Nous construisons un nouveau UNICEF.org et sommes en période de transition.
Merci pour votre patience – N’hésitez pas à nous rendre visite pour voir les changements mis en place.

En bref : Sierra Leone

Sierra Leone : soigner les enfants atteints de malnutrition au lendemain de l’épidémie d’Ebola

Par Harriet Mason

Au lendemain de la terrible épidémie d’Ebola qui a frappé la Sierra Leone, une ancienne crise sanitaire revient sur le devant de la scène : la malnutrition. L’UNICEF et ses partenaires s’efforcent d’atteindre tous les villages du pays pour y introduire des méthodes de prévention et de traitement de la malnutrition aiguë, dans le cadre d’une démarche communautaire.  

DISTRICT DE KONO, Sierra Leone, 11 décembre 2015 – « J’en étais arrivée au point où j’étais sûre que mon enfant allait mourir, » dit Francess, la mère de Naomi Sam, une petite fille d’un an. Francess pense qu’elle aurait pu perdre Naomi si un agent de santé communautaire n’avait pas compris que la petite souffrait de malnutrition.

Image de l'UNICEF: À 6 mois, Naomi était atteinte de malnutrition grave. Un agent de santé communautaire du district de Kono, en Sierra Leone, a bien diagnostiqué sa situation et a aidé à lui procurer le traitement qui lui a sauvé la vie.
© UNICEF Sierra Leone/2015
À 6 mois, Naomi était atteinte de malnutrition grave. Un agent de santé communautaire du district de Kono, en Sierra Leone, a bien diagnostiqué sa situation et a aidé à lui procurer le traitement qui lui a sauvé la vie

L’épidémie du virus Ebola qui vient juste de prendre fin en Sierra Leone a infecté au moins 8 704 personnes et en a tué un minimum de 3 589. Cependant, il faudra beaucoup plus de temps pour mesurer et comprendre les conséquences d’ensemble qu’elle a eues sur la situation sanitaire du pays.

Avant l’épidémie d’Ebola, la nutrition présentait déjà un grave problème, 12,9 % des enfants de moins de 5 ans souffrant de malnutrition selon le rapport 2014 de l’Enquête nationale sur la nutrition en Sierra Leone. Les procédures de mise en quarantaine et les restrictions apportées aux déplacements, la propagation de l’infection, la peur et la baisse de l’activité économique ont probablement eu des effets importants sur la nutrition.

Dans le village de Kombayendeh, situé dans le district de Kono, dans l’Est de la Sierra Leone, la plupart des parents ne possédaient pas les connaissances les plus élémentaires sur la malnutrition et ses causes, et on voyait fréquemment des enfants atteints de malnutrition dans cette communauté.

Un peu plus tôt cette année, en pleine épidémie, une ONG de Sierra Leone,SILPA (Sierra Leone Poverty Alleviation Agency), a lancé, avec l’aide d’Irish Aid et du Gouvernement japonais, un projet communautaire de dépistage des cas de malnutrition à l’aide d’outils
d’auto-dépistage. Ce projet, qui s’inscrit dans le cadre du Programme de prise en charge intégrée de la malnutrition aiguë de l’UNICEF, visait à atteindre les enfants souffrant de malnutrition de toutes les chefferies du district, malgré les difficultés logistiques présentées par le mauvais état des routes.

Une intervention d’urgence

La petite Naomi fait partie des enfants du village de Kombayendeh qui ont bénéficié du Programme de prise en charge communautaire de la malnutrition aiguë. Quand elle a été examinée il y a environ 10 mois par Charles Bockarie, un observateur de terrain de SILPA, elle souffrait de malnutrition aiguë et était gravement malade. Elle a immédiatement été transportée à l’hôpital de Koidu pour y être traitée, accompagnée par sa mère Francess.

 « Naomi était visiblement malade et devait être soignée de toute urgence, je l’ai donc amenée à l’hôpital le jour même où elle a été identifiée, » explique M. Bockarie.

À l’hôpital, on a constaté que Naomi souffrait d’autres complications médicales qui avaient besoin d’être soigneusement suivies. Elle a été hospitalisée pendant deux mois au cours desquels elle a été traitée pour sa malnutrition et pour les complications qui avaient suivi.

« Je suis très reconnaissante que Charles soit venu ici et l’ai vue, et qu’il nous ait orientées vers un traitement, dit Francess. Il a aidé à lui sauver la vie. »

Naomi a été traitée avec Plumpy’Nut, un aliment thérapeutique prêt à l’emploi à base d’arachide, et à la surprise de sa mère et du reste de sa famille, elle a recouvré la santé.

Image de l'UNICEF: Naomi, à nouveau en bonne santé, avec sa mère Francess. Naomi a été hospitalisée pendant deux mois pour être traitée pour malnutrition et pour les complications associées
© UNICEF Sierra Leone/2015/Mason
Naomi, à nouveau en bonne santé, avec sa mère Francess. Naomi a été hospitalisée pendant deux mois pour être traitée pour malnutrition et pour les complications associées

 « Je me demandais souvent quelle magie il y avait dans le traitement qui lui a permis de retrouver la santé si rapidement, dit Francess. J’ai été si surprise par l’amélioration de son apparence, quelques semaines seulement après avoir commencé à manger le contenu de ces sachets. »

Informer le plus largement possible

On a également montré à Francess comment utiliser les produits alimentaires disponibles localement pour nourrir son enfant, et elle est devenue une « ambassadrice de la nutrition » qui informe d’autres mères sur la façon de bien nourrir leurs enfants et persuade les mères d’autres enfants souffrant de malnutrition d’aller demander un traitement.

« J’ai appris l’importance d’allaiter nos bébés exclusivement au sein jusqu’à l’âge de six mois, et ensuite de leur donner une alimentation complémentaire tout en continuant à les allaiter, de façon à ce qu’ils soient en bonne santé et qu’ils ne tombent pas malades comme Naomi, explique-t-elle. Je conseille à mes amies dans notre village de faire la même chose. »

« J’ai un jardin derrière chez moi où je fais pousser des produits frais. Je vais continuer à bien nourrir Naomi pour m’assurer qu’elle ne retombe pas malade, mais qu’elle grandisse en bonne santé, et qu’elle soit capable de s’occuper de moi quand je serai vieille. »

Bien que la nutrition reste un problème crucial en Sierra Leone, des progrès importants ont été faits pour faire prendre conscience à la population de la question de la malnutrition et des avantages d’une bonne nutrition. L’aliment thérapeutique prêt à l’emploi, qui est maintenant connu dans toute la Sierra Leone, a contribué à sauver la vie de milliers d’enfants– depuis le début de 2015, près de 4 000 enfants du seul district de Kono ont été traités pour la malnutrition et s’en sont remis.


 

 

UNICEF Photographie : Sécurité alimentaire

Recherche