UNICEF
Activites de l'UNICEFDossiersInformation et publicationsCartes de voeux, cadeaux et donsCoin des mediasLa voix des jeunesA propos de l'UNICEF
Unicef      

Coin des médias

Centre de presse

Communiqués de presse

FAQ

Situations d'urgence

Pour les stations de radio et de télévision

 

Autres ressources

Journée internationale de la radio et de la télévision en faveur des enfants

Dessins animés pour les droits des enfants

 

 

 

Communiqué de presse

SOUS EMBARGO JUSQU'AU MERCREDI 12 DECEMBRE 01h00 GMT

L'UNICEF demande l'élimination de l'exploitation sexuelle des enfants à des fins commerciales

Un nouveau rapport estime que des millions d'enfants en sont victimes

Page de l'UNICEF sur Yokohama
Communiqués de presse récents

Genève / New York, 12 décembre 2001 - L'UNICEF a demandé aujourd'hui à la communauté internationale de redoubler d'efforts pour éliminer l'exploitation sexuelle des enfants à des fins commerciales.

« Des millions d'enfants du monde entier sont vendus et achetés comme du bétail et deviennent des esclaves sexuels », a déclaré Carol Bellamy, Directrice générale de l'UNICEF. « Il s'agit là d'une violation tout à fait intolérable de leurs droits ».

« Le degré zéro de tolérance signifie la fin de la traite, de la vente, des échanges, de l'emprisonnement et de la torture des enfants », a poursuivi Mme Bellamy. « Cela veut dire mettre un terme à toutes les activités dégradantes de l'exploitation sexuelle des enfants à des fins commerciales ».

Téléchargez la version française du rapport de l'UNICEF A qui profite le crime ? Enquête sur l'exploitation sexuelle de nos enfants en format PDF.

Les déclarations de Carol Bellamy coïncident avec la publication d'un nouveau rapport de l'UNICEF sur l'exploitation sexuelle des enfants à des fins commerciales intitulé : « A qui profite le crime ? Enquête sur l'exploitation sexuelle de nos enfants ». Ce rapport explique en détail l'ampleur et les conséquences du problème et présente des témoignages d'enfants et de femmes victimes de l'exploitation sexuelle. Il est publié dans le cadre du Deuxième congrès mondial contre l'exploitation sexuelle des enfants qui se tiendra du 17 au 20 décembre à Yokohama (Japon). L'UNICEF est l'un des organisateurs du Congrès, avec ECPAT International, le Groupe d'ONG pour la Convention relative aux droits de l'enfant et le Gouvernement du Japon.

Les causes sous-jacentes de l'exploitation sexuelle des enfants à des fins commerciales sont, entre autres, la pauvreté, la discrimination sexiste, la guerre, la criminalité organisée, la mondialisation, la cupidité, les traditions et les croyances, les dysfonctionnements familiaux et le trafic de drogue.

Les conflits armés amplifient les risques pour les femmes et les enfants, qui se retrouvent encore plus exposés à l'exploitation et aux violences sexuelles. Le désespoir peut pousser certains d'entre eux à se prostituer. Les réfugiés sont dans une situation particulièrement vulnérable, face aux exigences de certains responsables de camps, gardes-frontières, policiers et militaires. En Colombie et en Sierra Leone, deux pays ravagés par la guerre, des fillettes de 12 ans ont été obligées d'avoir des rapports sexuels avec des soldats armés afin de défendre leurs familles.

« Il existe peu de violations des droits des enfants qui soient plus choquantes que les abus sexuels et l'exploitation sexuelle à des fins commerciales », a déclaré Mme Bellamy. La Convention relative aux droits de l'enfant, le traité historique des Nations Unies ratifié à ce jour par 191 nations, stipule qu'un enfant a le droit d'être protégé contre toute forme de violence, le droit à l'éducation, le droit de jouer - des droits bafoués par leur exploitation. Les conséquences des sévices se font sentir longtemps après les faits : les enfants victimes d'exploitation sexuelle gardent des blessures sexuelles, physiques et psychologiques qui durent toute la vie ou qui provoquent leur décès avant l'heure.

L'exploitation sexuelle à des fins commerciales et la traite sont deux éléments du problème plus général des abus sexuels sur les enfants. Les victimes courent non seulement le risque d'une grossesse non désirée mais aussi celui de contracter le VIH/SIDA et d'autres maladies sexuellement transmissibles. Les quelques enfants qui parviennent à s'évader du commerce sexuel sont souvent couverts d'opprobre et rejetés par leur famille. Ils ont honte et peur des représailles et les possibilités qu'ils ont de gagner leur vie sont gravement compromises.

