous – avec des enseignants et du personnel d’assistance compétents, des dispositifs, des documents et une aide pédagogiques appropriés ainsi que des installations conformes aux principes de la conception universelle. Ils ont également émis des idées pour se rendre plus facilement à l’école, par exemple, en améliorant les dispositifs d’assistance ou l’accessibilité aux transports en commun. Une idée originale était de disposer d’une voie prioritaire pour les personnes handicapées. Quelques suggestions ont dépassé le cadre scolaire pour évoquer la nécessité d’une coordination entre les services éducatifs et médicaux afin que les enfants handicapés puissent avoir accès à des services de santé dans les établissements scolaires. D’autres ont évoqué la responsabilité du gouvernement et la nécessité de mettre en œuvre et contrôler le respect des droits des personnes handicapées. Certains ont également souligné l’importance de la lutte contre la discrimination et de la sensibilisation au handicap de toutes les parties prenantes, notamment les autorités. 

L’amélioration des possibilités d’éducation des enfants handicapés n’était que l’un des 12 thèmes identifiés par les sondés pour leur faciliter la vie. Sur le thème de l’éducation, les jeunes interrogés ont également souligné leur souhait de suivre des études supérieures. La liste complète des améliorations souhaitées par les élèves pour faire changer les choses est présentée ci-dessous. La deuxième préoccupation des élèves concernait l’égalité des chances dans la société et la troisième était de rendre l’environnement matériel plus accessible. 

Cette enquête montre clairement que les membres du réseau Young Voices sont très préoccupés par l’égalité de traitement des enfants et jeunes adultes handicapés. Pour eux, l’égalité va de pair avec une éducation de qualité et une facilité d’accès à celle-ci, des services de santé et d’assistance, un environnement accessible et des opportunités égales en matière d’emploi et de loisirs. L’enquête a également souligné combien il est important de donner la parole aux jeunes handicapés. Ils sont parfaitement conscients de leur situation et des changements nécessaires pour améliorer les choses.

Thèmes identifiés par les jeunes en réponse à la question suivante : « Que voudriez-vous changer dans le monde pour faciliter la vie aux enfants handicapés ? » 

  1. Améliorer les possibilités d’éducation pour les enfants handicapés.
  2. Donner les mêmes chances sociales aux enfants handicapés.
  3. Rendre leur environnement accessible.
  4. Apporter des changements au niveau politique et juridique.
  5. Améliorer l’accès aux services de santé. 
  6. Accroître leur possibilité de participer aux activités récréatives et culturelles.
  7. Accroître les possibilités d’emploi pour les personnes handicapées.
  8. Apporter d’autres améliorations générales à la vie des enfants handicapés (divers).
  9. Élargir l’accès aux diverses technologies d’assistance. 
  10. Fournir une assistance financière aux enfants handicapés.
  11. Protéger les enfants handicapés.
  12. Améliorer les relations au sein des familles composées d’un enfant handicapé.

x Faire un don
Merci de confirmer votre pays et nous vous redirigerons vers la page de don approppriée
Localisation: