Nous construisons un nouveau UNICEF.org et sommes en période de transition.
Merci pour votre patience – N’hésitez pas à nous rendre visite pour voir les changements mis en place.

Centre de presse

Note d'actualité

Note d’information – PALAIS – Financement des réfugiés rohingyas

© UNICEF/Brown
Les enfants rohingyas et leur famille se sont réfugiés à Cox's Bazar au Bangladesh. Plus d'un million d'un demi-million de nouveaux réfugiés ont traversé la frontière entre le Myanmar et le Bangladesh depuis le 25 août

Ceci est un résumé de ce qu’a déclaré la porte-parole de l’UNICEF, Marixie Mercado, à qui les citations peuvent être attribuées, lors d’un point de presse ce jour au Palais des Nations à Genève.

GENEVE/NEW YORK, 17 octobre 2017 - Sans financement supplémentaire immédiat, l’UNICEF ne pourra pas continuer à fournir une assistance et une protection vitales aux enfants rohingyas qui ont fui des violences effroyables au Myanmar et cherché refuge au Bangladesh. Près de 60 % des 582 000 réfugiés ayant quitté le Myanmar depuis le 25 août sont des enfants – et des milliers d’autres traversent la frontière chaque semaine.

Les besoins croissent à un rythme bien plus rapide que les ressources. À l’heure actuelle, l’UNICEF n’a reçu que 7 % des 76 millions de dollars des États-Unis requis pour fournir une aide d’urgence aux enfants au cours des six prochains mois. Parmi les donateurs, on peut citer le Fonds central d'intervention pour les urgences humanitaires géré par OCHA ; les Gouvernements du Canada, du Japon, du Royaume-Uni et des États-Unis ; les comités nationaux français, allemand, américain, britannique, japonais, malaisien et suisse pour l’UNICEF ainsi que la King Abdulla Foundation et le fonds L’éducation ne peut attendre.

Sans les financements supplémentaires :

  • Nous devrons arrêter de traiter et de transporter de l’eau pour plus de 40 000 personnes qui n’auront, le cas échéant, plus d’accès à une eau sûre à la fin du mois de novembre. 
  •  Nous avons construit 180 points d’eau mais nous ne pourrons pas construire les 1 400 points supplémentaires nécessaires pour répondre aux besoins de 350 000 personnes.
  • Nous avons installé 3 700 toilettes, mais sans ressources complémentaires, nous ne pourrons pas installer les 12 000 autres dont ont besoin 250 000 personnes.
  • Nous ne pourrons pas acheter les réserves d’aliments thérapeutiques prêts à l’emploi pour traiter 15 000 enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère (MAS), une maladie potentiellement mortelle. 
  •  Quelque 80 000 enfants n’auront pas accès à des soins de santé de base et environ 100 000 enfants réfugiés récemment arrivés ne seront pas vaccinés contre la rougeole, la rubéole et la polio.
  • Nous ne pourrons pas réagir convenablement à une épidémie massive de maladies transmises par l’eau car nous ne disposerons pas du personnel qualifié et des fournitures nécessaires.
  • Les enfants non accompagnés ou séparés seront privés des services de prise en charge dont ils ont désespérément besoin.

Les enfants rohingyas ont déjà enduré trop d’atrocités. Chacun d’eux a besoin des fondamentaux de la survie : un refuge, de la nourriture, de l’eau, des vaccins et une protection. Non pas demain ou la semaine prochaine, ou le mois prochain. Maintenant. L’UNICEF appelle les donateurs à l’aider à faire respecter le droit le plus fondamental de ces enfants : le droit à survivre.

###

Note aux rédacteurs :

Photos et vidéos disponibles ici

Pour plus d’informations, veuillez contacter:
Marixie Mercado, UNICEF Genève,  mmercado@unicef.org, +4179 5597172;
Jean Jacques Simon, UNICEF Bangladesh, jsimon@unicef.org, +880 01713043478
Chris Tidey, UNICEF New York, ctidey@unicef.og  +1 917 340 3017

À propos de l’UNICEF
L’UNICEF travaille dans certains des endroits les plus inhospitaliers du monde pour atteindre les enfants les plus défavorisés. Dans 190 pays et territoires, nous travaillons pour chaque enfant, chaque jour, partout, afin de construire un monde meilleur pour tous. Pour plus d’informations sur l’UNICEF et son travail : www.unicef.org/fr

Suivez l’UNICEF sur Twitter et Facebook.


 

 

 

Recherche