Le progrès des nations: Nutrition


Kenya et Nigéria: bientôt tout le sel iodé

En 1993 et 1994, Le progrès des nations signalait que la carence en iode affectait le développement physique et mental de quelque 50 millions d'enfants, en condamnait des dizaines de millions à l'arriération mentale et entraînait le crétinisme de 100 000 nouveau-nés par an. La solution -- ioder tout le sel -- existait depuis des décennies.

Ces deux dernières années, la situation a évolué très vite. On ne connaît pas encore les statistiques pour 1996, mais il est probable que les programmes d'iodation du sel ont réduit de moitié le nombre des enfants au risque.

Dix-neuf pays ont atteint l'objectif d'assurer en 1995 l'iodation de 90 % du sel, et 11 autres ont réussi à en ioder 70 %, en bonne situation pour réaliser l'objectif de l'an 2000. Au Kenya, la quasi-totalité du sel est iodée, et au Nigéria 97 %.

Il ne suffit pas d'ioder une forte proportion du sel. Pour être sûr que le problème ne resurgira pas par la petite porte, il faut organiser une surveillance constante, et faire comprendre au public combien il est important de n'utiliser que du sel iodé.

Certains pays enregistrent aujourd'hui le nombre de foyers qui consomment du sel iodé. D'autres contrôlent le pourcentage du sel iodé au point de production.


Photo: Bangladesh -- la moitié des enfants étaient exposés, mais aujourd'hui 62 % du sel est iodé. ©

Le dossier du sel

Pays en développement les plus exposés au risque de carence en iode en 1990, et niveau actuel d'iodation du sel

Population au risque
1990 (millions)
% actuel
de sel iodé
Kenya 10100
Nigéria 2597
Cameroun 1095
Argentine 1090
Pérou 1490
Mexique 2587
Brésil 8084
Iran, R. islamique d' 5082
Ethiopie 2575
Inde 27070
Népal 1668
R.-Unie de Tanzanie 1065
Bangladesh 6062
Chine 38051
Indonésie 9550
Thaïlande 2050
Pakistan 5045
Viet Nam 1742
Philippines 1540
Turquie 2531
R. arabe syrienne 1217
Zaïre 198
Myanmar 157
Soudan 240*


* Equipement et fournitures en place. L'iodation devrait commencer début 1996.

NOTE: On parle de population au risque quand 5 % ou plus des enfants d'âge scolaire présentent un goitre (cette enflure de la thyroïde qui est le symptôme le plus apparent d'une carence en iode). On a constaté récemment que la carence en iode constitue un problème grave même avant l'apparition d'un goitre.

SOURCES: pour les populations au risque vers 1990, Global Prevalence of Iodine Deficiency Disorders, WHO, UNICEF, and International Council for the Control of Iodine Deficiency Disorders (ICCIDD), 1993; pour l'iodation du sel, données (principalement pour 1995) fournies par les bureaux extérieurs de l'UNICEF et la Section de la nutrition de l'UNICEF, février 1996.



[Table des matières] - [Haut de la page] - [Page suivante]