Tout comprendre sur la rougeole : le point sur les récentes épidémies

Les cas signalés de rougeole ont augmenté de 300 % au cours des trois premiers mois de l’année 2019

Par Leah Selim
Une mere tient sa fille dans ses bras tandis qu'une infirmière lui administre un vaccin
UNICEF/UN0201055/Krepkih

31 mai 2019

L’UNICEF a récemment averti le public de la recrudescence des cas de rougeole, en passe d’atteindre des taux alarmants à travers le monde. Au cours des trois premiers mois de l’année 2019, plus de 110 000 cas de rougeole ont été signalés à travers le monde, ce qui représente une augmentation de près de 300 % par rapport à la même période l’année dernière.

Les jeunes enfants non vaccinés sont exposés à un risque très important de contracter la rougeole et de souffrir de complications, parfois mortelles.

Qu’est-ce que la rougeole ? Et pourquoi fait-elle son retour ? Voici tout ce que vous devez savoir sur la maladie.

 

LE B.A.-BA

 
Qu’est-ce que la rougeole ?

La rougeole est une infection virale qui touche le nez, la gorge et les poumons et qui se propage lorsqu’une personne infectée respire, tousse ou éternue.

Quels sont les symptômes de la rougeole ?

Les symptômes de la rougeole apparaissent habituellement 10 à 12 jours après l’infection par le virus. Ce virus provoque de la fièvre ainsi qu’une éruption cutanée caractéristique, qui touche d’abord le visage avant de se propager sur tout le corps.

En cas de complications graves, la rougeole peut provoquer la cécité, une encéphalite (œdème cérébral) et la mort.

Dans quelle mesure la rougeole est-elle contagieuse ?

Le virus de la rougeole est plus contagieux que le virus Ebola et reste très longtemps dans l’air et sur les surfaces. Il suffit de se trouver dans la même pièce qu’une personne infectée par la rougeole, même deux heures après son départ, pour contracter la maladie.

Comment traite-t-on la rougeole ?

Il n’y a pas de traitement spécifique contre la rougeole. On peut seulement atténuer les symptômes de la maladie (en prenant des médicaments contre les douleurs et la fièvre disponibles sans ordonnance, par exemple).

Se faire vacciner contre la rougeole est donc le meilleur moyen de se protéger contre le virus.

 

LES ÉPIDÉMIES

 

Où surviennent les épidémies de rougeole ?

Les épidémies éclatent partout dans le monde – on recense les deux épidémies les plus importantes à Madagascar et en Ukraine. En 2019, des épidémies se sont même déclarées dans des pays qui enregistraient des taux élevés de vaccination sur l’ensemble de leur territoire, comme Israël, la Thaïlande et les États-Unis. Dans ces pays, la maladie se propage rapidement parmi des groupes de personnes non vaccinées.

Par ailleurs, dans notre monde de plus en plus interconnecté, les maladies traversent facilement les frontières et les océans. Selon le Centre pour le contrôle et la prévention des maladies, les épidémies de rougeole qui ont frappé les États-Unis seraient en partie dues à une augmentation du nombre de voyageurs non vaccinés qui ont été en contact avec des personnes infectées à l’étranger, ont contracté la maladie et sont rentrés chez eux en étant toujours contagieux. Au Royaume-Uni, la plupart des cas de rougeole sont attribués à des voyages en Europe ou ont été associés à des festivals de musique et à d’autres grands rassemblements.

Quelles sont les causes de ces épidémies ?

Pour faire court : de plus faibles taux de vaccination. La rougeole étant extrêmement contagieuse, une grande proportion de la population (95 %) doit être vaccinée si l’on veut enrayer la propagation de la maladie. C’est lorsque les taux de vaccination sont inférieurs à ce seuil que des épidémies éclatent. Cela arrive pour plusieurs raisons, qui impliquent généralement une combinaison de multiples facteurs, notamment :

Des services de santé de mauvaise qualité

Les pays ou les régions qui, globalement, disposent de moins de ressources sont plus susceptibles d’être frappés par des épidémies de rougeole. Il suffit que les parents ne vivent pas à proximité d’un médecin ou d’un centre de santé proposant le vaccin pour qu’une épidémie éclate. Plus de 95 % des décès imputables à la rougeole surviennent dans des pays à faible revenu dotés d’infrastructures de santé défaillantes

