COVID-19 : Au moins un tiers des élèves dans le monde n’a pas eu accès à l’enseignement à distance lorsque les écoles étaient fermées, selon un nouveau rapport de l’UNICEF

La campagne Réinventer de l’UNICEF appelle à investir d’urgence pour réduire la fracture numérique, permettre à chaque enfant d’accéder à l’enseignement à distance, et, surtout, faire de la réouverture sûre des écoles une priorité.

27 août 2020
Sharlene, 14 ans, étudie à la table de couture de sa mère dans la maison d'une seule pièce que sa famille de 5 personnes partage à Mathare, un quartier informel de Nairobi, au Kenya. Elle était élève de la classe 8 jusqu'à la fermeture des écoles en mars 2020. "Ma plus grande préoccupation est que les filles tombent enceintes", dit son père Naman. "Quand les filles sont à l'école, elles sont protégées, mais maintenant elle est vulnérable." Les écoles doivent rouvrir à Nairobi en janvier 2021.
UNICEF/UNI362242/Everett
Sharlene, 14 ans, étudie à la table de couture de sa mère dans la maison d'une seule pièce que sa famille de 5 personnes partage à Mathare, un quartier informel de Nairobi, au Kenya. Elle était élève de la classe 8 jusqu'à la fermeture des écoles en mars 2020. "Ma plus grande préoccupation est que les filles tombent enceintes", dit son père Naman. "Quand les filles sont à l'école, elles sont protégées, mais maintenant elle est vulnérable." Les écoles doivent rouvrir à Nairobi en janvier 2021.

NEW YORK, le 27 août 2020 – Au moins un tiers des élèves – soit 463 millions d’enfants dans le monde – n’ont pas eu accès à l’enseignement à distance lorsque leur école a fermé ses portes à cause de la pandémie de COVID-19, selon un nouveau rapport de l’UNICEF publié aujourd’hui alors que tous les pays s’efforcent de mettre au point un plan pour la rentrée.

« Pour au moins 463 millions d’enfants privés d’école à cause de la COVID-19, l’enseignement à distance n’a pas été possible », précise Henrietta Fore, Directrice générale de l’UNICEF. « Au vu du simple nombre d’enfants dont l’enseignement a été complètement perturbé pendant des mois, nous sommes face à une urgence éducative mondiale qui pourrait avoir des répercussions sur les économies et les sociétés pendant plusieurs décennies. »  

Au plus fort des mesures de confinement nationales et locales, environ 1,5 milliard d’élèves étaient privés d’école. Le rapport décrit les limites de l’enseignement à distance et souligne les inégalités importantes en matière d’accès.

Le document s’appuie sur une analyse représentative à l’échelle mondiale de la présence de technologies et d’outils nécessaires à l’enseignement à distance au sein des foyers pour les élèves du préscolaire, du primaire, du premier cycle du secondaire et du deuxième cycle du secondaire. Les données sont issues de 100 pays. Elles couvrent l’accès à la télévision, à la radio et à Internet, ainsi que l’existence ou non d’un programme enseigné par l’intermédiaire de ces plateformes lorsque les écoles étaient fermées.

Les chiffres retranscrits dans le rapport dressent un tableau inquiétant concernant l’absence d’enseignement à distance lorsque les écoles étaient fermées. Pourtant, l’UNICEF estime que la situation est probablement bien plus grave. En effet, même lorsque les enfants disposent de la technologie et des outils nécessaires chez eux, l’apprentissage à distance n’est pas toujours possible en raison d’autres facteurs : la pression pour effectuer les tâches domestiques, l’obligation de travailler, un environnement non favorable à l’apprentissage et l’absence d’aide pour suivre le programme mis à disposition sur les différentes plateformes.

Le rapport souligne les inégalités importantes entre les régions. Les élèves d’Afrique subsaharienne sont les plus touchés puisque la moitié d’entre eux n’a pas accès à l’enseignement à distance.

  

Région 

Proportion minimale d’élèves n’ayant pas accès à l’enseignement à distance (%) 

Nombre minimal d’élèves n’ayant pas accès à l’enseignement à distance 

Afrique de l’Est et australe 

49 % 

67 millions 

Afrique de l’Ouest et centrale 

48 % 

54 millions 

Asie de l’Est et Pacifique 

20 % 

80 millions 

Moyen-Orient et Afrique du Nord 

40 % 

37 millions 

Asie du Sud 

38 % 

147 millions 

Europe de l’Est et Asie centrale 

34 % 

25 millions 

Amérique latine et Caraïbes 

9 % 

13 millions 

Monde entier 

31 % 

463 millions 

 

Les élèves issus des foyers les plus pauvres et ceux qui vivent en zone rurale sont de loin les plus susceptibles d'être lésés par les fermetures d’écoles, précise le rapport. Dans le monde, 72 % des élèves n’ayant pas accès à l’enseignement à distance appartiennent aux foyers les plus pauvres de leur pays. Dans les pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure, les élèves des foyers les plus pauvres représentent jusqu’à 86 % des élèves n’ayant pas accès à l’enseignement à distance. À l’échelle mondiale, les trois quarts des élèves privés de cet accès vivent en zone rurale.  

