Nous construisons un nouveau UNICEF.org et sommes en période de transition.
Merci pour votre patience – N’hésitez pas à nous rendre visite pour voir les changements mis en place.

Mali

Au Mali, une longueur d’avance sur le virus Ebola

Par Hector Calderon et Hawa Samake

Bien avant que soit rapporté le premier cas de virus Ebola au Mali, Sayon Traore s’occupait de faire savoir aux gens comment ils pouvaient se protéger eux-mêmes de la maladie.

BAMAKO, Mali, 27 octobre 2014 – « Notre tâche et celle du personnel de santé est très difficile », dit Sayon Traore. « Le commerce et les mouvements de population entre notre village et les villages de Guinée qui se trouvent de l’autre côté de la frontière rendent difficiles nos séances d’information pour la population et le risque d’infection, pour nous, continue d’être élevé. »

Image de l'UNICEF
© UNICEF Mali/2014/Samake
Dans un village poche de Kayes un groupe de femmes se rencontrent pour parler d’Ebola et des moyens de protéger leurs familles de la maladie.

Sayon Traore est une habitante de Dalabala, un village de la localité de Selingué, dans la région de Kayes, au Mali, à environ cent kilomètres de la frontière avec la Guinée.  Elle est l’épouse du chef du village et un membre actif de sa communauté où elle est chargée de la promotion d’une bonne nutrition, de la santé, de l’éducation et de la protection de l’enfance. 

Aussitôt après l’annonce de l’épidémie de virus Ebola en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone, les pays voisins, Sayon Traore a organisé une réunion des femmes de son groupe pour discuter des mesures de préventions à mettre en place dans le village.

Ensemble, elles ont commencé à effectuer des visites dans les familles, à organiser des débats dans le village et à tenir informés les habitants de la communauté sur le virus Ebola, les mesures de prévention et le contrôle de l’évolution de la maladie. Le groupe de femmes s’est associé avec le dispensaire local pour obtenir du matériel d’information, des affiches, des brochures pour les séances d’information avec les habitants et les visites chez chaque famille du village.

Mieux sensibiliser la population

Depuis la confirmation du premier cas d’Ebola au Mali, le 23 octobre, le travail de Sayon Traore est devenu encore plus urgent.

Le besoin d’enrayer la propagation du virus Ebola avec des informations exactes et en sensibilisant la population - en luttant activement contre les rumeurs, les craintes et les idées reçues concernant la maladie – est en train de devenir de plus en plus important pour l’intervention dans son ensemble. 

« J’ai commencé à apprendre à ma propre famille ce qui concernait une bonne hygiène et les moyens de prévention », dit Sayon Traore. « J’ai mis en garde mes sept enfants et mes petits-enfants sur la façon dont Ebola est transmis. J’ai particulièrement insisté sur la nécessité d’être attentif pendant la chasse et d’éviter de toucher des animaux sauvages chaque fois que cela était possible. Je leur ai appris comment se laver correctement les mains en utilisant du savon comme on me l’a enseigné au dispensaire. Depuis, ils effectuent tout cela, ce qui me rend vraiment heureuse. »  

Image de l'UNICEF
© UNICEF Mali/2014/Dicko
Marieme Sidibe, 14 ans, de la région de Kayes, montre aux adolescents de son âge comment se laver correctement les mains au savon afin d’éviter les maladies.

« Les gens sont en train de prendre conscience du danger que représente le virus Ebola, poursuit-elle. J’ai vu beaucoup de gens acheter de l’eau de Javel, du savon et des ustensiles pour se laver les mains. »

En collaboration avec le Gouvernement et les autres partenaires, UNICEF Mali appuie les opérations de prévention menées dans les régions à risque élevé grâce à des équipes mobiles et à la diffusion de messages par l’intermédiaire des radios locales. Au niveau national, l’UNICEF a participé à la mise en place de campagnes d’information pour la télévision, la radio, la presse et les panneaux d’affichage.

L’UNICEF a aussi fourni du matériel au Gouvernement, notamment des tantes, des trousses de soin contre les maladies diarrhéiques et d’autres articles pour l’eau, l’assainissement et l’hygiène comme des  comprimés de purification pour l’eau.

« La campagne de sensibilisation lancée par le Ministère de la santé, le Haut conseil islamique, l’UNICEF, l’OMS et les différents partenaires peut permettre d’éviter la propagation du virus dans notre village et sauver des milliers de vies, dit Sayon Traore. Je demande à tous les intervenants, dont l’UNICEF, de continuer à intensifier leurs opérations en collaborant avec nous pour enrayer la propagation du virus, cela pour le bien-être des habitants de notre communauté, notamment nos enfants. »


 

 

Photographie : En première ligne pour lutter contre Ebola

Recherche