Nous construisons un nouveau UNICEF.org et sommes en période de transition.
Merci pour votre patience – N’hésitez pas à nous rendre visite pour voir les changements mis en place.

En bref : Myanmar

Sanctuaire brisé : des écoles prises pour cible au Myanmar

Image de l'UNICEF
© UNICEF Myanmar/2016/Khine Zar Mon
Zau Seng, 11, and teacher Mya, 25, both of whom were injured in an attack on their school.
 

Les attaques contre les écoles et les hôpitaux constituent des violations du droit international et des droits des enfants. Au Myanmar, les violences récentes ont provoqué le déplacement d’environ 100 000 civils, dont 50 % d’enfants, et des écoles ont été prises pour cible. L’UNICEF appelle toutes les forces et groupes armés dans le pays à protéger les écoles et les hôpitaux.  

By Andy Brown

ÉTAT DE KACHIN, Myanmar, le XX XX 2017 - Zau Seng, 11 ans, est scolarisé au collège de Nam Ya, dans le district de Moe Nyin, dans l’État de Kachin, au Myanmar. Il aime étudier le birman et les mathématiques, travailler dans le jardin de l’école et jouer au ballon avec ses amis.

« Plus tard, je voudrais enseigner. Mon professeur m’en a donné envie », affirme-t-il.

En août 2016, le collège de Nam Ya a été la cible d’un bombardement. Zau Seng faisait partie des blessés.

« Je déjeunais avec mes amis et puis il y a eu une explosion », explique-t-il. « Un morceau de métal a été projeté sur ma joue. Je savais que j’avais été touché parce que j’avais mal et mes amis m’ont dit que je saignais. J’étais choqué et effrayé ».

L’État de Kachin est le théâtre d’un conflit depuis 2011, date de la rupture d’un cessez-le-feu qui durait depuis 17 ans. 

Les violences récentes ont provoqué le déplacement d’environ 100 000 civils, dont 50 % d’enfants. Malgré les pourparlers de paix en cours, aucune entente finale n’a été conclue et les combats continuent

Image de l'UNICEF
© UNICEF Myanmar/2016
Mya devant le collège de Nam Ya, où elle et Zau Seng ont été blessés au cours d’une attaque

Le collège de Nam Ya est situé dans une zone sous contrôle gouvernemental, mais proche d’un territoire où deux groupes armés rivaux s’affrontent. C’est au cours des affrontements entre ces deux groupes armés, disent les locaux, que l’école a été attaquée.

Après l’attaque, Zau Seng a été transporté dans un dispensaire voisin, où sa blessure a été nettoyée et traitée. Heureusement, celle-ci était relativement légère, bien que choquante pour un enfant de 11 ans. Mais l’une de ses enseignantes n’a pas eu autant de chance.

L’école prise pour cible

Mya Yupar Nge, 25 ans, enseigne le birman, l’anglais et la géographie au collège de Zau Seng. « J’aime particulièrement enseigner des chansons et des poèmes en birman », affirme-t-elle. « C’est le moment le plus joyeux pour les enfants. Ils aiment chanter ».

Le jour du bombardement, Mya s’est rendu compte que des affrontements étaient en cours vers midi, lorsqu’elle a entendu des tirs venant des collines qui surplombent le collège. « Nous avons immédiatement dit aux enfants de rentrer à l’intérieur de l’établissement et de se cacher », explique-t-elle.

La journée scolaire a été interrompue et les élèves qui vivaient à côté sont rentrés chez eux. Les enseignants sont restés dans l’enceinte de l’établissement pour s’occuper des enfants qui restaient. 

« Certains enfants sont revenus parce qu’ils entendaient des tirs », explique Mya. « Des parents sont venus à l’école, ils criaient le nom de leurs enfants ».

Alors que les enseignants pensaient avoir mis tout le monde en sécurité à l’intérieur, Mya a vu une élève dehors qui courait entre les salles de classe. « Je suis sortie, je l’ai attrapée et l’ai emmenée dans ma salle de classe », explique-t-elle. « C’est à ce moment-là que la grenade est tombée. La porte n’était pas encore fermée, et j’ai reçu un éclat dans l’épaule ».

Mya était choquée et n’a d’abord pas ressenti la douleur. « Mon bras était engourdi. J’ai essayé de bouger ma main et j’ai vu du sang jaillir de mon épaule. Les enfants étaient traumatisés et pleuraient. J’avais très peur. J’ai cru que j’allais perdre mon bras ». 

