Lancement du Vaccination Demand Observatory pour renforcer les programmes de communication locaux visant à lutter contre les fausses informations entourant les vaccins.

29 avril 2021

L’UNICEF, le Yale Institute for Global Health et Public Good Projects se sont associés pour créer cet observatoire de la demande de vaccins afin de munir les équipes de pays des outils nécessaires pour lutter contre les fausses informations et la méfiance à l’égard de tous les vaccins.

NEW YORK, LE 29 AVRIL 2021 – Pour lutter contre la méfiance à l’égard des vaccins dans le monde entier, PGP (Public Good Projects), l’UNICEF et le Yale Institute for Global Health ont lancé aujourd’hui le Vaccination Demand Observatory (Observatoire de la demande de vaccins).

À l’heure où les pays commencent à déployer les vaccins contre la COVID-19, les spécialistes de la santé publique savent que la dernière étape, à savoir faire passer le vaccin du flacon au bras, risque d’être la plus difficile. L’incertitude ressentie par le public durant la pandémie actuelle a été exacerbée par une « infodémie », une épidémie d’informations et de fausses informations semant la confusion. Le Vaccination Demand Observatory (l’Observatoire) élabore des outils, des formations, un soutien technique et des études afin de donner aux équipes de pays les moyens d’atténuer les effets des fausses informations et de la méfiance à l’égard de la vaccination dans son ensemble. Ce programme repose sur trois piliers : la production de connaissances et d’analyses fondées sur l’écoute sociale, un programme de formation et d’information visant à éliminer les défis associés à la vaccination dans son ensemble et un laboratoire de communication.

Le Vaccine Acceptance Interventions Lab (le Laboratoire des interventions en faveur de l’acceptation des vaccins, VAIL) s’appuiera sur les études et les connaissances comportementales et sociales fondées sur l’écoute sociale afin de contribuer à l’élaboration de contenus intéressants et pertinents visant à combler les lacunes en matière d’informations. VAIL mettra également au point des messages de « vaccination » afin de «vacciner  le public contre les fausses informations entourant les vaccins. Le ton, la présentation et les effets du contenu et des programmes sur la modification des comportements seront rapidement mis à l’essai sur le terrain avant la mise en œuvre de ces derniers.

« Durant cette période propice à l’anxiété et à l’incertitude, les gens nourrissent un grand nombre de questions et d’inquiétudes tout à fait raisonnables au sujet des vaccins. Cependant, leur quête de réponses peut se heurter à un manque béant d’informations et à un miasme de fausses informations et de désinformation », indique Angus Thomson, haut responsable des sciences sociales à l’UNICEF. « Pour répondre à leurs inquiétudes, nous devons d’abord les comprendre. Ensuite, il est essentiel d’échanger avec eux, et non pas seulement de nous adresser à eux, là où ils se trouvent et sur les sujets qui leur tiennent à cœur. Grâce à l’Observatoire, les pays auront les moyens de mettre en place de telles initiatives. »   

Un programme de pays soutenu par l’Observatoire au fonctionnement similaire à celui d’un système de surveillance des maladies contextualisera les conversations sur les vaccins, en caractérisant les questions, les inquiétudes et les fausses informations, afin de fournir régulièrement des informations à jour aux organismes de santé locaux et aux organisations partenaires. Contrairement aux efforts précédents, ce programme repose sur un « Responsable de l’infodémie sur le terrain » et non sur un tableau de bord. Ce responsable coordonnera l’écoute, l’analyse, l’identification et l’évaluation des rumeurs sur les vaccins et des lacunes en matière d’informations afin de fournir des connaissances et des recommandations exploitables en temps réel aux équipes qui échangent avec les communautés.

« La communication locale joue un rôle essentiel dans la réussite de tout programme de vaccination. Nous nous attachons donc à élaborer des programmes locaux aussi puissants et élaborés que n’importe quel système mondial. Chaque pays dans le monde a ses propres subtilités culturelles. Le système de l’Observatoire permettra d’appliquer des méthodes quantitatives et qualitatives pour suivre et caractériser les discussions locales sur les vaccins. Cela permettra ensuite de personnaliser les prochains programmes de santé publique selon le contexte de chaque pays et de les évaluer en fonction du soutien qu’ils peuvent obtenir et de leurs effets », explique Joe Smyser, spécialiste de santé publique et Président-directeur général de PGP.

