Intervention d’urgence

Situations d’urgence et sous-développement : une spirale descendante

© UNICEF/HQ05-1738/Zaidi
Il faut intervenir de manière efficace face aux situations d’urgence pour maintenir les pays sur la bonne voie – ou faire démarrer les progrès – et réaliser les Objectifs du Millénaire pour le développement. Les pays qui rencontrent les plus grandes difficultés pour atteindre les Objectifs sont souvent aussi ceux qui sont le plus exposés aux situations d’urgence. L’échec, en matière de satisfaction des besoins lors des situations d’urgence ou de prévention des crises lorsqu’elles peuvent être évitées, risque de réduire à néant plusieurs années de progrès et d’aggraver la pauvreté. Les succès remportés vers la réalisation des Objectifs peuvent atténuer les effets des situations d’urgence et prévenir les phénomènes cycliques qui ont des impacts dévastateurs, comme ce fut le cas au Niger au cours des dernières années.

L’UNICEF contribue aux efforts visant à améliorer la rapidité, l’efficacité et la rentabilité des mesures prises au lendemain des situations d’urgence. L’approche de la « coordination par secteur », visant à améliorer l’acheminement de l’aide sur le terrain, a été adoptée par le Comité permanent interorganisations en 2005 et mise en oeuvre pour la première fois au Pakistan après le séisme d’octobre dernier. Dans le cadre de cette stratégie globale, l’UNICEF coordonne les activités dans les secteurs de la nutrition, de la communication des données, ainsi que de l’approvisionnement en eau et de l’assainissement du milieu; il est un partenaire opérationnel important dans le secteur de la santé et il tient les rênes de l’éducation et, dans certains cas, de la protection de l’enfant.

Dans le cadre des initiatives interinstitutions, en 2005, l’UNICEF a aidé à préparer des plans et à réunir des fonds en prévision d’une éventuelle pandémie de grippe aviaire (H5N1), qui risquerait d’infecter et de tuer un nombre démesuré d’enfants. Tous les bureaux de pays de l’UNICEF ont préparé des plans d’urgence pour les programmes et les opérations avant la fi n du mois d’octobre 2005. Le Fonds est prêt à faire entendre une voix stratégique dans l’action coordonnée des Nations Unies face à cette menace, tout en s’appuyant sur son mandat concernant les enfants, son engagement en matière d’aide d’urgence et les Objectifs du Millénaire pour le développement, en mettant ses atouts bien connus en matière de communication et de vaccination au service des gouvernements et en les soutenant à de multiples niveaux.

Des dons sans précédent

Les dons versés à l’UNICEF au titre de l‘aide d’urgence ont dépassé le milliard de dollars en 2005, ce qui représente environ 40 % du montant total de son revenu. Même si la situation d’urgence créée par le tsunami a largement contribué à ce montant, il reflète une croissance générale en termes de fonds disponibles et une meilleure capacité d’intervention lors des situations d’urgence. Pour 2006, les fonds nécessaires au titre des situations d’urgence ont été estimés à 806 millions de dollars, dont 331 millions pour le Soudan, un pays qui incarne parfaitement les liens entre l’optimisme et la nécessité d’agir de toute urgence – avec un conflit qui a duré des décennies, opposant le nord au sud, pour finalement être partiellement résolu en 2005, et un autre conflit, au Darfour, qui semble s’enraciner.