La sécurité au bout du chemin

Des enfants du Soudan du Sud voyagent seuls vers les camps de réfugiés

Par Omer Musa Omer
UNICEF Sudan/2017
27 juillet 2017

DARFOUR-ORIENTAL, Soudan, le 27 juillet 2017 – Jonk Tonk Dack, 14 ans et Lowal, son frère âgé de 9 ans, viennent de Kair, sur le Bahr al-Arab, au Soudan du Sud. Les deux garçons ont récemment fui seuls leur ville d’origine pour échapper à la faim et aux combats. Ils se sont dirigés vers le camp de Kario au Darfour-Oriental.

Après plus de trois jours de marche, ils n’étaient plus que deux enfants fragiles et épuisés. Alors qu’il leur restait encore à parcourir l’équivalent d’une journée et demie de voiture, il était devenu évident qu’ils n’arriveraient pas seuls jusqu’au camp.

Les garçons ont finalement eu un peu de chance lorsqu’un camion est passé par là, chargé d’autres réfugiés sud-soudanais. Les passagers ont supplié le chauffeur de s’arrêter et il a accepté. Jonk et Lowal sont arrivés au camp de Kario le 1er mars 2017, affaiblis, mais heureux d’être enfin en sécurité. « Le camp, c’est mieux et plus sûr que le Soudan du Sud. Je ne veux pas retourner là-bas », affirme Jonk.

Son frère et lui ont été immédiatement enregistrés par le Conseil national pour le bien-être de l’enfant comme enfants non accompagnés ou séparés. Avec l’aide de l’UNICEF, ils ont été soignés, soutenus, vaccinés et ont bénéficié d’autres services au sein de l’espace ami des enfants récemment construit grâce au soutien de l’Allemagne.

Aujourd’hui, Jonk et Lowal vivent dans le camp avec une famille d’accueil et ils ont reçu des vêtements et des couvertures. Pour prendre soin des enfants, leur nouvelle famille d’accueil reçoit une aide financière financée par l’Allemagne.

UNICEF Sudan/2017

Des enfants jouent dans un espace ami des enfants soutenu par l’UNICEF. Ces espaces constituent un lieu où les enfants peuvent jouer et se faire des amis, mais aussi recevoir un soutien psychosocial, des formations sur la vie quotidienne et profiter d’activités récréatives.

Un flux croissant de réfugiés

Jonk et Lowal comptent parmi les 165 enfants sud-soudanais non accompagnés et séparés qui bénéficient de services de protection de l’enfance dans les camps de Kario et Khor Omer au Darfour.

Plus de 155 000 réfugiés provenant du Soudan du Sud ont fui vers le Soudan depuis le début de l’année, dont environ 100 000 enfants. Compte tenu du conflit qui perdure au Soudan du Sud et de l’insécurité alimentaire généralisée, le Soudan s’attend à recevoir en 2017 trois fois plus de réfugiés que ce qui était prévu au début de l’année.

« L’afflux croissant de réfugiés du Soudan du Sud et plus de 2,3 millions de déplacés internes font peser un fardeau toujours plus lourd sur les ressources déjà surexploitées des communautés d’accueil. Les enfants continuent d’être les plus durement touchés », explique Abdullah Fadil, Représentant de l’UNICEF au Soudan. « Un soutien immédiat et durable est essentiel pour mettre à leur disposition une intervention humanitaire vitale et opportune, notamment dans les secteurs de l’eau, de l’assainissement, de l’hygiène et de la nutrition. »

UNICEF Sudan/2017

Regina, 14 ans, est enregistrée à l’espace ami des enfants soutenu par l’UNICEF au camp de Khor Omer dans le Darfour-Oriental. Aujourd’hui, Regina vit dans une famille d’accueil et est inscrite à l’école.

Le début de la récupération

Voilà un an, Regina Mnal, aujourd’hui âgée de 14 ans, entreprenait un voyage semblable à celui de Jonk et Lowal : elle quittait sa ville de Wan Jok au Soudan du Sud pour se rendre au camp de Khor Omer dans le Darfour-Oriental, où elle a été enregistrée comme enfant séparé.

« Au Soudan du Sud, je m’occupais du bétail de ma famille. Nous n’avions pas assez à manger et je ne pouvais pas aller à l’école à cause du conflit », se souvient-elle.

Aujourd’hui, Regina vit dans une famille d’accueil et est inscrite à l’école. Elle se rend également à l’espace ami des enfants soutenu par l’UNICEF où elle peut jouer et se faire des amis, tout en profitant d’une aide psychosociale, de formations sur la vie quotidienne et d’activités récréatives.

« Les “maos” et les “khaltos” (oncles et tantes) sont très gentils et amicaux. Ils m’encouragent tout particulièrement lorsque je pense à mes parents au Soudan du Sud et que je suis triste », raconte-t-elle.

Le soutien de l’UNICEF aux réfugiés du Soudan du Sud à ce jour :

  • 90 000 enfants ont été examinés pour dépister des cas de malnutrition et 1 713 ont reçu un traitement contre la malnutrition aiguë sévère.
  • Quelque 60 000 enfants en âge d’être scolarisés ont besoin d’un soutien en matière d’éducation et l’UNICEF en soutient actuellement 10 000.
  • Cinq systèmes durables de traitement de l’eau ont été construits dans cinq camps de réfugiés sud-soudanais dans l’État du Nil Blanc au profit de 118 000 personnes (réfugiés et membres des communautés d’accueil).
  • Plus de 90 animateurs, travailleurs sociaux et enseignants formés offrent des services de protection de l’enfance, y compris un soutien psychosocial, à environ 8 560 enfants dans les États du Nil Blanc, du Kordofan de l’Ouest et du Darfour-Oriental.