L’UNICEF contribue à fournir à près de la moitié des enfants du monde des vaccins qui sauvent des vies. Or, l’accès de ces enfants à l’éducation, à la santé et aux services de protection a été fortement perturbé par la pandémie. L’empreinte de l’UNICEF à l’échelle locale, que ce soit au travers de la mobilisation active de la communauté, de la communication relative aux risques, de la mobilisation sociale ou de partenariats dans des pays du monde entier, sera orientée en temps réel par ce programme d’écoute sociale. Par l’intermédiaire du Vaccination Demand Hub (centre de demande des vaccins) l’UNICEF coordonne son appui aux pays avec d’autres organisations multilatérales, partenariats mondiaux, donateurs et organisations non gouvernementales et de la société civile.

L’Observatoire a commencé par publier un guide pratique pour la gestion des fausses informations sur les vaccins en décembre 2020. Ce guide, disponible en six langues, vise à aider les organisations à lutter contre l’infodémie mondiale en élaborant des plans d’action nationaux stratégiques et bien coordonnés afin de contrer rapidement les fausses informations entourant la vaccination et de susciter une demande de vaccins.

Dans le cadre de son premier projet sur le terrain, l’Observatoire se rend dans plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest afin d’aider les équipes de l’UNICEF à lancer un nouveau vaccin administré par voie orale contre la poliomyélite.

« Les efforts existants d’écoute sociale sur les vaccins à l’échelle mondiale n’ont pas la granularité nécessaire pour produire des connaissances à l’échelle communautaire et se concentrent sur les canaux numériques », affirme Angus Thomson. « L’équité en matière de données est essentielle si les pays veulent vacciner tout le monde. L’Observatoire s’attache à agréger les sources d’écoute en ligne et hors ligne afin de veiller à ce que nous entendions aussi les voix des exclus du numérique. »

Dans le cadre d’un premier effort pour renforcer les capacités au sein des pays, l’Observatoire a installé des tableaux de bord d’écoute régionale qui sont interprétés par les Responsables de l’infodémie. Il cherche désormais du soutien pour fournir rapidement ses outils, ses formations et son assistance technique aux pays qui s’emploient à introduire les vaccins contre la COVID-19 et la poliomyélite et qui s’efforcent de susciter la confiance à l’égard des programmes de vaccination de routine.           

« Nous devons attendre la même rigueur de la science spécialisée dans l’acceptation des vaccins que de celle spécialisée dans l’élaboration des vaccins », indique le professeur Saad B. Omer, spécialiste de médecine, de chirurgie et de santé publique, Directeur du Yale Institute for Global Health. « L’Observatoire rassemble des approches fondées sur des preuves afin de vacciner le public contre les fausses informations et d’augmenter l’acceptation de la vaccination et la demande de vaccins. »

« Nous félicitons les donateurs qui se mobilisent pour soutenir le Mécanisme COVAX qui fournit des vaccins contre la COVID-19 à plus de 100 pays. Cependant, le manque d’investissement affecté à la gestion des fausses informations et à la stimulation de la demande risque d’entraîner le refus et la perte de précieuses doses de vaccins », regrette Joe Smyser. « Les investissements actuels en appui à ces efforts essentiels ne représentent toujours qu’un infime pourcentage des investissements affectés à la production et à la distribution des doses de vaccins. »

Contacts presse

Sabrina Sidhu
UNICEF New York
Tél: +1 917 476 1537
Adresse électronique: ssidhu@unicef.org

Contenu multimédia

Vaccination en Colombie
Un bébé se fait vacciner à Cucuta, en Colombie.

Ressources pour les médias

À propos de l’UNICEF

L’UNICEF travaille dans certains des endroits les plus inhospitaliers du monde pour atteindre les enfants les plus défavorisés. Dans plus de 190 pays et territoires, nous travaillons pour chaque enfant, chaque jour, afin de construire un monde meilleur pour tous.

Suivez-nous sur Twitter et Facebook