Des troubles civils

On observe souvent une flambée des taux d’infection dans les pays touchés par des conflits ou des catastrophes naturelles. L’endommagement ou la destruction des hôpitaux et des installations de santé ainsi que l’incapacité des agents de santé à faire leur travail interrompent les services de vaccination systématique. Or, dans les camps et les zones d’installation surpeuplés, les maladies comme la rougeole se propagent rapidement.

Un an après le déclenchement du conflit en 2015, le taux de vaccination contre la rougeole a fortement diminué au Yémen. En conséquence, en 2018, le pays affichait l’un des plus grands nombres de cas de rougeole dans le monde.

La crise économique qui frappe le Venezuela a provoqué un afflux de personnes au Brésil, pour la plupart non vaccinées. Ces cas importés, conjugués à des régions enregistrant un faible taux de couverture, ont provoqué une augmentation considérable du nombre de cas de rougeole dans le pays (qui sont passés de 0 en 2017 à plus de 10 000 en 2018).

Aujourd’hui, le moindre cas de rougeole constitue un risque pour toute la planète.

Une sensibilisation insuffisante

L’information et la communication sont des armes essentielles pour éradiquer les maladies. Le vaccin contre la rougeole est extrêmement sûr et efficace, et a permis d’éviter quelque 21,1 millions de décès entre 2000 et 2017. Cependant, certains parents ne savent pas quand, où, comment et pourquoi faire vacciner leur enfant et ont besoin d’être mieux informés. Il arrive parfois qu’ils ignorent la présence d’une épidémie, méconnaissent l’importance des vaccins ou ne soient pas informés des prochaines campagnes de vaccination dans leur région.

Désinformation, méfiance et sous-estimation des risques

Désignée par l’Organisation mondiale de la Santé comme faisant partie des dix principales menaces à la santé publique en 2019, la méfiance à l’égard des vaccins est de plus en plus citée comme un facteur d’épidémie. Cette méfiance entraîne une réticence à l’égard des vaccins ou le refus catégorique de la vaccination, et ce, malgré la présence de services de vaccination à proximité. Certains parents vont par exemple repousser la vaccination de leur enfant en dépit des recommandations du calendrier vaccinal ordinaire. D’autres vont refuser la totalité ou une partie des vaccins. Cette méfiance provient fréquemment de campagnes de désinformation menées par des groupes anti-vaccins sur Internet et les médias sociaux.

Dans les pays qui enregistrent des taux élevés de vaccination sur l’ensemble de leur territoire, les épidémies de rougeole se déclarent souvent dans des groupes ou des communautés qui refusent de faire vacciner les enfants.

En Ukraine, la méfiance à l’égard des vaccins est en partie responsable de la plus grande épidémie de rougeole que l’Europe ait connue depuis des années.

Aux Philippines, un scandale entourant un nouveau vaccin contre la dengue, suspecté d’être responsable de graves complications, a fait chuter la confiance à l’égard des vaccins, qui est passée de près de 93 % en 2015 à 32 % en 2018. En conséquence, les cas de rougeole dans le pays sont plus de huit fois plus nombreux et sont passés de 2 409 en 2017 à 20 758 en 2018.

En 1998, une rumeur, largement dissipée depuis, selon laquelle il existerait un lien entre le vaccin ROR (rougeole-oreillons-rubéole) et l’autisme a fait chuter la couverture vaccinale du Royaume-Uni, exposant le pays à des épidémies de rougeole plus fortes et plus fréquentes.

Aujourd’hui, le moindre cas de rougeole constitue un risque pour toute la planète. Les vaccins sont le meilleur moyen de protéger nos enfants et nos communautés de cette maladie extrêmement contagieuse.

 

En savoir plus :

Semaine mondiale de la vaccination

L'UNICEF et la vaccination

Les principales questions que se posent les parents sur les vaccins

Les vaccins et les maladies qu'ils permettent d'éviter.