Au Mali, l’apprentissage par la radio, rayon de soleil pour les enfants

Des radios alimentées à l'énergie solaire aident les enfants déplacés et touchés par les conflits à poursuivre leur scolarité en dehors des salles de classe.

Par Fatou Diagne
Mali. Un garçon écoute la radio pendant qu'il étudie.
UNICEF/UN0430942/Keïta
29 mars 2021

RÉGION DE SÉGOU, Mali - L'insécurité persistante dans le centre et le nord du Mali a contribué à alimenter une crise humanitaire prolongée, perturbant l'accès à l'éducation, à la santé et à d'autres services essentiels, déplaçant plus de 300 000 personnes - dont plus de la moitié sont des enfants.

La COVID-19 a aggravé le problème. Avant la pandémie, des menaces et des attaques directes contre l'éducation avaient contraint la fermeture d'environ 1 300 écoles dans les régions du centre et du nord. Mais les mesures liées à la pandémie ont entraîné la fermeture des écoles dans tout le pays pendant la majeure partie de l'année 2020, laissant de nombreux jeunes parmi les plus vulnérables dans l'impossibilité d'accéder à l'éducation.

L'UNICEF a distribué des radios alimentées par l'énergie solaire dans les zones touchées par le conflit aux ménages vulnérables et aux groupes d'écoute, où jusqu'à 15 jeunes peuvent utiliser la même radio. Ces appareils constituent une bouée de sauvetage pour ceux qui autrement auraient été privés de leur scolarité et complètent les efforts des espaces d'apprentissage temporaires mis en place dans les sites pour les personnes déplacées à l'intérieur du pays afin de garantir que les enfants puissent continuer à apprendre en toute sécurité.


 

Aichata, 15 ans, allait à l'école à Diabaly, une ville rurale située dans le centre-sud de la région de Ségou. Quelques mois après la fermeture de l'école d'Aichata, son père a décidé que la famille devait déménager dans la ville de Ségou afin qu'elle puisse continuer son éducation. Elle a été inscrite à l'école Adama Dagnon. L'école lui a fourni une radio à énergie solaire pour lui permettre de continuer à apprendre en dehors des heures de cours et de rattraper le temps perdu. « Je pouvais assister aux cours avec cette radio. Cela m'a aidé à rattraper mon retard dans mes études. », dit-elle.

Mali. Une fille écoute la radio en étudiant.
UNICEF/UN0430949/Keïta
Aichata, 15 ans, suit une leçon sur sa radio à énergie solaire alors qu'elle étudie chez elle à Ségou, au Mali.

Makono, 13 ans, fréquente également l'école Adama Dagnon. Ses parents ont quitté la région de Koulikoro située au sud du pays, après des attaques armées pour trouver refuge dans la région de Ségou, située à plus de 200 km de Ségou.

Mali. Un garçon écoute la radio pendant qu'il étudie.
UNICEF/UN0430944/Keïta
Makono, 13 ans, étudie à la maison pendant la visite d'un responsable de l'éducation de l'UNICEF à Ségou, au Mali.

« Comme je suis l’aîné, chaque mercredi et jeudi soir, comme on n’a pas cours, je demande à mes sœurs de venir étudier avec moi et nous profitons tous des cours que nous écoutons à la radio » témoigne Makono. Les programmes éducatifs diffusés sont utilisés non seulement par les enfants qui ne peuvent pas assister aux cours en personne, mais aussi par ceux qui sont à l'école pour étudier après les heures de classe.

Mali. Un groupe d'enfants se réunit autour d'une radio pour suivre des cours.
UNICEF/UN0430946/Keïta
A la maison, Makono et ses sœurs se réunissent autour d’une radio afin de suivre les leçons diffusées.

Aichata, quant à elle, révise tous les mercredi et jeudi soir avec ses camarades. « Avant je n’aimais pas la grammaire et la conjugaison parce que je ne comprenais pas et je trouvais cela difficile. Mais aujourd’hui, j’arrive à obtenir d’assez bonnes notes, une fois j’ai même eu 8 sur 10 et j’étais vraiment fière de moi ! ».

Mali. Un groupe de filles se réunit autour d'une radio pour étudier.
UNICEF/UN0430950/Keïta
Aichata (deuxième à droite) se réunit autour d'une radio avec quelques amis de son quartier pour étudier.

Educo, l'un des partenaires de l’UNICEF dans les régions centrales de Ségou et Mopti est chargé d'identifier les ménages qui pourraient bénéficier d'une radio. En travaillant en étroite collaboration avec les comités de gestion scolaires, il distribue les radios et assure le suivi des résultats. 

« Nous faisons des visites à domicile pour nous assurer que les enfants utilisent les radios mais aussi voir l’évolution de leur niveau scolaire. », explique Dioukou Konate, responsable du projet humanitaire d'Educo pour la région de Ségou, lors d'une visite de suivi avec Aichata.

Mali. Une fille étudie à la maison.
UNICEF/UN0430951/Keïta
Aichata étudie lors d'une visite de suivi de Dioukou Konate, responsable du projet humanitaire d'Educo dans la région de Ségou.

Dans la région de Ségou, environ 1500 ménages ont bénéficié de radios solaires. Ces efforts sont renforcés par des groupes d'écoute soutenus par un relais communautaire, généralement un enseignant à la retraite, qui permet d'aider à maintenir l'apprentissage des élèves sur la bonne voie.

Mali. Un garçon utilise une règle pour indiquer quelque chose sur un tableau noir.
UNICEF/UN0430925/Keïta
Makono en compagnie de son enseignant dans une salle de classe de son école dans la région de Ségou.

Makona et Aichata sont aujourd’hui non seulement bien insérés dans leurs nouvelles écoles, mais font partie des premiers de leurs classes.

Makona veut devenir enseignant : « Mes parents ne sont pas allés à l’école, parfois quand je ne comprends pas mes leçons je dois aller demander à des gens. Je sais que si je travaille bien à l’école mes parents pourront compter sur moi. »

Pour Aichata, son plus grand rêve est de devenir directrice d’école afin d'aider d'autres enfants à aller à l'école. « Je sais que c'est ambitieux de dire que tous les enfants du Mali iront à l'école, mais je suis certaine qu’un jour mon rêve se réalisera, » conclut-elle.