Le périple vers l’Allemagne d’un garçon syrien | En bref: République arabe syrienne | UNICEF

Nous construisons un nouveau UNICEF.org et sommes en période de transition.
Merci pour votre patience – N’hésitez pas à nous rendre visite pour voir les changements mis en place.

En bref: République arabe syrienne

Le périple vers l’Allemagne d’un garçon syrien

© UNICEF Video
Voici Nawwar de Syrie et Alec d'Allemagne. Ces deux garçons nous donnent une belle leçon d'amitié. #ActedHumanité

 

Par Thomas Nybo

Nawwar et sa famille ont fait le difficile voyage qui les a menés de leur Syrie natale vers l’Allemagne avec l’aide d’amis imaginaires. Maintenant qu’il est retourné à l’école, découvrez sa situation.

BERLIN, Allemagne, 2 mai 2016 – Comment un enfant fait-il face à une traversée en mer dangereuse alors que sa famille fuit la République arabe syrienne en quête d’une vie plus sûre en Europe ? Pour  Nawwar, 7 ans, c’est un groupe de sympathiques ours polaires imaginaires flottant sur de la glace qui ont protégé sa famille tandis qu’ils voyageaient en mer sur une embarcation de la Turquie vers la Grèce. 

Image de l'UNICEF: Nawwar, 7 ans, et sa famille sont venus de Syrie en passant par la Turquie et la Grèce pour finalement arriver en Allemagne. Pendant la dangereuse traversée en mer, il a imaginé qu’il était protégé par de sympathiques ours polaires.
© UNICEF Video
Nawwar, 7 ans, et sa famille sont venus de Syrie en passant par la Turquie et la Grèce pour finalement arriver en Allemagne. Pendant la dangereuse traversée en mer, il a imaginé qu’il était protégé par de sympathiques ours polaires.

« Quand nous sommes montés sur le bateau, nous avons aperçu de gentils ours polaires », dit Nawwar, de façon catégorique. « La meilleure partie de mon voyage, ça a été avec les ours blancs. »

Un dangereux périple

Au cours de l’année dernière, des centaines d’enfants se sont noyés lors de ce périple, beaucoup d’entre eux étant des bébés et de jeunes enfants. Nawwar et sa famille figurent parmi ceux qui ont eu de la chance.

« La partie la plus difficile, c’était de dormir sur des rochers et de monter et d’escalader des montagnes, de monter et de descendre », dit Nawwar. « Ce voyage a vraiment été dur. »

« C’est une longue histoire. »

Une école et un ami

Dans la version abrégée de cette histoire, Nawwar arrive à Berlin voici trois mois et s’inscrit à l’école   Nelson Mandela de Berlin, une école internationale de l’UNESCO qui se définit elle-même comme des Nations Unies en miniature et accueille un ensemble d’élèves très divers. Ces élèves proviennent de plus de soixante pays différents et les enfant y suivent sont programme bilingue en anglais et en allemand.

« En Syrie, je n’allais même pas à l’école », dit Nawwar.Son retour à l’école lui a été rendu plus facile grâce à un autre garçon de sept ans, Alec, qui a servi à Nawwar de traducteur allemand. Tous les deux sont devenus rapidement proches l’un de l’autre.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Video
Nawwar en train de jouer avec Alec à l’école Nelson Mandela, en Allemagne. Tous les deux sont devenus très bons amis quand Alec a servi de traducteur à Nawwar lors de son arrivée. Aujourd’hui, Nawwar est un excellent élève et continue à se faire beaucoup d’amis.

« Alec est un bon camarade et je joue beaucoup avec lui », dit Nawwar. « Nous jouons au LEGO et à  Minecraft. »

Alec parle avec fierté de son nouvel ami.

« C’est vraiment intéressant qu’il soit allé si loin », dit Alec. « Il est parti de Syrie, s’est rendu en Turquie puis en Grèce et finalement en Allemagne. Et il a déjà appris tant d’allemand. C’est vraiment extraordinaire. »

Un accueil chaleureux pour un enfant très bon en lecture

Comme dans le cas de nombreux Syriens, Nawwar a appris à parler anglais lorsqu’il était tout jeune. Bien qu’il ait dû quitter l’école à cause des combats, ses aptitudes en classes ont impressionné Alec. 

« Je voudrais vous dire que c’est l’un des élèves qui, dans notre classe, lit le mieux », dit Alec. « Et, jusqu’à présent, il s’est fait beaucoup d’amis et il s’en fera probablement encore plus au cours de cette année scolaire ; et, à l’école, c’est tout simplement un bon élève. » 

« Tout le monde est très heureux de l’avoir ici. »


 

 

UNICEF Photographie: En quête d'espoir

Recherche