Nous construisons un nouveau UNICEF.org et sommes en période de transition.
Merci pour votre patience – N’hésitez pas à nous rendre visite pour voir les changements mis en place.

Éducation de base et égalité des sexes

L’éducation des filles

Image de l'UNICEF
© UNICEF/UN061998/Vishwanathan
Des adolescentes participent à un cours de karaté à Giridih, un district qui possède l’un des taux les plus élevés de mariage d’enfants : 6 filles sur 10 sont mariées avant 18 ans

Instruire les filles, c’est leur donner les clés pour changer le monde.

Le monde compte aujourd’hui plus d’1,1 milliard de filles. Elles font partie d’une génération pleine d’énergie prête à embrasser l’avenir. Investir dans leur éducation contribue à les libérer pour qu’elles puissent réaliser leurs rêves. Cela leur offre la possibilité d’améliorer leur vie, de contribuer à la santé, à la sécurité et à la prospérité de leurs familles, de leurs communautés et du monde en général. Nous savons aujourd’hui que les investissements dans l’enseignement secondaire des filles, et pas uniquement dans le primaire, ont une incidence positive non seulement sur les familles et leurs communautés mais également sur l’économie.

Par exemple :

  • si toutes les femmes bénéficiaient d’une éducation secondaire, le taux de mortalité des enfants diminuerait de 49 % ;
  • si toutes les femmes avaient accès à l’enseignement secondaire en Afrique sub-saharienne ainsi qu’en Asie du Sud et de l’Ouest, le nombre des mariages d’enfants chuterait de 64 % ;
  •  investir afin que les filles puissent achever le cycle d’enseignement supérieur pourrait contribuer à augmenter leurs revenus tout au long de leur vie pour représenter jusqu’à 68 % du PIB annuel .

Pourquoi les filles ne sont-elles pas scolarisées ?

De grandes avancées ont été faites en matière d’accès à l’éducation primaire mais il convient de veiller à ce que les choses ne s‘arrêtent pas là pour les filles. La moitié des enfants non scolarisés à l’échelle mondiale sont des filles et 32 millions de celles qui devraient suivre le premier cycle de l’enseignement secondaire ne sont en réalité pas scolarisées.

Cette situation est due à plusieurs éléments. Les familles privilégient trop souvent les garçons lorsqu’elles investissent dans l’éducation. Par ailleurs, la pauvreté empêche la scolarisation des filles car elle s’accompagne souvent d’autres facteurs tels que le mariage d’enfants, les grossesses précoces, le travail infantile, les travaux ménagers, le coût et la distance à parcourir. En outre, certaines écoles ne répondent pas aux besoins de ces adolescentes en matière de sécurité, d’eau et d’hygiène, de qualité de l’enseignement ou de pertinence des programmes. Enfin, les violences sexistes privent également les filles d’éducation.

Il est donc indispensable de faire en sorte que chaque fille ait accès à l’éducation de qualité dont elle a besoin pour réussir dans la vie.

L’action de l’UNICEF pour scolariser toutes les jeunes filles

Le Plan d’action de l’UNICEF pour l’égalité des sexes a pour objectif de permettre aux filles de terminer le cycle primaire et de leur donner une réelle possibilité d’aller au bout de leurs études secondaires.

Ainsi, nous aidons les pays à mettre en place des systèmes d’éducation qui offrent un enseignement de qualité aux garçons et aux filles. Parmi les mesures nécessaires à ces dispositifs, citons l’élimination de tous les stéréotypes de genre des manuels scolaires, la formation d’enseignants en ce sens, l’appui aux écoles et aux autorités pour apprendre à utiliser les données relatives à l’évaluation des apprentissages, et la mise à disposition de données clés auprès des communautés concernées qui leur permettent d’exiger de ces systèmes éducatifs qu’ils rendent des comptes. Par ailleurs, afin que garçons et filles entrent et réussissent à l’école, il est primordial de veiller à ce que la question du genre soit intégrée au sein des programmes et politiques d’éducation nationale.

Puisqu’un tiers des filles non scolarisées vit dans des pays touchés par la guerre, l’UNICEF travaille avec des partenaires gouvernementaux pour lutter contre les inégalités entre les sexes au sein de l’éducation dispensée dans les situations de crise humanitaire.

Certains garçons sont également touchés par les inégalités entre les sexes. En effet, dans de nombreux pays, les garçons ne terminent même pas le premier cycle de l’enseignement secondaire. L’UNICEF s’attèle donc à identifier et surmonter les obstacles qui empêchent ces enfants d’aller à l’école, qu’il s’agisse de la violence des gangs, du recrutement par des forces ou groupes armés, de la nécessité de trouver un travail ou encore de la migration.

En outre, avec le concours du Partenariat mondial pour l’éducation (GPE) et de l'Initiative des Nations Unies pour l'éducation des filles (UNGEI), l’UNICEF a contribué à attirer l’attention de la communauté internationale sur les violences sexistes dont les filles sont victimes à l’école.


 

 

Recherche