20 octobre 2022

L’Année la plus froide du reste de leur vie

Alors que la crise climatique ne cesse de s’aggraver, les vagues de chaleur deviennent plus longues, gagnent en intensité et en fréquence, et touchent davantage de régions. Près de 559 millions d’enfants sont déjà exposés à des vagues de chaleur fréquentes tandis qu’environ 624 millions d’enfants sont confrontés à l’un des trois autres indicateurs propres aux fortes chaleurs : des épisodes caniculaires de longue durée, de forte intensité ou des températures extrêmement élevées. Ce rapport démontre une nouvelle fois que les enfants se trouvent en première ligne de la crise climatique. Selon les prévisions, d’ici à 2050, la quasi-totalité des enfants sur Terre – soit plus de deux milliards d’enfants – seront frappés par des vagues de chaleur de plus en plus fréquentes, que ce soit dans le cadre d’un « scénario de faibles émissions de gaz à effet de serre » avec un réchauffement climatique de 1,7 °C ou d’un « scénario d’émissions très élevées » avec un réchauffement climatique de 2,4 °C à l’horizon 2050. Ces conclusions soulignent le besoin urgent d’adapter les services dont sont tributaires les enfants pour faire face aux effets inévitables de l’embrasement de la planète. Elles plaident également en faveur d’une diminution drastique des émissions afin de prévenir les effets les plus délétères des trois autres indicateurs propres aux fortes chaleurs. En effet, à l’horizon 2050, des millions d’enfants supplémentaires seront exposés à des épisodes caniculaires de forte intensité et à des températures extrêmement élevées, un nombre qui variera selon le niveau de réchauffement planétaire que nous atteindrons. Les enfants vivant dans les régions septentrionales subiront l’augmentation la plus brutale des vagues de chaleur de forte intensité, tandis que, d’ici à 2050, près de la moitié des enfants vivant en Afrique et en Asie seront continuellement exposés à des températures extrêmement élevées. https://infogram.com/heatwaves-report-oct-2022-french-1hxr4zxy39ggq6y?live La chaleur est particulièrement néfaste pour la santé des enfants et compromet leur éducation et leurs moyens de subsistance à long terme. Les pays doivent agir dès maintenant pour : Protéger les enfants de la dévastation climatique en adaptant les services sociaux. Préparer les enfants à vivre dans un monde marqué par les changements climatiques. Accorder la priorité aux enfants et aux jeunes dans les financements et les ressources alloués à la lutte contre les changements climatiques. Prévenir une catastrophe climatique en réduisant drastiquement les émissions de gaz à effet de serre et en respectant le seuil de 1,5 °C. La quasi-totalité des pays sont actuellement confrontés à une évolution de ces phénomènes de chaleur extrême. La survie de ceux qui ont le moins contribué à cette crise – soit nos enfants et nos jeunes – dépend des mesures prises par chaque gouvernement aujourd’hui.