Pour lutter contre ces forces, il est nécessaire de prendre l'offensive. Il faut adopter des lois pour promouvoir le bien-être des enfants et les protéger de la maltraitance. Il faut les appliquer et punir sévèrement tous les auteurs d'abus sexuels sur les enfants. Et il faut trouver des moyens de permettre aux enfants et aux familles de vivre dans la dignité.

L'éducation a un rôle essentiel à jouer pour prévenir l'exploitation sexuelle des enfants. Elle donne aux jeunes les moyens de se protéger, et les écoles peuvent apprendre aux enfants à éviter les situations à risques.

Des partenariats internationaux sont nécessaires pour mettre fin à ces activités criminelles qui se jouent des frontières. Parmi les traités importants signés récemment, on peut citer la Convention de l'Organisation mondiale du Travail de 1999 qui interdit les pires formes du travail des enfants. Le Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l'enfant, adopté en 2000, interdit la vente d'enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants.

L'UNICEF remédie aux causes sous-jacentes des abus sexuels sur les enfants en s'efforçant d'améliorer leur accès à l'éducation et la qualité de l'instruction, en mobilisant l'opinion et en défendant leurs droits. L'UNICEF soutient des programmes qui aident les communautés à protéger les enfants, et plaide en faveur d'une législation renforcée et de l'application des lois pour mettre fin au commerce sexuel des enfants. Au Cambodge, un programme soutenu par l'UNICEF a porté secours à 148 enfants qui travaillaient dans des maisons closes, et 260 enfants des rues ont bénéficié de services d'assistance et de réinsertion. En Albanie, l'UNICEF collabore avec une organisation non gouvernementale locale qui organise des classes de réadaptation pour les enfants des rues. Quelque 80 % des enfants qui y participent ont été exploités sexuellement en Grèce et en Italie.

Au Kenya, une ONG appelée SOLWODI (Solidarity with Women in Distress) fait appel à d'autres femmes pour éduquer les femmes et les filles qui risquent de tomber dans le piège du commerce sexuel, et leur propose des conseils, des visites à domicile et des cours sur des sujets tels que le VIH /SIDA, les drogues et les droits des femmes. Une formation professionnelle est aussi disponible.

L'exploitation sexuelle des enfants à des fins commerciales étant une activité clandestine, il est difficile d'obtenir des statistiques exactes à son sujet. Les enfants sont fréquemment acheminés par des réseaux illicites de trafiquants, et le cas de la plupart d'entre eux n'est jamais soumis à l'attention des autorités. Dans de nombreux pays, on ne pense même pas qu'il s'agit là d'un problème. Et pourtant, à en croire les estimations, environ un million d'enfants (des filles principalement) seraient victimes chaque année d'une industrie du sexe qui brasse des milliards de dollars. Comme le montrent les chiffres suivants, le phénomène est mondial :

Enfants et femmes victimes d'exploitation sexuelle :

100 000 aux Philippines
400 000 en Inde
100 000 à Taiwan
200 000 en Thaïlande
Entre 244 000 et 325 000 aux États-Unis
100 000 au Brésil
35 000 en Afrique de l'Ouest
175 000 en Europe de l'Est et Occidentale

Pour obtenir un supplément d'information sur le Congrès de Yokohama, les consultations préparatoires et les possibilités de reportages/interviews, veillez vous adresser à la conseillère du Congrès pour les médias, June Kane :

E-mail: yokomedia@pleasehelp.co.uk
Tél : +41 22 328 27 85 (en dehors des heures de bureau : +41 79 695 64 88)
Fax : +41 22 329 03 10

Fonctionnaires de l'UNICEF chargés des médias

Hans Olsen, Bureau régional de Genève, tél : +41 22 909 5517, email : holsen@unicef.org
Lynn Geldof, Bureau régional de Genève, tél :+ 41 22 909 5531, email : lgeldof@unicef.org
Mitchie Topper, New York, tél +212 303 7910, email : mtopper@unicef.org

Pour obtenir une accréditation au Congrès de Yokohama http://www.focalpointngo.org/yokohama/pressinfo/accreditation.htm

Pour les producteurs de radio et de télévision

Une nouvelle série d'images de télévision sur l'exploitation sexuelle des enfants à des fins commerciales et divers programmes de lutte contre ce fléau est disponible. Cette cassette de 38 minutes comprend des images très fortes, filmées récemment en Albanie, aux Philippines, en Sierra Leone, en Inde et au Nicaragua. Pour un aperçu des scripts et des séquences ou pour commander une cassette, visitez le site Internet suivant : https://www.unicef.org/broadcast/brolls/csec