L’apprentissage pour tous les enfants

Un milliard d’enfants vont à l’école chaque jour, mais beaucoup sont encore oubliés

Chaque jour, plus d’un milliard d’enfants vont à l’école dans le monde. Ils y vont pour apprendre, mais bien souvent la réalité est tout autre.

Pour beaucoup, l’apprentissage s’avère très difficile. Certains enfants sont en effet victimes de discriminations ou d’actes d’intimidation, ils sont accueillis dans de mauvaises conditions sanitaires, dans des bâtiments délabrés ou des salles de classe improvisées. D’autres viennent à l’école trop affamés, trop malades ou trop épuisés par le travail ou les tâches ménagères pour réellement tirer profit de leurs cours.


La crise de l’apprentissage en quelques chiffres :

On estime à environ 617 millions le nombre d’enfants et d’adolescents dans le monde dont les compétences en lecture et en mathématiques sont insuffisantes. Parmi eux :

Des enfants réunis autour de tables apprennent à dessiner.

387 millions sont en âge de fréquenter l’école primaire (de 6 à 11 ans environ), et 262 millions d’entre eux sont déjà scolarisés

Une toute jeune fille à bicyclette sourit

230 millions sont en âge de fréquenter le premier cycle du secondaire (de 12 à 14 ans environ), et parmi ceux-ci, 137 millions sont scolarisés.

Qui sont ces enfants privés d’éducation ?

Les enfants en situation de handicap, qui parlent une langue minoritaire, qui sont victimes de violences, d’abus ou de privations pendant les crises humanitaires sont les premiers privés d’éducation. Dans certains pays, en outre, le fait d’être un garçon ou une fille a une incidence sur le niveau scolaire des élèves.

Même si ces enfants marginalisés parviennent à aller à l’école, ils restent confrontés à des inégalités d’apprentissage. Par exemple, les enfants issus des 20 % de foyers les plus riches sont beaucoup plus susceptibles d’acquérir les compétences de base en lecture que les enfants issus des familles les plus pauvres.

Apprendre paie : une année supplémentaire d’un enseignement de qualité peut accroître les revenus d’une personne de 10 %. Pourtant, les enfants les plus marginalisés sont ceux qui tirent le moins profit de cet apprentissage.

Des élèves, tout sourire, assis à leurs pupitres.
UNICEF/UN0208033/DEJONGH
Un groupe d’élèves s’amuse dans une école primaire de Gonzagueville, l’une des communes d’Abidjan, la capitale ivoirienne.

L’action de l’UNICEF

L’UNICEF s’engage à garantir un accès sûr à une éducation de qualité pour chaque enfant, fondée sur ses droits, indépendamment de ses conditions de vie ou de ses origines.    


Nous œuvrons pour repérer les obstacles qui ralentissent les performances et collaborons avec les pouvoirs publics, les partenaires et les communautés en vue de les éliminer et de fournir aux enfants une éducation de qualité.  

Par éducation de qualité, nous entendons une éducation qui dote les enfants des outils nécessaires pour réussir à l’école, travailler de manière productive, se prendre en charge, mener une vie épanouissante et contribuer au bien-être de leur communauté et de leur société.

Des méthodes d’évaluation sont utilisées pour apprécier la qualité de l’apprentissage. Lorsqu’elles sont conçues correctement, ces méthodes permettent de bien cerner bon nombre d’éléments capitaux. Elles permettent de savoir si un individu apprend réellement, de suivre les progrès d’un pays vers ses objectifs d’apprentissage, d’identifier les besoins spécifiques des enfants ou encore de mettre au jour les différences existantes entre les régions ou les populations.


Obtenez plus d’informations sur les Écoles « amies des enfants » de l’UNICEF, une approche globale qui cherche à créer un environnement sûr, sain et épanouissant, propice à l’apprentissage des enfants, de sorte qu’ils puissent tous atteindre leur plein potentiel.