De plus, selon le rapport, le taux d’élèves ayant accès à l’enseignement à distance varie en fonction des groupes d’âge. Les plus jeunes ont plus de risque d’être privés de cet enseignement pendant les années les plus importantes pour leur apprentissage et leur développement : 

  • Environ 70 % des élèves d’âge préscolaire – soit 120 millions d’enfants – n’ont pas accès à un tel enseignement, en grande partie à cause des difficultés et des limites de l’apprentissage en ligne pour les jeunes enfants, de l’absence de programmes d’enseignement à distance pour cette catégorie d’âge et du faible nombre d’outils disponibles au sein du foyer pour ce type d’enseignement.   
  • Au moins 29 % des élèves du primaire – soit 217 millions d’élèves – n’ont pas accès à l’enseignement à distance. Au moins 24 % des élèves du premier cycle du secondaire – soit 78 millions d’élèves – n’y ont pas accès non plus. 
  • Les élèves du deuxième cycle du secondaire étaient les moins concernés par l’absence d’accès à l’enseignement à distance. Au moins 18 % d’entre eux – soit 48 millions d’élèves – ne disposaient pas des moyens technologiques nécessaires.  

L’UNICEF encourage les pouvoirs publics à faire de la réouverture sûre des écoles une priorité lorsqu’ils assouplissent les mesures de confinement. Lorsque la réouverture n’est pas possible, l’UNICEF appelle les pouvoirs publics à intégrer des apprentissages destinés à compenser les heures d’enseignement perdues dans les plans de continuité scolaire et de réouverture des écoles. Les politiques et les pratiques d’ouverture des écoles doivent s’efforcer d’élargir l’accès à l’éducation, notamment à l’enseignement à distance, en particulier pour les groupes marginalisés. Les systèmes éducatifs doivent également être adaptés et conçus pour faire face à de futures crises.

Le Cadre pour la réouverture des écoles de l’UNICEF, publié en collaboration avec l’UNESCO, le HCR, le PAM et la Banque mondiale, fournit des conseils pratiques aux autorités nationales et locales. Ces orientations mettent l’accent sur les réformes politiques, les exigences de financement, le fonctionnement sûr, l’apprentissage compensant les heures perdues, le bien-être et la protection ainsi que l’inclusion des enfants les plus marginalisés.

Dans le cadre de sa campagne Réinventer, dont l’objectif est d’éviter que la pandémie de COVID-19 n’aggrave une crise durable pour les enfants, notamment les plus pauvres et les plus vulnérables, l’UNICEF appelle à investir d’urgence pour réduire la fracture numérique, permettre à chaque enfant d’accéder à l’enseignement à distance, et, surtout, faire de la réouverture sûre des écoles une priorité. 

  ### 

 

Note aux rédactions : 

L’analyse s’appuie sur les résultats de l’Enquête sur les réponses nationales du secteur de l’éducation face aux fermetures d’établissements scolaires liées à la COVID-19 menée par l’UNESCO, l’UNICEF et la Banque mondiale. Le nombre d’enfants susceptibles de bénéficier d’un enseignement par l’intermédiaire de médias ou par Internet est déterminé en fonction de la présence d’outils (télévision, radio et Internet) au sein du foyer et non de leur utilisation effective par les enfants. Ainsi, le nombre d’enfants « susceptibles de bénéficier d’un enseignement à distance » constitue une estimation haute par rapport aux enfants ayant « réellement bénéficié » d’un tel enseignement. Les chiffres ne tiennent pas compte des enfants ayant reçu un enseignement sur support papier en raison de l’absence de données fiables.

L’analyse ne tient pas compte des enfants non scolarisés. Pour obtenir les données les plus récentes concernant les enfants non scolarisés, consultez le document suivant : https://www.unicef.org/media/62526/file/La-situation-des-enfants-dans-le-monde-2019.pdf   

Contacts presse

Georgina Thompson
UNICEF New York
Tél: +1 917 238 1559
Adresse électronique: gthompson@unicef.org

Contenu multimédia

Children use their tablet and work with each other at the UNICEF supported Debate e-Learning Centre in a village on the outskirts of Kassala, the capital of the state of Kassala in Eastern Sudan.
Children use their tablet and work with each other at the UNICEF supported Debate e-Learning Centre in a village on the outskirts of Kassala, the capital of the state of Kassala in Eastern Sudan.

Ressources additionnels pour les médias

 

À propos de l’UNICEF

L’UNICEF travaille dans certains des endroits les plus inhospitaliers du monde pour atteindre les enfants les plus défavorisés. Dans plus de 190 pays et territoires, nous travaillons pour chaque enfant, chaque jour, afin de construire un monde meilleur pour tous.

Pour en savoir plus sur l’UNICEF et son action, veuillez consulter le site : www.unicef.org/fr.

Suivez-nous sur Twitter et Facebook