En l’absence d’une action internationale immédiate, la pandémie de COVID-19 risque d’avoir des effets dévastateurs sur les populations réfugiées, migrantes et déplacées à l’intérieur de leur pays

Déclaration de Henrietta Fore, Directrice générale de l'UNICEF

01 avril 2020
3 enfants, sac à dos sur les épaules, sont de dos et marchent sur une voie ferrée.
UNICEF/UNI176266/Ojeda
Maria, [prénom modifié], 16 ans (à droite), originaire duHonduras, voyage avec ses frères et soeurs cadets en direction du Nord dans le but de traverser la frontière avec les États-Unis et de retrouver sa famille. 10 décembre 2014, municipalité de Tultitlan, État de Mexico.

NEW YORK, le 1er avril 2020 – « La COVID-19 va très certainement gagner les camps de réfugiés, les centres d’accueil surpeuplés et les centres de détention dans lesquels sont retenues les familles migrantes. Vu la vitesse de propagation du virus, ce scénario semble imminent.

Même en l’absence de pandémie, les enfants et les familles déracinés, qu’ils soient réfugiés, migrants ou déplacés internes, se heurtent à des obstacles colossaux pour accéder à des soins de santé et à des services de prévention, tels que des installations pour se laver les mains et des installations d’assainissement. Ainsi, lorsqu’une maladie infectieuse frappe, les risques se multiplient.

Une épidémie de maladie respiratoire telle que l’épidémie de COVID-19 peut facilement se propager dans de nombreux camps et zones d’installation, qui font généralement face à des problèmes de surpeuplement et d’insalubrité. Les familles qui vivent dans de tels environnements courent davantage de risques de tomber malades tout en ayant une capacité moindre à combattre la maladie en raison de l’absence de services adaptés.

Ce problème ne concerne pas une population réduite. Aujourd’hui, on recense 31 millions d’enfants déracinés de chez eux, dont plus de 17 millions d’enfants déplacés à l'intérieur de leur pays, 12,7 millions d’enfants réfugiés et 1,1 million d’enfants demandeurs d’asile. Tous ont besoin d’une certaine forme d’assistance. La plupart d’entre eux n’ont pas la possibilité d’appeler un médecin quand ils sont malades, de se laver les mains à chaque fois qu’ils en ont besoin ou de pratiquer l’éloignement physique pour enrayer la transmission de la maladie.

Voilà pourquoi toute riposte de santé publique à la pandémie doit prendre en compte les familles les plus vulnérables, notamment les familles réfugiées, migrantes et déplacées à l’intérieur de leur pays. Cela implique d’assurer un accès équitable au dépistage et au traitement, ainsi qu’un accès à des informations de prévention et à des services d’approvisionnement en eau et d’assainissement. Des plans doivent également être mis en place pour fournir des soins et un soutien sûrs et axés sur la famille aux enfants orphelins ou qui ont été séparés des personnes qui s’occupent d’eux.


Cela signifie également que les mesures d’endiguement, telles que la fermeture des frontières et les restrictions en matière de déplacements, ne doivent pas entraver le droit des enfants à demander l’asile ou à être réunis avec des membres de leur famille. Ces mesures ne doivent pas non plus saper les efforts des organismes humanitaires pour fournir une aide. Les enfants et les familles déracinés doivent rapidement être mis à l’abri dans des logements adaptés, dans lesquels ils pourront avoir accès à de l’eau et à du savon, pratiquer l’éloignement physique et être en sécurité.

L’UNICEF travaille avec ses partenaires afin de prévenir la propagation de la maladie au sein des populations réfugiées, migrantes et déplacées. Pour cela, nous encourageons des pratiques d’hygiène qui contribuent à prévenir la transmission du virus dans les refuges, les camps et autres sites d’hébergement. Nous préparons des informations précises et adaptées aux enfants sur la COVID-19 ainsi que des ressources pour combattre la stigmatisation et promouvoir des pratiques parentales positives. Nous distribuons aussi des articles d’hygiène et assurons un accès à l’eau.

Cependant, nous ne pouvons pas faire cela seuls. Aujourd’hui, plus que jamais, les gouvernements et la communauté internationale doivent unir leurs efforts afin de protéger les plus vulnérables dans ce contexte sans précédent. »
 

###

Contacts presse

Christopher Tidey

UNICEF New York

Tél: +1 917 340 3017

À propos de l’UNICEF

L’UNICEF travaille dans certains des endroits les plus inhospitaliers du monde pour atteindre les enfants les plus défavorisés. Dans plus de 190 pays et territoires, nous travaillons pour chaque enfant, chaque jour, afin de construire un monde meilleur pour tous.

Pour en savoir plus sur l’UNICEF et son action, veuillez consulter le site : www.unicef.org/fr.

Suivez-nous sur Twitter et Facebook