Nous construisons un nouveau UNICEF.org et sommes en période de transition.
Merci pour votre patience – N’hésitez pas à nous rendre visite pour voir les changements mis en place.

Swaziland

Swaziland : une victime de viol trouve un espace sécurisé pour se rétablir

Par Rebecca Wabwoba

Un centre multiservice organisé en guichet unique (One Stop Centre) offre gratuitement à la fois soins médicaux, soutien psychologique, aide légale et services sociaux aux femmes et aux enfants victimes de violences sexuelles ou sexospécifiques

MBABANE, Swaziland, janvier 2015 –Xolile Dlamini*, 18 ans, ne s’était pas sentie très bien à son réveil ce jour fatal de juillet. Ayant décidé d’aller à un dispensaire local au cours de l’après-midi, elle entreprit de s’y rendre à pied. En chemin, elle fut abordée par un homme de son voisinage qui l’attira dans des buissons proches de la route sous prétexte de lui parler d’une affaire de famille.

Image de l'UNICEF: Une affiche sur les murs du centre multiservice de Mbabane au Swaziland encourage les victimes de violences à dénoncer les agressions dont elles ont été victimes
© UNICEF Swaziland/2015
Une affiche sur les murs du centre multiservice de Mbabane au Swaziland encourage les victimes de violences à dénoncer les agressions dont elles ont été victimes

L’homme la viola alors à plusieurs reprises avant de la retenir plusieurs heures. Il finit par s’éclipser après lui avoir volé son téléphone cellulaire.

En état de choc, blessée et perdant du sang, Xolile parvint lentement à retrouver son chemin pour sortir de la brousse alors que la nuit tombait. Elle emprunta un téléphone à la première personne qu’elle rencontra pour appeler sa mère et expliquer l’horrible épreuve qu’elle venait de subir. Sa mère vint la chercher et elles se rendirent ensemble au poste de police local pour porter plainte pour viol.

Aussitôt après avoir enregistré leurs déclarations et les circonstances du viol, les policiers dirigèrent Xolile vers le centre multiservice de Mbabane, un établissement qui offre gratuitement des soins médicaux, un soutien psychologique, une aide légale et des services sociaux aux femmes et aux enfants victimes de violences sexuelles ou sexospécifiques.

« Quand elle est arrivée ici, elle avait perdu tout ressort, elle souffrait et était traumatisée, » explique Futhi Gamedze, Coordinatrice résidente du centre multiservice. « En accord avec les procédures définies, nous lui avons immédiatement donné des soins médicaux, y compris un test de prophylaxie post exposition pour le VIH et un test de grossesse. Nous lui avons offert une session préliminaire de soutien psychologique et nous l’avons inscrite pour des sessions hebdomadaires. »

Xolile est retournée à l’école la semaine suivante, mais le traumatisme était encore trop vif pour elle, et quand son enseignante l’a découverte sanglotant hystériquement dans une salle de classe un après-midi, elle a demandé à Xolile de rester chez elle indéfiniment tout en continuant à suivre des sessions de soutien psychologique au centre multiservices de Mbabane.

Atténuer les traumatismes

Ce centre multiservice à guichet unique a été établi en octobre 2013 par le Ministère de la justice du Swaziland en collaboration avec des partenaires gouvernementaux et des ONG, et grâce au soutien de l’UNICEF, du plan PEPFAR du Gouvernement des États-Unis pour le SIDA (US President’s Emergency Plan for AIDS Relief) et d’autres partenaires au développement.

Image de l'UNICEF: Une salle spécialement aménagée pour le soutien psychologique aux enfants au centre multiservice de Mbabane
© UNICEF Swaziland/2015
Une salle spécialement aménagée pour le soutien psychologique aux enfants au centre multiservice de Mbabane

Ce centre multiservice se consacre à réduire les effets des traumatismes secondaires chez les victimes de viol et d’autres formes de violence en offrant à la fois des prestations médicales, psychologiques et sociales accessibles selon le principe du guichet unique.

Il a aussi pour objectifs d’améliorer les procédures de traitement des viols et des cas de violences physiques et de faciliter les démarches pour en poursuivre les auteurs ; de réduire les délais des procédures judiciaires engagées ; de permettre aux victimes de se rétablir et de retrouver un état de santé optimal.

Les violences sexuelles et les violences sexospécifiques sont fréquentes au Swaziland. Une enquête nationale sur la violence contre les jeunes femmes et les enfants au Swaziland (VACS 2007) a révélé qu’environ 1 femme sur 3 avait subi une forme de violence sexuelle d’une nature ou d’une autre au cours de son enfance. Près d’une femme sur 4 avait subi des violences physiques pendant l’enfance et environ 3 sur 10 avaient été émotionnellement maltraitées au cours de la même période.

Assurer le rétablissement des victimes

Trois mois après cette épreuve traumatisante et grâce à la poursuite des sessions de soutien psychologique au centre multiservice, Xolile est en voie de se remettre et elle est retournée à l’école.

« J’ai reçu énormément d’aide du centre depuis mon viol. Je me sens mieux maintenant et je me concentre sur ma scolarité, et d’ailleurs je viens de réussir mes examens de fin d’année, » explique Xolile.

La mère de Xolile espère que sa fille parviendra éventuellement à oublier ce qui lui est arrivé. Elle semble actuellement être revenue à son état normal et sa mère s’en félicite.

Image de l'UNICEF: Le personnel du centre multiservice de Mbabane et leurs collègues de l’UNICEF du Swaziland rassemblés pour marquer le 2e anniversaire du début des activités de l’établissement
© UNICEF Swaziland/2015
Le personnel du centre multiservice de Mbabane et leurs collègues de l’UNICEF du Swaziland rassemblés pour marquer le 2e anniversaire du début des activités de l’établissement

Le procès du violeur a été fixé à la dernière semaine de janvier 2016 et Xolile a été convoquée pour y témoigner.Multiplier les centres multiservices

Plus de 220 victimes de violences sexuelles et sexospécifiques et de clients ayant besoin d’aide ont été accueillis par ce centre multiservice depuis son ouverture en 2013.

Le Gouvernement du Swaziland prévoit de mettre en place des centres multiservices dans l’ensemble du pays, une initiative qui a reçu le soutien de l’UNICEF et du plan PEPFAR ainsi que d’autres partenaires au développement.

Mme Gamedze explique qu’un soutien accru des partenaires au développement est nécessaire pour rendre le centre multiservice plus efficace. « Nous avons besoin de plus de docteurs, de moyens de transport fiables pour amener les victimes de violence à temps à l’hôpital, et d’un responsable à plein temps pour assurer le suivi des dossiers transmis par le centre aux autorités à toutes les étapes du processus judiciaire et pour se préparer pour les procès. »

*Ce nom a été changé

 



 

 

UNICEF Photographie Violence contre les filles

Recherche