Un soutien accru nécessaire pour les familles de ceux qui travaillent alors que l’épidémie de COVID-19 gagne du terrain

De nouvelles recommandations à l’intention des entreprises visent à aider les employeurs à renforcer leur soutien aux familles durant la pandémie

30 mars 2020
Une petite fille et son père dessinent
UNICEF/UN0312258/Sokol

NEW YORK, le 30 mars 2020 – Alors que la pandémie de COVID-19 continue sa progression exponentielle, l’UNICEF et l’Organisation internationale du Travail (OIT) font aujourd’hui savoir qu’il est essentiel d’aider les parents qui travaillent à minimiser les conséquences négatives de la crise pour leurs enfants. Perte d’emploi, fermeture des établissements scolaires, indisponibilité des solutions de garde d’enfant… En cette période, les familles, et en particulier les plus démunies, ont encore plus besoin de soutien.

« Les répercussions de la pandémie – perte d’emploi, stress persistant et troubles psychologiques – pèseront sur les familles pendant plusieurs années », a déclaré Pia Rebello Britto, Chef, Développement de la petite enfance de l’UNICEF. « En l’absence de systèmes de protection sociale adéquats, les enfants les plus vulnérables se trouvent encore plus exposés à la crise. »

Dans de nouvelles recommandations préliminaires publiées ce jour, l’UNICEF exhorte les employeurs à tenir compte de l’impact de leurs décisions sur la famille de leur personnel – et à soutenir si possible des mesures de protection sociale.

L’UNICEF et l’OIT appellent également les États à renforcer leurs dispositifs de protection sociale, notamment à destination des familles vulnérables – y compris en aidant les employeurs à continuer de remplir leur rôle de pourvoyeurs d’emploi et de revenus – et à garantir un soutien financier aux personnes qui perdent leur emploi.

« Le dialogue social – c’est-à-dire les consultations et la collaboration entre la puissance publique et les partenaires sociaux – est indispensable. Pour que les stratégies de riposte soient durablement suivies d’effets, elles doivent reposer sur la confiance et se nourrir de la diversité des expériences », a déclaré Manuela Tomei, Directrice du département des Conditions de travail et de l’égalité de l’OIT.

Des politiques et pratiques favorables à la vie de famille, telles que la protection de l’emploi et des revenus, des congés payés pour s’occuper d’une personne de sa famille, l’aménagement des modalités de travail et l’accès à un dispositif de garde d’urgence de qualité, peuvent faire toute la différence. Elles assurent assistance et protection aux personnes qui travaillent ainsi qu’à leurs enfants, et améliorent leur productivité tout en les sécurisant.

Voici quelques-unes des recommandations préliminaires pour aider les employeurs à limiter les conséquences négatives de l’épidémie de COVID-19 :

  • Suivre et respecter les consignes édictées par les autorités locales et nationales et communiquer les informations essentielles à ses employés ;
  • Évaluer la capacité des politiques actuelles de l’entreprise à soutenir efficacement les employés et leur famille ;
  • Appliquer les bonnes pratiques lors de la mise en œuvre de politiques nouvelles ou existantes fondées sur le dialogue social ainsi que le droit national et les normes internationales du travail. S’assurer que tous les employés, sans exception, ont droit à des mesures de soutien sur le lieu de travail, et s’assurer qu’ils soient informés de ces mesures, qu’ils les comprennent et se sentent autorisés à y avoir recours ;
  • Protéger le lieu de travail des discriminations et de la stigmatisation sociale en animant des formations et en garantissant la confidentialité et la sécurité des mécanismes de signalement ;
  • Mettre en place un aménagement des modalités de travail favorable à la vie de famille afin de donner aux employés une plus grande liberté quant à la façon de s’acquitter de leurs responsabilités professionnelles. Si un tel aménagement est impossible, envisager d’autres aides pour les parents qui travaillent, telles que des solutions de garde ;
  • Aider les parents qui travaillent en leur fournissant des solutions de garde sûres et appropriées dans le cadre de l’épidémie de COVID-19 ;
  • Prévenir les risques sur le lieu de travail ou y remédier en renforçant les mesures de santé et de sécurité au travail ;
  • Dispenser des conseils et des formations sur les mesures de santé et de sécurité et les règles d’hygiène au travail ;
  • Encourager les employés qui présentent de la fièvre, de la toux ou des difficultés à respirer à solliciter un avis médical ;
  • Aider les employés à gérer le stress durant l’épidémie de COVID-19 ;
  • Soutenir les dispositifs de protection sociale des États, conformément à la convention no 102 de l’OIT concernant la sécurité sociale (norme minimum) et la recommandation no 202 du Bureau international du Travail (BIT) sur les socles de protection sociale. Le soutien des entreprises peut se traduire par exemple par le versement de subventions aux employés pour qu’ils puissent bénéficier de l’assurance-maladie, de l’assurance‑chômage et de l’assurance en cas d’incapacité à travailler – un soutien qui devrait s’étendre aux travailleurs du secteur informel


###

Téléchargez ici la note technique préliminaire de l’UNICEF, de l’Organisation internationale du Travail (OIT) et d’ONU-Femmes sur les politiques favorables à la vie de famille et autres bonnes pratiques sur le lieu de travail dans le contexte de la COVID-19.

Contacts presse

Georgina Thompson

UNICEF New York

Tél: +1 917 238 1559

À propos de l’UNICEF

L’UNICEF travaille dans certains des endroits les plus inhospitaliers du monde pour atteindre les enfants les plus défavorisés. Dans plus de 190 pays et territoires, nous travaillons pour chaque enfant, chaque jour, afin de construire un monde meilleur pour tous.

Pour en savoir plus sur l’UNICEF et son action, veuillez consulter le site : www.unicef.org/fr.

Suivez-nous sur Twitter et Facebook