La communauté internationale reconnaît l’importance de l’enfance

1919
C'est en grande partie grâce à une Anglaise, Eglantyne Jebb, que les droits de l'enfant bénéficient d’une reconnaissance juridique internationale. Elle crée l'association Save the Children Fund pour remédier à la misère que connaissent des milliers d’enfants européens au lendemain de la guerre. Ses ambitions dépassent le simple apport de secours immédiats, et en 1920, elle va vivre à Genève pour y former l'Union internationale de secours aux enfants (qui deviendra par la suite l’Union internationale de protection de l'enfance).

1924
La Société des nations adopte la Déclaration de Genève des droits de l'enfant, dont l’avant-projet a été rédigé par l’Union internationale de protection de l'enfance. La Déclaration énonce le droit des enfants à un développement matériel, moral et spirituel ; à recevoir de l'aide lorsqu'ils ont faim, sont malades, handicapés ou orphelins ; à être les premiers à recevoir des secours en cas de difficultés ; à être protégés contre l'exploitation économique ; et à recevoir une éducation qui leur inculque un sentiment de responsabilité vis-à-vis des autres.

1948
L'Assemblée générale des Nations Unies adopte la Déclaration universelle des droits de l'homme, qui stipule à l'article 25 que l'enfance a « droit à une aide et à une assistance spéciales ».

1959
L'Assemblée générale des Nations Unies adopte la Déclaration des droits de l'enfant, qui reconnaît à l'enfant des droits, comme celui d'être protégé contre la discrimination et d’avoir un nom et une nationalité. Elle consacre également le droit des enfants à l'éducation, à des soins de santé et à une protection spéciale.

1979
L’ONU déclare 1979 Année internationale de l'enfance. La réalisation la plus importante de cette année est de mettre en chantier un projet s’inscrivant dans le plus long terme : l'Assemblée générale des Nations Unies décide de créer un groupe de travail comprenant des membres de la Commission des droits de l'homme de l'ONU, des experts indépendants et des délégations d'observateurs de gouvernements n'appartenant pas l'ONU, d'organisations non gouvernementales et d'organismes des Nations Unies. Ce groupe de travail est chargé de rédiger un projet de convention ayant force juridique.

1989
L'Assemblée générale des Nations Unies adopte à l'unanimité la Convention relative aux droits de l'enfant, qui entrera en vigueur l'année suivante.

1990
Le Sommet mondial pour les enfants a lieu à New York. Il réunit 71 chefs d’État et de gouvernement. Les dirigeants signent la Déclaration mondiale en faveur de la survie, de la protection et du développement de l'enfant, ainsi qu'un Plan d'action pour l'application de la Déclaration, dans lequel sont énoncés des objectifs à atteindre au plus tard en l'an 2000.

1994
L’Année internationale de la famille réaffirme que les programmes devraient soutenir les familles dans leurs fonctions d’encadrement et de protection des enfants, au lieu de fournir des substituts à ces fonctions.

1999
La Convention concernant l'interdiction des pires formes de travail des enfants et l'action immédiate en vue de leur élimination (Convention no 182 de l’OIT) est adoptée. .

2000
Les Objectifs du Millénaire pour le développement des Nations Unies comprennent des objectifs précis relatifs aux enfants, visant notamment à réduire de deux tiers le taux mondial de mortalité des moins de cinq ans et à parvenir à l'enseignement primaire universel pendant la période allant de 1990 à 2015. L’Assemblée générale des Nations Unies adopte deux Protocoles facultatifs à la Convention relative aux droits de l'enfant, l’un concernant l'implication d'enfants dans les conflits armés et l’autre la vente d'enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants.

2002
L'Assemblée générale des Nations Unies tient une session extraordinaire consacrée aux enfants, au cours de laquelle elle examine spécifiquement, pour la première fois de son histoire, les questions concernant les enfants. Des centaines d'enfants y participent en qualité de membres de délégations officielles. Les dirigeants de la planète s'engagent à bâtir « Un Monde digne des enfants ». Ils réaffirment que c'est en premier lieu la famille qui est responsable de la protection, de l'éducation et du développement des enfants et qu'elle a, à ce titre, droit à une protection et à un appui dans tous les domaines.