Journée internationale de la fille 2018

Avec elle : encourager l’instruction et la qualification professionnelle des filles

Deux jeunes femmes voilées se tiennent côte à côte, leur invention dans les mains
UNICEF/UN0206982/Herwig

Le défi

Aujourd’hui, toute une génération de filles s’apprête à entrer dans un monde du travail transformé par l’innovation et par l’automatisation. Les travailleurs instruits et qualifiés sont très recherchés, mais environ un quart des jeunes – pour la plupart des filles – n’est actuellement ni employé, ni scolarisé, ni en formation.

Sur le milliard de jeunes qui entreront sur le marché du travail au cours de la prochaine décennie – parmi lesquels on compte environ 600 millions d’adolescentes – plus de 90 % de ceux vivant dans des pays en développement travailleront dans le secteur informel occupant des emplois qui ne sont ni réglementés ni protégés, où le salaire est soit faible soit inexistant, et où la maltraitance et l’exploitation font la norme. Les filles les plus défavorisées, notamment celles qui vivent en zone rurale ou celles qui sont handicapées, bénéficient d’un accès encore moins aisé à un travail décent.

« Tout comme les garçons, les filles peuvent devenir médecins ou avocates, nous pouvons tout faire tant que nous sommes soutenues. Nous voulons seulement disposer des mêmes chances. »

- Fatima Ansari, Pakistan

À l’heure actuelle, de nombreuses filles ne développent pas les compétences nécessaires pour s’assurer l’accès à un travail décent. Dix pour cent des filles en âge d’aller à l’école primaire ne sont pas scolarisées. Un plus grand nombre encore ne peut prétendre accéder au cycle d’enseignement secondaire, et doit renforcer ses compétences élémentaires en lecture et en mathématiques.

Les compétences transférables, telles que la confiance en soi, la résolution des problèmes, l’esprit critique et l’esprit d’équipe, mais également les STEM, sont essentielles pour réussir dans un monde en constante évolution. Pourtant, beaucoup d’écoles n’ont toujours pas axé leur formation sur ces « compétences du XXIe siècle ».

De nombreuses filles ne bénéficient d’aucun soutien de la part de mentors, ni d’aucune orientation professionnelle ou formation utiles pour assurer leur transition du système scolaire au monde du travail. Quant à celles qui se lancent dans l’entrepreneuriat, elles sont confrontées à des difficultés entravant leur accès à des compétences commerciales et financières.  

L’intégration totale des filles à la future main-d’œuvre exige de s’attaquer aux stéréotypes sexistes dans toutes les professions et de faire tomber les multiples obstacles systémiques qui se dressent sur leur route.

“Just like boys, girls can become doctors, lawyers, we can do anything if we have the support. We just want to have the same opportunities.”

Fatima Ansari, Pakistan

Right now, many girls are not developing the skills they will need to secure decent work later in life. Ten per cent of primary-aged girls are out of school. Many more are not able to progress to secondary school and need support developing basic skills in reading and math.

Transferable skills – such as self-confidence, problem solving, teamwork and critical thinking – are essential to succeed in the rapidly changing world of work, yet many schools do not focus on these “21st century skills”, including STEM (Science, Technology, Engineering and Math) education.

Many girls do not have access to mentors, career guidance or the training they need to transition from school to work. Those who are entrepreneurs face barriers to accessing finance or business skills. 

Girls’ full participation in the future workforce requires tackling gender stereotypes across professions and addressing the many systemic barriers to decent work they face.

« Si nous parvenons à fournir aux filles une orientation adaptée, elles auront le courage et la détermination de choisir une carrière dans la filière STEM. »

Pratiksha Pandey, cofondatrice de WiSTEM

La solution

Chacune des 600 millions d’adolescentes de ce monde a la force, la créativité et l’énergie nécessaire pour répondre aux exigences de l’industrie mondiale. Elles ont juste besoin que la communauté internationale se joigne à elles pour acquérir les compétences requises.

Le 11 octobre, à l’occasion de la Journée internationale de la fille, nous œuvrons aux côtés de toutes les filles pour élargir les possibilités d’apprentissage actuellement disponibles et ouvrir de nouvelles voies. Nous appelons la communauté internationale à repenser la manière dont ces jeunes filles sont formées afin de faciliter leur transition vers le monde du travail.

À travers le thème « Avec elle : encourager l’instruction et la qualification professionnelle des filles », la Journée internationale de la fille marque le début d’une année d’efforts déployés pour rassembler les partenaires et les parties prenantes autour de la sensibilisation et de la défense des perspectives et des besoins les plus pressants auxquels les filles doivent répondre afin d’acquérir les compétences nécessaires pour trouver un emploi qualifié.

Deux adolescentes portant des sacs à dos marchent vers leur écoles, Zambie.
UNICEF/UN0145564/Schermbrucker
Deux adolescentes sourient dans l’enceinte du collège de filles de Matero, à Lusaka, en Zambie.

Pour développer l’instruction et la qualification professionnelle des filles, la communauté internationale doit :

  • Rapidement élargir l’accès à une éducation et une formation inclusive.
  • Améliorer la qualité et la dimension sexospécifique de l’enseignement et de l’apprentissage afin de permettre aux filles de développer des compétences fondamentales, transférables et ciblées, utiles à leur vie privée et professionnelle.
  • Créer des écoles inclusives et accessibles, ainsi que des possibilités d’apprentissage et de formation favorisant l’autonomisation des filles handicapées.
  • Faire évoluer les stéréotypes sexistes, les normes sociales et les préjugés inconscients pour offrir aux filles les mêmes possibilités en matière d’apprentissage et de carrière que les garçons.
  • Augmenter la présence des filles dans les filières de science, technologie, ingénierie et mathématiques (STEM).
  • Mettre en place des initiatives destinées à soutenir la transition des filles du milieu scolaire vers le monde du travail : orientation professionnelle, apprentissage, stages, entrepreneuriat, etc.
  • Mettre en place des programmes à grande échelle dans les secteurs public et privé pour favoriser les formations adaptées aux compétences des filles et aux besoins du marché.
  • Favoriser l’accès des entrepreneuses à la création d’entreprise et aux financements.
  • Nouer des partenariats stratégiques avec les gouvernements et les entreprises privées pouvant endosser le rôle de leader et de bailleurs de fonds, afin de contribuer à la formation des filles et à leur insertion sur le marché du travail.

 

À l’occasion de la Journée internationale de la fille, engageons-nous avec elle – cette future entrepreneuse, enseignante, scientifique ou ingénieure informatique –, pour encourager les formations qualifiantes et faire tomber les obstacles liés au genre auxquels elle fait face, afin qu’elle et que toutes les autres filles puissent avoir accès à l’instruction et la qualification professionnelle.

Ressources


L’éducation des filles

Répondre aux besoins sexospécifiques des filles en matière d’éducation

Génération sans limites