Nous construisons un nouveau UNICEF.org et sommes en période de transition.
Merci pour votre patience – N’hésitez pas à nous rendre visite pour voir les changements mis en place.

En bref : Sierra Leone

En Sierra Leone, progrès dans l’amélioration de la santé maternelle

Par Harriet Mason

La Sierra Leone a le taux de mortalité maternelle le plus élevé du monde, ce qui en fait l’un des endroits les plus dangereux pour accoucher. En partenariat avec l’UE, l’UNICEF collabore avec des agents de santé qualifiés comme Sœur Josephine Pewa pour inverser ces tendances liées à la santé de la mère et de l’enfant.

FREETOWN, Sierra Leone, 26 mai 2016 – Au dispensaire local George Brook, à Freetown, la capitale de la Sierra Leone, a lieu une journée consacrée aux soins prénatals. Un groupe de femmes enceintes, assises dans le couloir sur un long banc en bois, discutent et rigolent, chacune attendant son tour pour voir la sage-femme.  Dans la salle des accouchements, Zainab Turay, 28 ans, supporte mal les douleurs alors que son second enfant se prépare à arriver au monde. Quelques heures plus tard, elle donne naissance à un garçon en pleine santé et lance des sourires aux membres du personnel médical qui l’ont suivie régulièrement au cours des huit derniers mois lors des séances gratuites de soins prénatals du dispensaire. 

Image de l'UNICEF: Quelques heures après avoir accouché, Zainab tient son bébé dans ses bras.
© UNICEF Sierra Leone/2016/Mason
Quelques heures après avoir accouché, Zainab tient son bébé dans ses bras. Au cours des huit mois qui ont précédé sa naissance, elle a reçu régulièrement des soins prénatals au dispensaire local George Brook.

« Je suis persuadée que si mon accouchement s’est bien passé c’est parce que je suis venue au dispensaire dès le début de ma grossesse et que j’ai suivi tous les conseils qui m’ont été donnés », dit Zainab.

Devenir mère est une source de joie, de douleur, d’amour et de beaucoup d’autres choses. Mais pour de nombreuses femmes, cela peut mettre la vie en danger : dans le monde, l’accouchement demeure une des principales causes de mortalité pour les femmes. Un rapport récent de l’OMS, de l’UNICEF, du FNUAP, du Groupe de la Banque mondiale et de la Division de la population des Nations Unies, intitulé « Tendances de la mortalité maternelle », estime que, pour la seule année 2015, environ 303 000 femmes sont décédées des suites d’une grossesse ou d’un accouchement, laissant ainsi des centaines de milliers d’enfants sans mère.

Avec 1360 décès de mères pour 100 000 naissances vivantes, la Sierra Leone possède le pire taux de mortalité maternelle de la planète. Selon les dernières estimations, celles de 2015, une mère sur dix-sept en Sierra Leone connaît, durant sa vie, un risque de décès lié à l’accouchement. Il s’agit d’une préoccupation essentielle pour l’UNICEF et l’Union européenne qui travaillent en partenariat pour s’attaquer au problème grâce à des investissements dans la formation, le matériel et les fournitures médicales.

Parvenir auprès de celles qui sont le plus isolées

Sœur Josephine Pewa est la sage-femme responsable du service de maternité du dispensaire George Brook. Elle travaille d’arrache-pied pour que les mères restent en bonne santé pendant la grossesse et l’accouchement mais, à la différence de  Zainab, beaucoup de femmes ne réussissent même pas à se rendre dans un établissement médical pour accoucher.  Cela a pour conséquence que, en cas de complication, elles se trouvent éloignées de toute assistance de la part d’une personne qualifiée. Dans les zones rurales du pays, de nombreuses femmes continuent de rechercher les services d’accoucheuses traditionnelles qui ne sont pas qualifiées pour faire face aux principales causes de décès chez les mères. 

« Souvent, l’hémorragie du post-partum (les saignements après l’accouchement) n’est pas traitée correctement en dehors des centres médicaux équipés pour cela », dit-elle. Elle ajoute : « L’hémorragie est une des causes principales de mortalité maternelle, notamment dans les parties du pays isolées et difficiles d’accès où les femmes n’ont à leur disposition que des services de santé de base. »

Image de l'UNICEF: Des femmes enceintes en train d’attendre pour recevoir des soins prénatals au dispensaire local George Brook
© UNICEF Sierra Leone/2016/Mason
Des femmes enceintes en train d’attendre pour recevoir des soins prénatals au dispensaire local George Brook. L’UNICEF et l’EU épaulent la prestation gratuite de soins prénatals et postnatals afin d’encourager les femmes à se rendre dans les dispensaires quand elles deviennent enceintes.

Dans le cadre des Objectifs de développement durable, récemment adoptés, le taux mondial de mortalité maternelle doit être réduit à moins de 70 décès pour 100 000 naissances vivantes d’ici 2030. Pour atteindre cet objectif en Sierra Leone, un grand nombre de femmes enceintes devront avoir une équité d’accès à des soins de haute qualité par du personnel qualifié au cours de la grossesse et de l’accouchement. 

Avec les fonds de l’UE, l’UNICEF a épaulé la formation du personnel de santé afin de renforcer ses capacités. Ce soutien inclut l’apport du matériel et des fournitures dont il a besoin pour assurer des soins de santé de qualité et, en fin de compte, améliorer les services de santé pour la mère, le nouveau-né et l’enfant. L’UNICEF a également permis à cinq médecins, dont des obstétriciens et des gynécologues, de poursuivre leurs études au Ghana afin d’améliorer leurs qualifications et leurs connaissances en matière de soins maternels. 

La pénurie actuelle de personnel de santé qualifié en Sierra Leone, qui a été aggravée par l’épidémie provoquée par le virus Ebola, est également susceptible d’avoir des effets négatifs sur les prestations de santé. Un récent rapport de recherche sur les politiques intitulé « The Next Wave of Deaths from Ebola? (Une nouvelle vague de décès à cause d’Ebola ?) » estime que la diminution du nombre d’agents de santé à la suite de l’épidémie pourrait entraîner une hausse de 74 % du taux de mortalité maternelle en Sierra Leone. 

Amélioration de l’accès aux soins et aux médicaments

Au-delà de la formation du personnel et du matériel, un objectif essentiel est de faire en sorte qu’au moins cinq centres de soins de base obstétricaux d’urgence et néonatals (BEmONC) et un centre de soins obstétricaux et néonatals (CEmONC) entièrement opérationnels soient disponibles dans chacun des quatorze districts de Sierra Leone. En décembre 2015, seize projets distincts de construction et de remise en état financés par l’Union européenne et l’UNICEF, ont commencé dans le pays afin d’améliorer les infrastructures de soins de santé de base, dont les centres pour la santé maternelle. 

Une part importante de l’aide de l’Union européenne est apportée au pays par l’intermédiaire de la Free Health Care Initiative (Initiative pour les soins de santé gratuits) qui comprend la gratuité des fournitures médicales pour permettre aux femmes enceintes un accouchement sans risque ainsi que celle des médicaments pour les femmes enceintes, les mères allaitantes et les enfants de moins de cinq ans. 

« Nous sommes vraiment reconnaissants envers toutes les interventions qui ont été effectuées pour tenter de résoudre le problème de la mortalité maternelle dans notre pays, » dit Sœur Josephine.  Elle affirme aussi que ce soutien est essentiel : « Les services de soins prénatals et postnatals encouragent les femmes à se rendre dans les dispensaires quand elles deviennent enceintes et cela nous permet de réduire progressivement la mortalité maternelle. »


 

 

Partenariat UNICEF-UE

Recherche