Nous construisons un nouveau UNICEF.org et sommes en période de transition.
Merci pour votre patience – N’hésitez pas à nous rendre visite pour voir les changements mis en place.

En bref : Sierra Leone

En Sierra Leone, de nouveaux centres de soins contribuent à sauver les vies des mères

Image de l'UNICEF
© UNICEF/UN052888/Grile
Une femme joue avec un bébé assis sur les genoux de sa jeune maman. Toutes deux attendent d’être reçues dans l’un des services de la nouvelle maternité du centre de soins de Konsho. Cet établissement couvre une population d’environ 3 000 personnes issues de 13 villages du district de Bombali, situé dans la province du Nord de la Sierra Leone.
 

Par Harriet Mason

La Sierra Leone affiche l’un des taux de mortalité maternelle les plus élevés au monde. En raison du nombre limité d’établissements de santé que compte le pays, de nombreuses mères vivant dans des régions reculées n’ont pas accès aux soins nécessaires à un accouchement sans risques.

Grâce à des financements de l’Union européenne, l’UNICEF travaille avec les autorités sierra- léonaises pour réhabiliter des hôpitaux existants et en construire de nouveaux, de sorte que toutes les nouvelles mères puissent recevoir les soins médicaux appropriés.

KONSHO, Sierra Leone, 5 avril 2017 – Bakey Kamara est enceinte de huit mois de son troisième enfant et vient de marcher plus de 3 kilomètres sous un soleil brûlant pour l’un de ses derniers examens prénatals. Néanmoins, la jeune femme de 25 ans semble ravie à son arrivée au centre de soins de Konsho, qui a récemment été modernisé et équipé d’une maternité. « Je suis contente de voir ce nouveau bâtiment et tous ces équipements. Le centre est très différent de ce qu’il était, il est beaucoup plus beau qu’avant », confie-t-elle.

La Sierra Leone enregistre l’un des taux de mortalité maternelle les plus élevés au monde, avec 1 360 décès pour 100 000 naissances. Une femme sur 17 en Sierra Leone encourt un risque mortel quand elle accouche, selon des estimations de 2015.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Sierra Leone/2017/Mason
Bakey Kamara est assise sur l’un des lits du centre de soins de Konsho après avoir été examinée par une infirmière. Grâce aux récentes rénovations des infrastructures, la jeune femme se rend désormais régulièrement à ce centre médical de proximité pour ses examens prénatals.
 

La pénurie d’établissements de santé dans les régions reculées du pays est l’un des principaux facteurs contribuant à ce taux élevé de mortalité maternelle, d’après le Dr Brima Osaio Kamara, médecin chef du district de Bombali. « La plupart des villages sont loin des centres de soins. Il est donc difficile pour ces communautés, et plus particulièrement pour les femmes enceintes, d’accéder aux services de santé essentiels quand elles en ont besoin », explique-t-il.

Un défi majeur pour la Sierra Leone

Lutter contre la mortalité maternelle en Sierra Leone et atteindre l’objectif mondial visant à faire tomber ce ratio en deçà du seuil de 70 décès pour 100 000 naissances à l’horizon 2030 constituent un défi majeur pour le gouvernement sierra-léonais. C’est pourquoi l’UNICEF et l’Union européenne travaillent de concert avec ce dernier pour l’aider dans ce combat.

Dans le cadre de cette collaboration, l’UNICEF, appuyé par les financements de l’UE, soutient le projet des autorités sierra-léonaises visant à construire et réhabiliter dans tout le pays 23 hôpitaux de district, centres de santé périphériques et dépôts médicaux, pour un montant total de 4,7 millions de dollars. Le projet se concentre essentiellement sur la réhabilitation et l’extension de services de maternité et de pédiatrie, ainsi que sur la construction et la réhabilitation de locaux destinés au personnel et de dépôts médicaux. Tous les établissements doivent par ailleurs être équipés d’infrastructures d’alimentation en eau, d’assainissement et d’hygiène ainsi que d’un système de production d’électricité solaire.

