Nous construisons un nouveau UNICEF.org et sommes en période de transition.
Merci pour votre patience – N’hésitez pas à nous rendre visite pour voir les changements mis en place.

Protection de l'enfant contre la violence, l'exploitation et les abus

Les enfants prennent la parole contre la violence

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Des délégués de la jeunesse à la conférence.

Par Lucy Ashton

LE CAIRE, 29 juin 2005 – Des enfants parlent haut et fort à la Conférence sur la violence contre les enfants, qui se tient au Caire et que parrainent les Nations Unies. Des jeunes, 27 garçons et filles, parlent franchement  face à plus de 200 délégués. Ils proclament la nécessité de mettre fin maintenant à toute forme de violence à l’encontre des enfants, qu’elle intervienne à la maison, à l’école ou dans la rue.

Les jeunes, représentant neuf pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, ont apporté à ces trois jours de conférence sincérité, honnêteté et souvent une perspective tout à fait personnelle. Ils parlent courageusement, en particulier lorsqu’ils font la description de leur propre expérience.

« Dans mon école, les enseignants punissaient les élèves en les laissant debout au soleil jusqu’à ce qu’ils s’écroulent », s’est rappelé un participant de 17 ans à la conférence. « Nous devions également nous asseoir sur nos pieds de telle sorte que nos jambes s’engourdissent et nous fassent vraiment mal ». Il a dit qu’avec de tels sévices les enfants en venaient à haïr l’école et leurs enseignants.

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Une fille parle haut et fort contre la violence.

Sur un grand écran, les délégués ont regardé un film d’animation intitulé « La rébellion des baguettes », réalisé par des enfants en Haute-Égypte. Le film montrait un maître d’école se servant d’une baguette pour taper sur les mains de ses élèves – punis pour avoir discuté en classe du résultat d’un match de football.

En dehors des salles de réunion également, les enfants ont été actifs, enregistrant des réactions vis-à-vis du film, réalisant des entretiens avec des délégués et contactant les médias.

« On rencontre la violence dans chaque école, chaque famille et chaque rue. Jusqu’à présent, nous avons fermé les yeux »,” a dit Aya Lekhyari, de Tunis, qui a 17 ans. « Chaque enfant a le droit de vivre en paix, sans violence. Sinon, il deviendra violent lui-même ».

« Pourquoi y a-t-il tant de conférences comme celle-là alors qu’il y a si peu de résultats concrets ? » a demandé un jeune Yéménite, sous un tonnerre d’applaudissements.

Une question qui devrait inciter les délégués – les adultes tout comme les enfants – à trouver les moyens de mettre fin à la violence contre les enfants, une fois pour toutes.


 

 

Vidéo (en anglais)

29 juin 2005:
Lucy Ashton rend compte depuis Le Caire de la participation des enfants à la Consultation sur la violence contre les enfants dans la région de l’UNICEF Moyen-Orient et Afrique du Nord.

bas | haut débit
(Real player)

Recherche