Nous construisons un nouveau UNICEF.org et sommes en période de transition.
Merci pour votre patience – N’hésitez pas à nous rendre visite pour voir les changements mis en place.

Centre de presse

Communiqué de presse

Au moins 200 enfants disparus en mer en tentant de rallier les côtes italiennes en 2017

As G7 leaders gather in Taormina, Sicily, UNICEF urges them to adopt six-point action agenda to keep refugee and migrant children safe

© UNICEF/UN020015/Gilbertson VII Photo
Boats used by Libyan smugglers to ferry Africans to international waters close to Italy, in a boat graveyard at a port in Pozzallo, Sicily 17 May 2016

TAORMINE, Italie, le 25 mai 2017 – Au moins 200 enfants ont perdu la vie le long de la périlleuse route migratoire de la Méditerranée centrale entre l’Afrique du Nord et l’Italie depuis le début de l’année, soit plus d’un enfant par jour, selon les dernières estimations de l’UNICEF. Ces nouveaux chiffres de la mortalité des enfants sont publiés alors que les dirigeants des pays du G7 se réunissent en Sicile, l’un des points névralgiques de la crise des réfugiés et des migrants en Europe.

Les données de 2017 montrent qu’un nombre croissant de réfugiés et de migrants, notamment des enfants, affronte les dangers de la route de la Méditerranée centrale pour rejoindre l’Europe, en dépit des risques que comporte cet itinéraire. Entre le 1er janvier et le 23 mai, plus de 45 000 réfugiés et migrants sont arrivés en Italie par la mer, une hausse de 44 % par rapport à la même période en 2016. Parmi eux, on compte quelque 5 500 enfants non accompagnés et séparés (en augmentation de 22 % par rapport à 2016) qui représentent environ 92 % de l’ensemble des enfants arrivés en Italie par la route de la Méditerranée centrale. 

« Les enfants qui se lancent sur la route de la Méditerranée centrale en direction de l’Italie sont plus nombreux, ce qui signifie que plus d’enfants ne trouvent finalement que la mort au bout du chemin », explique Justin Forsyth, Directeur général adjoint de l’UNICEF. « Nous avons atteint le record de 26 000 enfants non accompagnés et séparés arrivés en Italie l’an dernier, mais si la tendance se confirme, ce record sera pulvérisé en 2017. Ce n’est pas un record dont nous pouvons nous réjouir. Il nous rappelle au contraire notre incapacité collective à assurer la sécurité et le bien-être des enfants réfugiés et migrants. »  

Plus tôt dans la journée, à la veille du G7, des enfants, des bénévoles, des garde-côtes italiens et des représentants italiens et de l’UNICEF ont participé au sauvetage symbolique de bateaux en papier afin de commémorer les milliers d’enfants qui ont risqué leur vie sur la route de la Méditerranée centrale. Cet événement veut encourager le G7 à prendre des mesures pour protéger les enfants en déplacement.

Au moins 36 000 personnes parmi les réfugiés et migrants secourus depuis janvier ont été conduites en Sicile, là où a lieu le sommet de 2017. La présidence italienne du G7 a par ailleurs fait de la migration une priorité pour les discussions de cette année.

« La Sicile constitue un symbole d’espoir pour les enfants déracinés en quête d’une vie meilleure, mais elle est également l’aboutissement d’un voyage extrêmement dangereux au cours duquel de nombreux enfants ont perdu la vie », ajoute M. Forsyth. « Il est donc opportun que les dirigeants du G7 se rencontrent dans un lieu aussi chargé de symbolisme et de sens pour ce qui est devenu l’une des plus importantes crises de notre époque. Ils ont là l’occasion de démontrer une véritable volonté de trouver une solution de politique concrète pour contribuer à la sécurité des enfants réfugiés et migrants. »

À l’approche du sommet du G7, l’UNICEF s’est réuni avec les « sherpas » du G7 dans leurs capitales respectives pour leur demander de soutenir les orientations italiennes et d’adopter le plan d’action en six points de l’UNICEF pour la protection des enfants réfugiés et migrants. Ce plan vise à :

1. Protéger les enfants réfugiés et migrants, notamment les enfants non accompagnés, de l’exploitation et de la violence ;
2. Mettre fin à la détention des enfants demandant le statut de réfugié ou migrants en proposant d’autres solutions pratiques ;
3. Préserver l’intégrité des familles – le meilleur moyen de protéger les enfants et de leur donner un statut juridique ;
4. Permettre à tous les enfants réfugiés et migrants de continuer à apprendre et leur donner accès aux services de santé et à d’autres services de qualité ;
5. Insister pour que des mesures soient prises afin de combattre les causes sous-jacentes des mouvements massifs de réfugiés et de migrants ;
6. Promouvoir des mesures de lutte contre la xénophobie, la discrimination et la marginalisation dans les pays de transit et de destination.

###

Note aux rédactions : photos, vidéos et b-roll disponibles ici http://uni.cf/2qa2cKc

Pour plus d’informations, veuillez consulter uni.cf/_AChildIsAChild

À propos de l’UNICEF
L’UNICEF promeut les droits et le bien-être de chaque enfant, dans tout ce que nous faisons. Nous travaillons dans 190 pays et territoires du monde entier avec nos partenaires pour faire de cet engagement une réalité, avec un effort particulier pour atteindre les enfants les plus vulnérables et marginalisés, dans l’intérêt de tous les enfants, où qu’ils soient. Pour plus d’informations sur l’UNICEF et son travail : www.unicef.org/fr

Suivez l’UNICEF sur Twitter et Facebook.

Pour plus d’informations, veuillez contacter :
Christopher Tidey, UNICEF New York, +1 917 340 3017, ctidey@unicef.org  
Sarah Crowe, UNICEF Genève (actuellement en Sicile), + 41 79 543 80 29, scrowe@unicef.org  
Marixie Mercado, UNICEF Genève (actuellement en Sicile), +41 79 559 7172, mmercado@unicef.org  
Christophe Boulierac, UNICEF Genève (actuellement en Sicile), +41 79 963 9244, cboulierac@unicef.org      


 


 

 

 

Recherche