Nous construisons un nouveau UNICEF.org et sommes en période de transition.
Merci pour votre patience – N’hésitez pas à nous rendre visite pour voir les changements mis en place.

Haïti

Haïti, la longue marche pour l’éducation

© UNICEF / Haiti 2014 / video
À Beudoret, une petite localité isolée d’Haïti qui se niche au cœur des montagnes du département du Nord, Joël Matthieu, un enseignant, parle du pouvoir de l’éducation et de l’importance d’un environnement scolaire.

 

Par Jean Panel Fanfan

Dans le cadre d’un partenariat conclu avec le Gouvernement haïtien pour promouvoir l’égalité d’accès à l’éducation, l’UNICEF vient de construire 15 écoles dans le Nord et le Sud du pays, plus spécialement dans les endroits les plus difficiles à atteindre.

BEUDORET, Haïti, 16 décembre 2014 –Le regard de Joël Matthieu, 35 ans, s’illumine quand il parle de son amour de l’enseignement pour lequel il fait quotidiennement de nombreux sacrifices, à commencer par le trajet de 90 minutes qu’il accomplit chaque jour à pied et à moto sur des routes périlleuses afin de parvenir à Beudoret, une petite localité d’Haïti nichée au cœur des montagnes du département du Nord. Il y enseigne depuis 2010.

« Quand il pleut, c’est impossible pour moi d’y monter, parce que les côtes deviennent glissantes, donc tout à fait impraticables, explique-t-il. Je suis parfois obligé de rester à la maison, et c’est la même chose pour les autres enseignants. C’est très difficile pour les enfants. Dans ces conditions, c’est très difficile d’apprendre ou d’enseigner. »

Passer à une éducation de qualité

Beudoret est un endroit isolé et pratiquement dépourvu d’infrastructures. La côte qui y mène est très raide et requière l’utilisation d’un véhicule tout-terrain. Le rebord des falaises n’est jamais loin. Il n’y a pas de dispensaire et l’École nationale construite par l’UNICEF est la seule à des kilomètres à la ronde.

Image de l'UNICEF
© UNICEF / Haiti 2014 / video
Des enfants se tiennent la main an allant à l'école en Haïti.

C’est l’une des 15 nouvelles écoles construites en partenariat avec des entreprises de BTP locales et internationales. Elles sont conçues avec une structure métallique intégrée pour résister aux séismes et aux cyclones. Elles comportent des toilettes – une nouveauté dans la plupart de ces endroits – et sont aussi adaptées à l’accueil des personnes handicapées. Chaque école comporte six salles de classe, plus une salle faisant fonction de bureau pour les enseignants et les administrateurs, ainsi qu’un espace de restauration.

Pour M. Matthieu, il est important de souligner le changement que la nouvelle école a apporté. « Je dois dire que les élèves sont plus enthousiastes dans ce nouvel environnement. Ils apprennent mieux et plus rapidement, » explique-t-il.

Afin d’améliorer la qualité de l’éducation, le Ministère haïtien de l’éducation nationale et de la Formation professionnelle a organisé, en collaboration avec l’UNICEF et d’autres partenaires, plusieurs ateliers de formation pour les enseignants, centrés sur l’apprentissage de la lecture et de l’écriture. De nombreux enseignants des régions les plus éloignées n’avaient pas été formés à ces savoir-faire fondamentaux. « Personnellement, j’y ai découvert de nombreuses techniques utiles sur la manière d’aider mes élèves à acquérir des compétences en lecture et en écriture et sur la manière de mener une classe, » explique M. Matthieu.

Des conditions difficiles

Dieulage Saint-Jean, Directeur de l’École nationale de Beudoret, a de la peine à contenir sa joie quand il contemple les locaux scolaires tout neufs qui offrent aux élèves un environnement d’apprentissage énormément amélioré. « Grâce à cette nouvelle école et aux ateliers pour les enseignants, nous nous concentrons sur la qualité de l’éducation, » affirme-t-il en souriant. « Un cadre adéquat est crucial pour permettre aux enfants d’apprendre. »

Il se souvient du temps où il n’existait pas de bâtiment scolaire digne de ce nom – les classes se tenaient sous un toit de feuilles de cocotier. Quand il pleuvait, il était pratiquement impossible d’enseigner, car l’eau coulait partout. Pendant la construction de l’école, l’UNICEF a apporté une solution provisoire à cette situation en fournissant des tentes.

« Grâce à l’UNICEF, qui a construit ce magnifique bâtiment, nous nous sentons renaître, et nous sommes très heureux de ce don, confie M. Saint-Jean. En ce qui concerne la ville, je pense que nous avons la meilleure école de la ville. Avec ces nouveaux locaux, nos élèves se concentreront mieux sur la tâche qui nous occupe –l’éducation. Notre travail sera plus efficace. »

Des normes à respecter

Béatrice Malebranche, Spécialiste de l’éducation à l’UNICEF, se concentre sur la protection des enfants avec la conviction qu’ils méritent de bénéficier d’un environnement scolaire sécurisé. « Conformément au mandat de l’UNICEF, tous les enfants – sans aucune exception – doivent recevoir une éducation de qualité, » affirme-t-elle.

Le renforcement des capacités du Ministère de l’éducation nationale et la formation des enseignants à travers tout le pays, en particulier pour les endroits les plus difficiles à atteindre comme Beudoret, représentent des pas importants dans cette direction.

 « L’UNICEF a été un partenaire clé du Ministère de l’éducation sur plusieurs projets en terme d’amélioration du système éducatif,  explique Mme Malebranche. L’environnement physique à un impact direct sur l’apprentissage. »


 

 

Photographie : écoles de fortune

Recherche