Nous construisons un nouveau UNICEF.org et sommes en période de transition.
Merci pour votre patience – N’hésitez pas à nous rendre visite pour voir les changements mis en place.

En bref : Nigéria

Au Nigéria, des SMS pour enrayer Ebola

Par Geoffrey Njoku

Une plateforme de communication par SMS conçue par l’UNICEF est devenue une source indispensable d’informations pour empêcher la propagation du virus Ebola au Nigéria.

ABUJA, Nigéria, 13 octobre, 2014 – Quand la récente épidémie provoquée par le virus Ebola a d’abord été signalée au Nigéria, Nne Orji a été l’une des nombreuses Nigérianes à prendre des bains d’eau salée, croyant que cela l’aiderait à se protéger de la maladie. Elle a même bu du sel en solution, un remède imaginaire qui a coûté la vie à nombre de personnes.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Nigeria/2014/Alogaga
Des membres de la Fédération des femmes musulmanes du Nigéria s’inscrivent comme U-reporters pendant une réunion de sensibilisation d’U-Report dans l’État de Sokoto.

Elle craignait particulièrement que sa profession d’agent de l’immigration lui fasse courir des risques à cause de ses contacts avec des personnes venant d’autres pays.

Elle était déterminée à faire tout ce qu’il fallait pour se protéger mais, pour cela, elle n’avait pas les bonnes informations. Aux côtés de la peur générale de la maladie, des rumeurs couraient sur les façons dont on pouvait contracter la maladie et sur les moyens miraculeux de la prévenir. Nne n’était qu’une des nombreuses personnes qui y croyaient.

Tout ceci a changé lorsqu’elle a reçu sur son téléphone mobile un SMS de sa sœur aînée. Au bout de plusieurs SMS, Nne disposait de toutes les informations dont elle avait besoin pour se protéger d’Ebola. Elle a commencé à envoyer les messages à ses collègues.

Ces messages sont dus à U-Report, une plateforme de communication conçue par l’UNICEF et déployée dans le cadre de la stratégie de mobilisation sociale contre Ebola. Elle utilise la force de l’effet en cascade de l’envoi d’un message par un simple « U-reporter » vers de multiples destinataires qui, à leur tour, le transmettent aux autres.

Participation citoyenne

L’UNICEF a mis en service U-Report au Nigéria cette année en avril. Grâce à l’utilisation de SMS, elle permet aux abonnés de poser des questions sur différents problèmes, d’obtenir des réponses en temps réel et de transmettre les autres informations aux autres U-reporters du pays. En offrant à la population une plateforme de communication nouvelle et performante, elle vise à renforcer les initiatives locales de développement, la participation des citoyens et les changements de comportement.  

L’épidémie d’Ebola a poussé les Nigérians à chercher rapidement des informations sur la façon de prévenir la maladie. L’utilisation d’eau et de sel pour la soigner était un canular mortel propagé par des médias sociaux. U-Report a permis à la population d’échanger et de recevoir plus vite des informations, même dans les régions difficilement accessibles où d’autres méthodes de mobilisation sociale et de sensibilisation sont moins efficaces. Dans le mois qui a suivi le début de l’épidémie, le nombre d’abonnés a augmenté, passant de 19 000 à 63 000. De nombreuses personnes ont obtenu et fourni des informations sur Ebola - les causes, les symptômes, le traitement et les façons de prévenir la maladie -  et les ont également partagées avec ceux qui n’étaient pas U-reporters.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Nigeria/2014/Alogaga
Les directeurs de l’Office national d’orientation du Nigéria s’inscrivent comme U-reporters pendant une réunion de sensibilisation d’U-Report à Benin-City.

La sœur de Nne Orji, Oruoma Odom, une enseignante en journalisme, est devenue U-reporter cette année au mois de mai lors d’une séance de formation de l’UNICEF pour journalistes et enseignants en journalisme.  « Ce que je fais, c’est que j’envoie les messages chaque fois que je les reçois à mes frères et à mes sœurs qui se trouvent le pays, dit-elle. Ma sœur qui est agent de l’immigration a été la plus reconnaissante car elle n’avait aucune information sur Ebola et, de par sa profession, elle se sentait particulièrement en danger en étant, en quelque sorte, le premier contact avec les visiteurs entrant au Nigéria. » 

Informer la population sur la transmission et la prévention du virus Ebola a été une partie essentielle des efforts menés au Nigéria pour contenir la maladie. Outre les campagnes utilisant le porte-à-porte et les autres opérations de mobilisation sociale apportant des informations vitales sur la maladie provoquée par le virus Ebola, l’UNICEF a utilisé la plateforme U-Report pour toucher un vaste segment de la population nigériane.

Des millions de personnes touchées

« Au cours des premières vingt-quatre heures qui ont suivi le début de l’épidémie, le nombre de nos abonnés qui était de 19 000 a doublé en raison de la précision des information. Les messages spontanés recevaient une réponse en temps réel. Les questions, les réponses et les faits provenant de l’Organisation mondiale de la Santé ont été diffusés sur Twitter et FaceBook comme moyens de prévenir Ebola », dit Aboubacar Kampo,  Responsable de la santé d’UNICEF Nigéria qui supervise U-Report Nigéria.   

« Les gens posent des questions comme : “est-ce que le cola amer guérit Ebola ? ”, “la maladie causée par le virus Ebola se propage-t-elle par voie aérienne ? ”, “la viande de brousse transmet-elle Ebola ? ”, “peut-elle être transmise par des piqûres de moustique ? ”», explique Aboubacar Kampo. « Ce sont les questions que les gens posaient parce qu’ils voulaient savoir et on ne peut pas leur en vouloir. »

Outre les milliers d’U-reporters envoyant des messages à des amis et à des membres de leur famille, les principales stations de radio et de télévision du Nigéria ont rediffusé les messages d’U-Report pour les millions de personnes de leur audience.

« Nous ne devons jamais sous-estimer la force des médias sociaux.  Plus de 100 millions de Nigérians possèdent aujourd’hui un téléphone mobile et ils peuvent avoir les bonnes informations, poser leurs questions et obtenir des autres une réponse en temps réel aussi rapidement que possible », dit Jean Gough, la Représentante de l’UNICEF au Nigéria. « Ceci est un moyen de faire participer les communautés et d’encourager la nécessité d’un changement social que souhaite la population. » 


 

 

Photographie : Lutter contre la plus grande épidémie Ebola

Recherche