Mettons fin à la violence. #ENDviolence

Les enfants devraient se sentir en sécurité chez eux, à l’école et dans leur communauté.

Girl covering face with hands
UNICEF/UN018674/Zehbrauskas

Les enfants devraient se sentir en sécurité chez eux, à l’école et dans leur communauté.
Pourtant, ce sont dans ces mêmes lieux que surviennent la plupart des cas de violence envers les enfants, souvent perpétrés par une personne de leur entourage. Pour de nombreux enfants, la violence a un visage familier.
La violence peut être plus proche du foyer que vous ne le pensez. Repérez-la. Signalez-la.
Aidez-nous à mettre fin à la violence. #ENDViolence

Que savez-vous de la violence envers les enfants ?

La gifle d’un parent énervé, les avances sexuelles d’un voisin ou d’un proche, le harcèlement des camarades de classe. Tous les jours, partout, les enfants sont victimes de violence.

Toutes les cinq minutes, un enfant meurt à cause d’un acte de violence. Des millions d’autres vivent dans la peur de la violence physique, psychologique ou sexuelle.

Tous les enfants ont la capacité d’être heureux, de grandir en bonne santé et de réussir. Cependant, les enfants témoins ou victimes de la violence voient ce potentiel miné et leur santé, leur bien-être et leur avenir, affectés. Certains porteront les stigmates de cette violence tout au long de leur vie.

PETITE ENFANCE
UNICEF

Chaque enfant devrait grandir dans un foyer joyeux, stimulant et aimant. Pourtant, le foyer est souvent l’endroit où l’enfant est exposé pour la première fois à la violence.

Certains parents ou personnes s’occupant d’enfants ont recours à la discipline violente pour soulager leur colère ou leur frustration, ou tout simplement parce qu’ils ne sont pas au fait des méthodes non violentes.

Quelles qu’en soient les raisons, la violence laisse des cicatrices physiques et psychologiques. Elle peut également avoir des conséquences plus tard dans la vie des enfants, sur leur attitude à l’égard de la famille et sur leurs relations, qui peuvent perpétuer le cycle de la violence.

 

Seuls 60 pays ont adopté une législation qui interdit totalement le recours aux châtiments corporels à la maison, ce qui signifie que plus de 600 millions d’enfants de moins de 5 ans ne disposent d’aucune protection juridique complète.

 

Corporal punishment map FR
UNICEF

91 % des enfants de moins de 5 ans vivent dans un pays qui n’interdit pas les châtiments corporels à la maison.

75 % des enfants âgés de 2 à 4 ans sont victimes de discipline violente de la part des personnes qui s’occupent d’eux.

1,1 milliard de personnes s’occupant d’enfants considèrent les châtiments corporels comme une forme de discipline nécessaire.

À L’ECOLE
UNICEF

 


NOUVEAU: La moitié des élèves âgés de 13 à 15 ans ont rapporté avoir été victimes d’actes de violence de la part de camarades du même âge à l’école ou aux abords de l’école. Agissez pour mettre fin à la violence envers les enfants #ENDviolence


 

Généralement, les parents, les enseignants, les élèves et les communautés attendent de l’école qu’elle fournisse aux enfants un environnement sûr, dans lequel ils puissent grandir, apprendre, s’épanouir et réussir.

Pourtant, la violence à l’école empêche de nombreux élèves dans le monde de profiter pleinement de leur apprentissage et de réaliser leur plein potentiel.

Harcèlement, harcèlement sexuel, châtiments corporels, attaques et fusillades dans les écoles : les formes de violence à l’école sont nombreuses, et toutes ont des effets dévastateurs sur les enfants, leur famille et leur communauté.

La violence à l’école nuit à l’assiduité, contribue à la baisse des résultats scolaires et favorise le décrochage scolaire. Enfin, elle compromet l’avenir des enfants concernés.

