Le progrès des nations: Convention relative aux droits de l'enfant


Les rapports des ONG

La Convention relative aux droits de l'enfant appelle spécifiquement les ONG à intervenir. Par leur action, elles ont montré qu'elles étaient l'un des moteurs principaux dans l'application pratique du traité. Dans plusieurs pays, les ONG aident le gouvernement à élaborer des lois et à diffuser les messages fondamentaux
de la Convention.

Ainsi, au Nicaragua, la réforme de la législation bénéficie de l'assistance de l'organisme chargé de coordonner les ONG de soutien à l'enfance. Aux Philippines, un programme national en faveur des enfants sexuellement exploités et des enfants des rues est mené en commun par des services gouvernementaux et non gouvernementaux, ainsi que des groupements civiques et religieux; ce réseau fournit, outre un personnel compétent, des services communautaires, de protection et d'orientation couvrant 17 villes et quelque 300 projets locaux.

Dans les Caraïbes, la Coalition jamaïquaine pour les droits de l'enfant a contribué à convaincre le gouvernement de ratifier la Convention et d'envoyer son rapport au Comité en temps voulu. Elle a aussi préparé son propre rapport. Dans différents pays, ces «rapports parallèles» ont appelé efficacement l'attention sur les droits des enfants. Au Royaume-Uni, le Children's Rights Development Unit s'est assuré l'appui de plus de 150 organisations bénévoles pour élaborer un rapport de 350 pages, présenté parallèlement au rapport officiel du gouvernement.

En Belgique, les ONG s'occupant des droits de l'homme surveillent les violations de la Convention et mènent souvent des enquêtes. En Jordanie, un groupe d' ONG pour les droits de l'enfant, récemment créé, coordonne la promotion des droits de l'enfant dans ce pays. Au Zaïre, ce sont des ONG qui ont fait connaître des violations des droits de l'homme, telles que le travail des enfants dans les mines, et le viol de jeunes filles.



[Table des matières] - [Page suivante]