« Nous nous sommes engagés à travailler d’arrache-pied pour réduire le nombre alarmant de décès de femmes et de nouveau-nés dus à des complications lors de l’accouchement », explique le Dr Nuzhat Rafique, responsable santé de l’UNICEF en Sierra Leone. Ces récents investissements dans la construction de nouveaux locaux permettront d’améliorer les prestations des services de santé pour les mères et les bébés et de garantir de meilleures conditions de travail pour le personnel médical », précise-t-elle.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Sierra Leone/2017/Grile
Une mère regarde son nouveau-né dans les yeux, dans la nouvelle maternité du centre de soins de proximité de Konsho. Elle fut l’une des premières à y accoucher.]
 

« Les locaux et équipements ne permettant pas à eux seuls de sauver des vies, ce projet s’inscrit dans un chantier plus vaste de 25 millions de dollars environ dans le domaine de la santé, que l’Union européenne déploie par le biais de l’UNICEF. En effet, depuis 2013, des investissements ont été réalisés en faveur de la formation des agents sanitaires et de la gouvernance en matière de santé et ont permis de soutenir l’initiative Free Health Care du Président sierra-léonais, poursuit Nuzhat Rafique.

Les établissements modernisés ont été officiellement inaugurés par le Président sierra-léonais lui-même, Ernest Bai Koroma, le 4 février 2017 au cours d’une cérémonie à Kenema, une grande ville du sud du pays.

Fournir des services de base indispensables

« Lorsque le centre de soins de proximité de Konsho a été créé en 2012, celui-ci ne possédait pas l’eau courante et les installations et équipements disponibles étaient vraiment limités », raconte Zainab Tity Sawaneh, infirmière, qui travaille dans l’établissement depuis ses débuts. « Nous n’avions qu’une seule table d’accouchement. Quand plusieurs accouchements avaient lieu en même temps, les autres femmes devaient donner naissance à leurs bébés sur des matelas ou des draps posés à même le sol, ce qui était vraiment inconfortable pour ces femmes mais également pour nous et rendait la prévention des infections difficile », explique-t-elle.

Aujourd’hui, les infirmières, les patients et les proches qui les accompagnent ont accès aux installations de base nécessaires, notamment à l’eau courante et à l’électricité. Avant, pour éclairer les accouchements de nuit, il fallait recourir à la lumière des téléphones portables. « Je ne risque plus d’échapper mon téléphone dans les fluides corporels pendant un accouchement puisque nous sommes désormais éclairés grâce à l’électricité solaire ! », poursuit l’infirmière.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Sierra Leone/2017/Grile
Une femme tient son enfant dans la salle d’attente de la nouvelle maternité du centre de soins de proximité de Konsho. La clinique a récemment été restaurée et agrandie pour recevoir une maternité, une unité d’isolement, un local technique pour les groupes électrogènes, un incinérateur, un bloc sanitaire extérieur et de plus grands locaux pour le personnel.
 

Le centre de soins, qui couvre actuellement une population de 3 000 personnes issues de 13 villages, dispose désormais des infrastructures nécessaires pour pouvoir fournir des services de santé à une population plus importante.

Les hommes de la région partagent également ce sentiment de gratitude à l’égard de ces investissements. « On ne remerciera jamais assez l’UE et l’UNICEF pour leur action », déclare Musa Koroma, un homme d’âge moyen vivant à Konsho. « Dorénavant, nous, et plus particulièrement les femmes et les enfants, n’hésiterons plus à venir au centre de soins quand cela sera nécessaire », précise-t-il.

Dans un pays avec des taux de mortalité maternelle et infantile si élevés, rendre les services de soins accessibles et confortables pour la population pourrait permettre de lutter efficacement contre la mortalité maternelle. Pour les femmes comme Bakey, les meilleures conditions d’accueil que propose l’établissement justifient aujourd’hui le trajet depuis leur village et éviteront qu’elles soient tentées d’accoucher ou de soigner leurs enfants malades chez elles.

« Maintenant, je n’ai plus d’excuse pour ne pas me rendre au centre de santé. J’ai davantage envie de venir ici quand il le faut », confie-t-elle. « Je suis vraiment contente à l’idée de donner naissance à mon bébé ici », ajoute-t-elle, souriante, en montrant son ventre du doigt. 


 

 

Recherche