 

 

Bullying map FR
UNICEF
Les adolescents
UNICEF

En grandissant, les enfants passent de plus en plus de temps en dehors de chez eux et en ligne. Si l’élargissement de leur univers social peut être enrichissant, il peut également les exposer à de nouvelles formes de violence.

Le taux de mortalité due à la violence chez les enfants de plus de 9 ans est plus de deux fois plus élevé qu’il l’était au cours de leur première décennie.

La plupart des décès d’adolescents dans le monde sont dus à un homicide, mais cette donnée varie en fonction des régions. En Amérique latine et aux Caraïbes, les homicides constituent la première cause de décès. Au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, ce sont les conflits et la guerre.

Recrutement par des groupes armés, risque d’être pris au piège dans des tirs croisés : les adolescents qui vivent dans des lieux affectés par des conflits armés sont exposés à de nombreux dangers.

 

Toutes les 7 minutes, un adolescent est tué par un acte violent.

Homicide rate graph FR
UNICEF

Près de 2 décès d’adolescents sur 3 en 2015 étaient le produit d’un homicide.

Près d’1 femme victime d’un homicide sur 2 est tuée par un membre de sa famille ou par un partenaire intime.

Près de 3 adolescents décédés à la suite d’un conflit en 2015 sur 4 vivaient au Moyen-Orient ou en Afrique du Nord.

violence sexuelle
UNICEF

Bien que la violence sexuelle soit souvent associée à des inconnus, les enfants ont davantage de risques d’être agressés sexuellement par un membre de la famille, un ami ou un partenaire intime.

Qu’il s’agisse d’un contact physique direct ou d’une exposition non désirée à un langage sexuel, la violence sexuelle envers les enfants est présente dans tous les pays et touche les filles et les garçons de tous les âges.

Si les filles et les garçons sont exposés à la violence sexuelle à n’importe quel âge, les filles deviennent particulièrement vulnérables après la puberté.

La plupart des victimes taisent leur agression et ne se font jamais aider. Les raisons varient selon les cas, mais incluent la peur des représailles, la honte ou la conviction que personne ne les aidera. 

 

Neuf adolescentes sur dix (de 28 pays) ayant indiqué avoir subi un acte sexuel forcé ont déclaré que l’auteur était une personne de leur entourage ou qu’elles connaissaient.

 

Worst places for girls chart FR
UNICEF

Près de 15 millions d’adolescentes âgées de 15 à 19 ans ont subi un acte sexuel forcé au cours de leur vie.

Plus de 10 % de jeunes femmes de 5 pays d’Europe ont indiqué avoir été victimes de violence sexuelle avant leur 15 ans.

Au Cameroun et au Bangladesh, plus d’1 adolescente sur 5 a indiqué avoir subi un acte sexuel forcé.

Commnt agir

Au rythme actuel, près de deux millions d’enfants et d’adolescents pourraient être tués par un acte de violence d’ici à 2030. Nous disposons des connaissances et des outils nécessaires pour mettre un terme à ce fléau mondial, mais nous ne pouvons réussir sans la mobilisation de chacun d’entre nous. Mettre fin à la violence envers les enfants, c’est notre affaire à tous.

L’UNICEF appelle tous les gouvernements à prendre des mesures pour éradiquer la violence envers les enfants, notamment au moyen des stratégies suivantes :

Research and Resources

Adopter des plans d’action nationaux pour mettre fin à la violence envers les enfants

What needs to happen 2

Modifier les comportements des adultes et s’attaquer aux facteurs qui contribuent à la violence envers les enfants

What needs to happen 3

Centrer les politiques nationales sur la réduction des comportements violents et des inégalités et sur la limitation de l’accès aux armes à feu et autres armes

What needs to happen 4

Développer des systèmes de services sociaux et former les travailleurs sociaux à fournir un soutien aux enfants victimes de violence

    

What needs to happen

Former les enfants, les parents, les enseignants et les membres de la communauté à reconnaître la violence sous toutes ses formes et leur donner les moyens de parler et de signaler la violence en toute sécurité