Finalement, Mya a eu la chance de s’en sortir. Elle a perdu beaucoup de sang, mais deux des parents l’ont emmenée dans un dispensaire proche du collège. Ils ont arrêté son saignement et l’ont transférée en ambulance vers un hôpital de Myitkyina, où elle a été opérée. Les médecins ont pu sauver son bras, mais elle a toujours des éclats logés dans l’épaule et a du mal à se servir de sa main droite.

Malgré cela, Mya a hâte de retourner au collège. « J’y retournerai au début du trimestre prochain », affirme-t-elle. « Je suis impatiente d’y retourner. Je n’aime pas laisser mes élèves si longtemps ».

Image de l'UNICEF
© UNICEF Myanmar/2016/Khine Zar Mon
Zau Seng avec sa grand-mère et Mya devant le bureau de l’UNICEF à Myitkyina

Les règles d’engagement

Les attaques contre les écoles et les hôpitaux constituent des violations du droit international et des droits des enfants. Pour assurer la sécurité des enfants, il est essentiel que les installations civiles, en particulier les écoles et les hôpitaux, soient protégés de la guerre. Au Myanmar, l’UNICEF surveille et établit des rapports sur les attaques contre les écoles et les hôpitaux.

« Les enfants ont droit à l’éducation et doivent se sentir en sécurité à l’école », affirme Aaron Greenberg, Chef de la protection de l’enfance à l’UNICEF. « Nous appelons tous les groupes et forces armés au Myanmar à prendre des mesures pour que les écoles et les hôpitaux soient préservés des conflits. Ils doivent prévoir des formations pour les officiers et les soldats et tenir toute personne enfreignant les règles pour responsable ».

En plus de ce type d’attaques, les groupes armés de Kachin occupent parfois les écoles et les hôpitaux pour les utiliser comme casernes pour les soldats. Cela accroît le risque de violations graves envers les enfants, notamment d’abus sexuels, et perturbe leur accès à l’éducation et aux soins de santé.

« Les soldats n’ont rien à faire dans les écoles et les hôpitaux », affirme Aaron Greenberg. « Leur présence constitue une menace pour les enfants et les enseignants. Lorsque les soldats occupent ces bâtiments, ceux-ci deviennent des cibles et les enfants sont plus susceptibles d’être pris dans des tirs croisés ».

Image de l'UNICEF
© UNICEF Myanmar/2016/Khine Zar Mon
Zau Seng montre l’emplacement de son village, où a eu lieu l’attaque, sur une carte de l’État de Kachin

Victimes de guerre

En plus des attaques sur les écoles, les enfants de l’État de Kachin sont tués ou mutilés par des mines terrestres et des restes explosifs de guerre. Après des décennies de conflit armé, le Myanmar détient l’un des taux d’accidents provoqués par des mines terrestres les plus élevés du monde. Environ la moitié des victimes, qui perdent la vie ou deviennent invalides à long terme, sont des enfants.

« La sensibilisation au danger des mines est insuffisante au Myanmar », explique Aaron Greenberg. « Il existe beaucoup de mythes autour des mines. Plus de 40 % des gens pensent que l’on peut détecter la présence de mines en toute sécurité avec un bâton de bois ou une barre de métal. Le fait de brûler les champs est également considéré comme une méthode sûre pour débarrasser une zone des mines terrestres. En vérité, ces deux méthodes sont très dangereuses ». 

L’UNICEF appelle à la sensibilisation au danger des mines dans toutes les écoles, communautés et centres de santé. D’après une étude récente, trois enfants sur quatre n’ont reçu aucune information sur les mines. Des outils de sensibilisation au danger des mines approuvés par le gouvernement sont désormais distribués à l’échelle nationale. 

Mais il reste encore beaucoup à faire. Les enfants rescapés des accidents liés aux mines et leur famille ont besoin d’un soutien à long terme, notamment en matière de soins de santé, de soutien psychosocial, de rééducation, d’éducation et de moyens de subsistance.

Malheureusement, les forces et groupes armés des deux côtés ont recours aux mines terrestres. « Il y a urgence, on ne peut pas attendre un accord de paix définitif », affirme Aaron Greenberg. « Le Myanmar doit rejoindre les 163 pays qui ont déjà signé la convention internationale sur l’interdiction des mines ».

Pour Zau Seng et Mya, le collège n’est plus un lieu sûr épargné par les violences et les conflits, mais ils ont foi en un avenir meilleur. « Je n’imaginais pas que cela puisse arriver, parce que nous étions dans un établissement scolaire entouré de maisons, mais j’avais tort », explique Mya. « J’espère que le conflit se terminera bientôt pour que les gens cessent d’avoir peur et que les enfants puissent recevoir une bonne éducation ».

 


 

 

Recherche