Nous construisons un nouveau UNICEF.org et sommes en période de transition.
Merci pour votre patience – N’hésitez pas à nous rendre visite pour voir les changements mis en place.

Burundi

Burundi : Un retour à l’école tant attendu

Par Yves Nijimbere

Dans une ville frontalière du Burundi, deux jeunes frères sont de retour sur les bancs de l'école après deux ans d'absence, grâce à la campagne « Back to School » de l'UNICEF, qui permet la distribution de matériel scolaire.

Gihofi, Burundi, novembre 2015 - « Ma mère ne peut pas subvenir aux besoins tous à la maison. Elle est veuve, » confie Fiston, 13 ans, ses nouvelles fournitures scolaires dans les mains.

Il y a deux ans, Fiston et son frère Claude, ont dû abandonner l’école, leur famille n’ayant pas les moyens de leur acheter le matériel scolaire nécessaire. Pour se faire un peu d’argent, Fiston et Claude ont dû travailler, le premier transportant des briques, le second vendant des arachides. Fiston pousse un gros soupir en se rappelant ses pénibles journées de labeur sous un soleil de plomb.

Image de l'UNICEF: Spès devant sa maison : "Je veux que mes enfants soient des personnes responsables."
© UNICEF Burundi/Y.Nijimbere
Spès devant sa maison : "Je veux que mes enfants soient des personnes responsables."

Mais aujourd’hui lui et son frère sont enfin de retour à l’école.

Gihofi, dans la province du Rutana, au Sud-Est du Burundi, où vivent Fiston et sa famille est une zone frontalière, particulièrement vulnérable aux migrations et aux déplacements à répétition.

Depuis le mois d’avril 2015, près de 215 000 burundais se sont réfugiés dans les pays limitrophes, dont la Tanzanie. Parmi ceux qui sont restés, on compte beaucoup de rapatriés : des anciens réfugiés ayant déjà passé de longues périodes en Tanzanie lors de conflits précédents.

« En 2007, nous avons quitté la Tanzanie et sommes revenus au pays. Malheureusement, notre terre avait été prise par quelqu’un d’autre », se souvient Spès, la mère de Fiston et de Claude.
 
Spès possède une petite parcelle de terre qu’elle a réussi à récupérer.  Elle y cultive de quoi nourrir ses enfants.

Mais pour subvenir aux autres besoins quotidiens de sa famille, Spès doit travailler dans les champs pour un maigre salaire. Depuis que son mari - un retraité de la police -  est décédé, la situation financière de la famille s’est détériorée « La terre ne produit pas assez », explique-t-elle.

Image de l'UNICEF: Les enfants recevant le kit ‘’Back To School ‘’ lors de la distribution afin de garantir l'accès et le maintien des enfants à l'école
© UNICEF Burundi/Y.Nijimbere
Les enfants recevant le kit ‘’Back To School ‘’ lors de la distribution afin de garantir l'accès et le maintien des enfants à l'école.

Matériel pour du bon apprentissage

Spès a cinq enfants qui vont à l’école. Le plus petit vient de commencer l’école primaire.

Spès a elle-même fait l’école primaire, mais a dû arrêter : «  Ma mère n’a pas voulu que je continue. Et puis je me suis mariée. Je ne veux pas que le même sort arrive à mes enfants.  Je veux qu’ils deviennent des personnes responsables. »

Malgré sa détermination, trouver du matériel scolaire pour ses enfants constitue un défi de taille.

Mais, cette année, l’école primaire de Muhafu, où vont Fiston et Claude, fait partie des 430 écoles du Burundi qui ont reçu du matériel scolaire avec l’appui de l’UNICEF dans le cadre de la campagne « Back to School». Plus de 250.000 écoliers ont reçu du matériel indispensable pour un bon apprentissage.

« Ce matériel aide énormément ma mère. Le peu qu’elle gagne en cultivant permet seulement de nous acheter l’uniforme et de quoi manger, » témoigne Fiston, qui comme les autres enfants a reçu six cahiers de 200 pages, un stylo bleu, un crayon, une latte et une gomme.

Image de l'UNICEF: Fiston de retour en classe assis au milieu avec ses camarades de classe.
© UNICEF Burundi/Y.Nijimbere
Fiston de retour en classe, entouré de ses camarades de classe.

« J’ai enseigné à Claude et à Fiston en deuxième année, » témoigne Jeanine, 28 ans, enseignante en cinquième année à l’école de Muhafu. « Ils sont intelligents ! Je suis vraiment contente de les voir de retour. » Jeanine a aussi été la voisine de Spès : « C’est une femme courageuse, elle travaille dur pour la survie de sa famille ! »

Rêves d'avenir

La rentrée scolaire 2015 était très attendue  par les enfants burundais : avec le début de la crise en avril, beaucoup d’écoles ont dû fermer précipitamment leurs portes, privant ainsi nombre d’enfants de leur droit à l’éducation. Dans les zones frontalières, des départs massifs d’élèves et d’enseignants ont été constatés, tout comme des cas d’abandon et des d’aller-retours entre frontières.

De nouveau sur les bancs de l’école, Fiston et Claude – ont maintenant des rêves d’avenir.

« Je remercie ma mère qui nous encourage à retourner à l’école, »  affirme Claude. « L’avenir est dans l’éducation. Je pourrais être un enfant de la rue, mais désormais mon objectif est de devenir un journaliste ! »

Et Spès de conclure : « Claude et Fiston sont en classe et ont eu le nécessaire pour rester à l’école. Je suis heureuse de les voir de retour ».

Image de l'UNICEF
© UNICEF Burundi/Y.Nijimbere
Spès et ses enfants après avoir reçu le matériel scolaire à l'école primaire de Muhafu. De gauche à droite : Claude, Jacques qui vient de commencer en première année, Spès, Dorine et Fiston.

 

 

Recherche