Nous construisons un nouveau UNICEF.org et sommes en période de transition.
Merci pour votre patience – N’hésitez pas à nous rendre visite pour voir les changements mis en place.

Libéria

Prévenir les épidémies : des auxiliaires de santé au chevet des communautés isolées du Libéria

Image de l'UNICEF
© UNICEF Liberia/2017/Jallanzo
Une femme tient son enfant dans ses bras au centre de soins de la communauté de Bentol à Bensonville, dans le comté de Montserrado, au Libéria. Les agents de santé communautaires vont à la rencontre des familles qui vivent dans des comtés reculés et n’ont pas d’autres moyen d’avoir accès aux services de santé.

Lorsque le Libéria a été frappé par l'épidémie provoquée par le virus Ebola en 2014, la propagation de la maladie a notamment été favorisée par l'accès limité aux soins de santé dans les communautés isolées. Diana et une nouvelle catégorie d'auxiliaires de santé communautaires se déplacent désormais à travers le pays pour apporter des soins aux personnes qui en ont le plus besoin.

Par  Anthony Yeahpalah

COMTÉ DE RIVER GEE, Libéria, le 22 février 2018 – D'aussi loin qu'elle se souvienne, Diana a toujours voulu être infirmière. Ce rêve qu'elle caressait déjà à l'école primaire de son village l'a guidée jusqu'au lycée de Monrovia, la capitale du Libéria.

Lorsque les conflits ont éclaté en 1990, elle a dû s’enfuir pour sauver sa vie, à l'instar de milliers d'autres jeunes de sa génération. Partie vers l'est, elle a fini par arriver dans le pays voisin, la Côte d’Ivoire. À cause de cela, elle a manqué l'école pendant quatre ans.

Lorsqu'elle est revenue au Libéria en 1997, Diana était mariée et avait trois enfants. Elle n'est jamais retournée à l'école.

« Pendant longtemps, l'école m'a manqué et j'étais déçue de ne pas pouvoir concrétiser mon rêve », confie-t-elle. « Voir toutes ces personnes souffrir pendant la guerre... et d'autres mourir de causes évitables m'a beaucoup peinée. J'avais le cœur gros et j'aurais aimé pouvoir me rendre utile. »

Du rêve à la réalité

Diana a fini par réaliser son rêve en commençant à travailler bénévolement, peu après son retour au Libéria, comme agent de santé local pour une organisation non gouvernementale internationale. Cette expérience l'a conduite là où elle se trouve aujourd'hui : dans son comté natal de River Gee, à travailler en tant qu'auxiliaire de santé communautaire.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Liberia/2017/Jallanzo
Un agent de santé communautaire mesure la circonférence de la partie supérieure du bras d'un jeune enfant afin de diagnostiquer une éventuelle malnutrition dans le comté de Grand Bassa, au Libéria.

Diana est l'un des 750 agents de santé recrutés et formés dans les comtés du sud-est du Libéria par le Ministère de la santé et ses partenaires, avec l'aide de l'UNICEF. Des centaines d'autres sont aujourd'hui encore en cours de recrutement dans le reste du pays.

À travers leur travail, Diana et les autres agents de santé mettent les services de santé à la portée de ceux qui autrement ne pourraient pas bénéficier des soins dont ils ont besoin. En effet, 29 % des Libériens vivent à plus de 5 km d'un centre de soins et n'ont qu’un accès restreint, voire pas d’accès, aux services de santé.

En d'autres termes, de nombreux enfants et familles – 1,5 million de personnes au total – ne bénéficient d'aucun traitement, y compris contre des maladies courantes.

Diana et ses collègues proposent ces services très attendus aux communautés isolées du Libéria. Au nombre de ces services figurent des traitements contre certaines des affections les plus courantes chez les enfants de moins de 5 ans, comme le paludisme, la diarrhée et les infections aiguës des voies respiratoires. Ils aident également à la distribution de moustiquaires et de médicaments pour prévenir la cécité des rivières dans le cadre de campagnes. Ils travaillent aussi avec des femmes enceintes, en les aidant à suivre les progrès réalisés et en les orientant vers des structures de soins en cas de complications.

Prévenir de futures épidémies

Cette initiative soutient la politique de santé du Libéria qui a été révisée après l'épidémie d'Ebola survenue en Afrique de l'Ouest en 2014. Le Libéria a été l'un des pays les plus touchés par l'épidémie d'Ebola. La propagation de la maladie a notamment été favorisée par l'accès limité aux soins de santé. La nouvelle politique de santé appelle à une augmentation du nombre d'agents de santé afin de fournir des soins aux communautés qui vivent à des heures de route des centres de soins et de prévenir de futurs foyers d’infection et épidémies à travers la mise en place de services de surveillance.

Diana marche parfois pendant des heures ou fait appel à une moto-taxi pour se rendre dans certaines communautés éloignées des grandes villes du Libéria.

Mais elle sait que ses efforts sont payants. Depuis qu'elle a commencé à travailler comme agent de santé dans sa communauté, elle a constaté un changement de comportement favorable à une amélioration de la santé dans les communautés. Les parents sont maintenant prêts à emmener leurs enfants au dispensaire ou à consulter des agents de santé chaque fois qu'ils soupçonnent une maladie. Les communautés sont plus propres. Leurs membres se lavent les mains plus souvent et utilisent des pompes manuelles et des puits pour recueillir de l'eau propre au lieu de boire à même les rivières et les cours d'eau sales.

Si Diana est aussi investie dans son travail, c'est aussi parce qu'elle-même vit dans une communauté reculée.

« Comme je vis à 25 km du centre de soins le plus proche, je sais combien il est difficile à ma famille, mes trois enfants et moi-même d'avoir accès à des soins adaptés », souligne-t-elle. « Je suis tellement contente d'être aujourd'hui celle qui apporte des soins à sa communauté et à ceux qui vivent dans des régions reculées. »

 


 

 

Recherche